Non classé

COVID-19: Les conseils d’un Naturopathe


À mesure que le virus COVID-19 se propage rapidement, il devient de plus en plus essentiel que vous preniez des mesures de protection le plus tôt possible. À cette fin je vous donne quelques conseils pour booster naturellement et efficacement votre immunité parce que prévenir est toujours meilleur que guérir. Mais avant cela quelques mises en garde importantes.

Mises en gardes.

Le taux de mortalité est beaucoup plus élevé pour les personnes âgées. Ainsi, pour les personnes de plus de 80 ans, le taux de mortalité approche les 15% , ce qui est vraiment effrayant. Et puis vous avez à l’autre extrémité du taux de mortalité du spectre pour les personnes âgées de 10 à 39 ans, [qui] est de 0,2 pour cent , et ne monte que jusqu’à 0,4 [pour cent] pour les personnes âgées de 40 à 49 ans. Et puis 1,3 [ pour cent pour les âges] 50 à 59. il commence vraiment augmenter après 60 ans et nous voyons la plus forte hausse après l’ âge de 70 et 80. cela dit, les personnes ayant des conditions préexistantes comme les maladies cardiovasculaires sont beaucoup plus à risque ; [les personnes atteintes de] diabète ,les maladies respiratoires chroniques , l’ hypertension et le cancer ont tous [un] taux de mortalité plus élevé. Et je dirais qu’il est probable que d’autres conditions qui affectent négativement la fonction immunitaire auraient également un taux de mortalité plus élevé .Nous n’avons tout simplement pas assez de données pour avoir des chiffres exacts à ce sujet.

Certaines données en provenance de Chine ont montré que l’obésité et le tabagisme augmente le risque, sans surprise, en raison de la façon dont il affecte la fonction respiratoire. Le taux de mortalité chez les hommes chinois âgés était extrêmement élevé – beaucoup plus élevé que chez les femmes chinoises âgées. Et la pensée actuelle à ce sujet est que le taux de tabagisme chez les hommes chinois âgés est beaucoup, beaucoup plus élevé que chez les femmes chinoises âgées.La direction générale de la santé a alerté les professionnels de santé sur les risques de complications liés à la prise d’anti-inflammatoires en cas de COVID-19.« Des évènements indésirables graves liés à l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont été signalés chez des patients atteints de COVID19, cas possibles ou confirmés »

En effet plusieurs médecins auraient informé les autorités sanitaires sur le cas de jeunes patients qui se seraient retrouvés dans un état grave après avoir pris de l’ibuprofène contre la fièvre au début de l’infection. Cela aurait pu pour effet de diminuer la réponse du système immunitaire.

En avril dernier l’ANSM avait divulgué les résultats d’une étude pharmacovigilance qui suggèrent le rôle aggravant des Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) dans le traitement des douleurs ou de la fièvre associés à des infections.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ne sont d’ailleurs plus en libre-service dans les pharmacies depuis le 15 janvier dernier en France.

Coronavirus : les médicaments à éviter

  • Les médicaments contenant de l’ibuprofène commercialisés en France : Advil®, Antarène®, Rhinadvil®, Spedifen®, Upfen®, Nurofen®… et leurs génériques. Ces produits sont très largement utilisés en automédication contre les douleurs et la fièvre. Ils restent disponibles sans ordonnance mais il faut les demander au pharmacien qui doit donner des conseils sur la posologie et sur les précautions d’utilisation.
  • Les médicaments à base de cortisone et pris par voie orale (Prednisone® et Cortancyl®) sont également susceptibles d’amplifier l’infection.

Asthmatiques, BPCO, maladies chroniques : que faire ?

Ne pas arrêter son traitement et demander l’avis d’un médecin.

Si vous êtes atteint d’une pathologie chronique et que vous êtes actuellement traité par des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des corticoïdes : n’arrêtez pas votre traitement, surtout si vous ne présentez pas de symptômes respiratoires ou de fièvre. De même, il n’est pas recommandé d’arrêter son traitement si vous êtes asthmatique ou atteint de BPCO et que vous êtes traités par des corticoïdes ou des anti-inflammatoires. En cas de doute ou de symptômes inhabituels, rapprochez-vous de votre médecin et demandez-lui son avis. Lui seul pourra prendre une décision quant à la poursuite ou à l’arrêt du traitement. Ensuite revenez nous voir pour accompagner au mieux le traitement de la cause profonde de vos déséquilibres, mais comme nous ne sommes pas avares voici quelques conseils…

Conseils

Au-delà du régime alimentaire (pour ceux qui me connaissent oui un paléo ou un méditerranéen LCHF), du sommeil, de la gestion du stress, de l’activité physique et d’un bon drainage (détox). Je n’ajouterai rien sur les recommandations de l’OMS car tout le monde les connait.

