système digestif gorille homme

Système digestif : homme vs gorille

Dans une de ses vidéos Irène Grosjean affirme que « les gorilles et les chimpanzés ont exactement le même système digestif que nous, ils se nourrissent de quoi : seulement de cueillette ». Sommes-nous réellement constitués de la même manière, notre système digestif fonctionne-t-il comme celui d’un gorille ? Les gorilles sont-ils herbivores ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Le gorille ce colosse

Si vous veniez à vous battre au corps à corps contre n’importe quel animal sur cette planète, le gorille est probablement l’un des pires adversaires que vous puissiez affronter et pour cause.

Voici pourquoi :

  • Les gorilles mâles peuvent peser de 135 à 225 kilogrammes ;
  • Leur force estimée (force exercée par une action) est environ six fois supérieure à celle d’un humain.
  • Ils ont une pression de morsure d’environ 92 kg/cm2 – plus forte qu’un lion ou qu’un grand requin blanc.
  • Ils ont une envergure de bras de 2,3 à 2,6 mètres, ce qui signifie qu’ils ont la portée d’à peu près n’importe quel humain.
  • Ils peuvent courir à des vitesses allant jusqu’à 30 à 40 Km/h, mais pas sur de longues distances.
  • Ils ont un centre de gravité plus bas que les humains, ce qui les rend plus stables et meilleurs combattants.
  • Encore un avantage sur nous : les crocs.

Vraiment, vous ne voulez pas combattre un gorille.

Alors, les gorilles sont-ils herbivores ?

Sur ce point Irène a presque raison, les gorilles sont en fait herbivores, frugivores et légèrement omnivores, mais leur régime alimentaire se compose principalement de matières végétales. La seule quantité limitée de protéines qu’ils consomment provient d’insectes, tels que les fourmis ou les termites.

En captivité, les gorilles ont un régime entièrement végétarien, composé de légumes-feuilles comme la laitue et le chou frisé, les carottes, les courgettes, le céleri et les fruits comme les pommes ou les oranges.

Absents de ce régime : poudre de protéines, bœuf, poulet ou toute autre source de protéines à haute densité. Même à l’état sauvage, ces termites et insectes ne représentent pas plus de 2 à 3 % du régime alimentaire d’un gorille, tout au plus.

Alors, comment les gorilles accumulent-ils des kilos de muscle s’ils ne mangent aucune protéine ?

Oubliez la taille des biceps du gorille, chez lui ce qui compte se situe dans son système digestif, c’est en effet la taille de l’intestin qui compte chez lui, le secret de la force d’un gorille est son système digestif- en particulier son côlon.

Si vous êtes déjà allé dans un zoo et que vous avez observé un gorille, vous avez peut-être remarqué qu’il a un gros ventre volumineux. Ce n’est pas parce qu’il porte un excès de graisse autour de sa taille, comme beaucoup d’humains le font. En fait, cet estomac volumineux est dû au fait que les gorilles ont, dans leur système digestif,des intestins plus gros et plus longs, afin de donner à leur microbiome intestinal le temps d’opérer sa magie.

L’ingrédient secret que les gorilles consomment, que leur microbiome utilise, est un composé appelé cellulose. Ce sont de longues lignes linéaires de nombreuses molécules de glucose, reliées un peu comme une chaîne métallique. La cellulose donne rigidité et structure aux plantes et constitue la paroi cellulaire qui entoure chaque cellule végétale.

Le système digestif humain ne peut pas digérer la cellulose. Si vous en mangez, elle traverse directement votre tube digestif et ressort par l’autre extrémité, intact. Nous n’avons tout simplement pas les bons microbes pour rompre les liens entre ces molécules de glucose afin de les libérer. Nous n’avons pas le même système digestif !

Alors oui Irène, nous en mangeons toujours, bien sûr – c’est un composant des fibres alimentaires, dans des aliments comme le céleri et le chou frisé par exemple. Et on pourrait même dire que la plupart des humains contemporains n’en consomment pas assez dans leur alimentation. Mais de là à affirmer que nous pouvons construire du muscle en consommant de la cellulose c’est absolument faux, non seulement nous ne savons pas la décomposer mais en plus elle ne contient presque pas de micronutriments.

Donc évidemment, ce n’est pas la cellulose elle-même qui devient protéine. La cellulose est simplement constituée de nombreuses molécules de sucre (glucose) enchaînées ensemble ; il n’y a pas de protéine là-dedans.

Mais le fait important ici, pour les gorilles pas pour nous humains (CQFD Irène), c’est que cette cellulose fournit de la nourriture pour les bactéries. Et ces bactéries regorgent de protéines savoureuses, de petites bulles riches en protéines flottant dans le tube digestif, prêtes à être absorbées !

Soit dit en passant, cette approche n’est pas unique aux gorilles – les vaches et autres herbivores utilisent ce même processus, avec différents niveaux de fermentation intestinale, pour produire la protéine qu’ils utilisent pour se développer.