Un supplément de vitamine A peut donc être très utile. Il améliore la fonction immunitaire par plusieurs mécanismes. Si vous mangez du foie ou d’autres viandes d’organes , c’est probablement suffisant pour l’entretien. Si vous ne prenez pas d’huile de foie de morue, une cuillère à café par jour est un bon moyen de l’obtenir. Si vous vous sentez comme si vous veniez avec quelque chose, même juste un rhume, prendre 50 000 UI deux fois par jour pendant jusqu’à cinq jours peut être très, très utile. Ne faites pas cela à long terme, car des doses élevées de vitamine A prises sur une longue période peuvent être toxiques. Mais à court terme, il a été démontré [qu’il] stimule la fonction immunitaire.

Obtenir suffisamment de vitamine D, même prendre des doses plus élevées de vitamine D pendant de courtes périodes, comme 10 000 à 50 000 unités par jour pendant une ou deux semaines pour renforcer votre système immunitaire, peut être utile. Encore une fois, ne faites pas cela à long terme, car la vitamine D peut être toxique à fortes doses sur une période prolongée.

Pour la Vit C, cela augmente l’absorption du fer. Il est difficile pour moi de répondre spécifiquement sans connaître votre nombre réel de fer et votre réactivité au fer dans divers aliments. Mais je dirai qu’à haute dose de vitamine C, les données réelles sur son efficacité pour les infections virales sont mitigées. Et je suis en fait plus convaincu par la vitamine A à plus forte dose et, [dans] certains cas, par la vitamine D. Bien que je pense que pour la plupart des gens qui prennent de la vitamine C à forte dose, cela pourrait être une haie raisonnable, même si les données sont mitigées. Si vous avez une surcharge en fer, je prendrais juste la vitamine C bien loin de tout aliment contenant du fer par précaution.

Pastilles de zinc . Le zinc [s’est] révélé efficace pour empêcher le coronavirus et d’autres virus de se multiplier dans la gorge et le pharynx nasal. Vous pouvez donc les utiliser plusieurs fois par jour si vous commencez à ressentir des symptômes.

Il a été démontré que la propolis augmente la réponse immunitaire cellulaire et agit comme un antiviral.

Le bouillon d’os est également essentiel. C’est donc vraiment important pour l’immunité; c’est essentiel pour la santé intestinale, 30 à 70 pour cent, selon les nombres que vous regardez du système immunitaire, existe dans l’intestin. Vous pouvez faire du bouillon vous-même si vous avez des os de ruminants ou de poulet, des os de poulet ou une carcasse de poulet. C’est assez simple à faire. Vous pouvez le rechercher sur Google.

Et puis, enfin, certaines plantes peuvent être utiles pour stimuler la fonction immunitaire. En voici 10 mais il y en a plus !
1. Le cyprès
Le cyprès est puissant antiviral. Il agit comme un bouclier pour les cellules en empêchant les virus de s’y coller, puis il les tue. Il est particulièrement recommandé contre la grippe, mais aussi contre l’herpès. En traitement préventif ou curatif, il se consomme sous la forme de plantes fraîches.

2. Le ginseng
Cette plante originaire de Chine est consommée, sous forme d’infusion, pour lutter contre la fatigue. Mais elle est également très efficace pour aider le système immunitaire à lutter contre une maladie hivernale.

3. Le sureau
Sous forme d’ampoules ou de comprimés, le sureau se consomme tout l’hiver pour lutter contre une foule de petites maladies. Rhumes, grippes, sinusites ou bronchites ne résistent pas au pouvoir de cette plante.

4. Le thym
Très utilisé en Europe, et notamment en Méditerranée, en cuisine, le thym est également un allié santé. C’est parce qu’il est, notamment, riche en vitamine A que le thym est un atout pour le système immunitaire. Associé au miel, et consommé sous forme d’infusion, le thym sera votre meilleur ami en cas de rhume.

5. L’arbre à thé
L’arbre à thé est utilisé depuis toujours par les Aborigènes d’Australie. Son huile essentielle vous permettra de lutter efficacement contre toutes formes d’infections bactériennes et virales.

6. Le radis noir
La vitamine C est le secret du radis noir. C’est grâce à celle-ci qu’il peut lutter contre la fatigue et donc renforcer votre système immunitaire. Petit plus non-négligeable, le radis noir aide également à la bonne santé