Donc, pour un gorille, le processus de prise de masse et d’obtention de ce corps de plage musclé ressemble à ceci :

  1. Manger de grandes quantités de végétation, y compris la cellulose.
  2. Laisser les bactéries de son intestin décomposer la cellulose en tant que source de nourriture.
  3. Absorber les bactéries pour les protéines.

Pas d’haltérophilie impliquée.

Je comprends la théorie simpliste utilisée par Irène Grosjean, en effet en regardant les gorilles dans la nature, cela semble être une très bonne stratégie. Asseyez-vous, détendez-vous, consommez un régime à base de plantes et construisez de la masse musculaire maigre avec une petite musique relaxante comme dans la vidéo d’Irène. C’est tellement beau que je m’en veux un peu d’être celui qui vient tuer Bambi, personne n’aime celui qui tue Bambi, mais il faut bien que quelqu’un vienne remettre les pendules à l’heure. Toutes mes excuses aux fans d’Irène…euh Bambi, mais elle raconte beaucoup d’hérésies. Alors allons-y pour la démonstration qui fera de moi celui qui doit tuer Bambi, malgré lui bien sûr, mais il faut que la vérité soit établie une bonne fois pour toute et pour le bien de tous.

Cela fonctionnerait-il pour nous ?

Essayez déjà de dire ceci à votre patron « J’ai besoin d’une pause déjeuner de trois heures, patron, je suis au régime Gorille et je dois m’enfiler 20kg de feuilles de bambou ». S’il se fâche répondez lui simplement « C’est Irène qui l’a dit », il comprendra sûrement, si si essayez vous verrez…

Premier obstacle pour suivre le « régime gorille » : vous aurez besoin d’une pause déjeuner plus longue, beaucoup plus longue…

Les gorilles mangent d’énormes quantités de nourriture – 10 à 20 kilos de végétation par jour. Pour ce faire, ils passent environ la moitié de leur journée à manger. (1) Encore une fois, cela est similaire à d’autres animaux végétariens au pâturage ; les vaches, les éléphants et autres végétariens font la même chose.

Malheureusement, même si vous restiez assis, pendant dix heures par jour, et que vous ne faisiez que brouter des légumes, vous ne deviendriez pas 230 kg de muscles pur et maigre. 

Malheureusement, notre intestin n’est tout simplement pas équipé pour la fermentation, pas de la même manière que celui d’un gorille. Nous n’avons pas les bons microbes – et même si vous acceptiez une greffe fécale d’un gorille, ils ne seraient pas en mesure de vous aider. Le tube digestif d’un gorille a des caractéristiques évolutives, comme un côlon plus gros et plus long, qui sont nécessaires pour donner aux microbes suffisamment de temps pour décomposer les fibres végétales.

Les humains se limitent à consommer des amidons déjà partiellement décomposés. Nous ne pouvons pas manger d’herbe et tirer quoi que ce soit de la cellulose – nous devons manger du blé, des pommes de terre ou une autre source d’amidon sous une forme que nous pouvons facilement briser.

Mais le compromis est que nous n’avons pas besoin de passer autant de temps à manger. Parce que nous mangeons des aliments contenant des calories facilement disponibles, nous pouvons passer beaucoup moins de temps à manger et plus de temps à chasser, travailler, apprendre et faire d’autres activités avec toute cette énergie.

Notre incapacité à digérer la cellulose explique pourquoi les gorilles suivant un régime entièrement végétal deviennent gros et volumineux, tandis que les humains suivant un régime similaire seront fragiles et minces. (2)

Il s’avère que le secret de la force des gorilles est double : passez la majeure partie de sa journée à brouter des feuilles de bambou et, plus important encore, avoir un intestin long et large, en particulier le côlon, avec le bon microbiome pour décomposer la cellulose.

Les gorilles n’ont pas besoin de manger de protéines, car ils développent leurs propres protéines dans les bactéries qui se développent à l’intérieur d’eux. Le gorille consomme la végétation pour nourrir les colonies bactériennes de son microbiome, puis absorbe les protéines formées par les bactéries alors qu’elles se régalent des fibres de cellulose de la végétation.

Conclusion

Malheureusement, pour les adeptes des conseils nutritionnels d’Irène Grosjean, les humains ne peuvent pas utiliser la même approche pour obtenir des muscles volumineux et puissants, pour la bonne et simple raison que nous n’avons pas les bons microbes, ni la structure et la longueur de l’intestin dont nous aurions besoin pour le faire. Mais l’avantage, c’est que nous pouvons obtenir les calories dont nous avons besoin en consommant beaucoup moins de nourriture en poids et en passant beaucoup moins de temps à manger. Pourquoi ? Parce que nous sommes des omnivores et que nous sommes faits pour consommer des protéines animales, et c’est ainsi depuis l’aube des temps (3).

Références :

1 https://www.berggorilla.org/en/gorillas/general/everyday-life/what-do-gorillas-do-all-day/

2 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3257631/

3 https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-our-oldest-secret-we-have-been-super-predators-for-2-million-years-1.9680599?fbclid=IwAR05DB_O65E7WzD1a6kf4r0q2RpvTdRTI-YyxDqc1540IP4GCbTnJ3uOAgs

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *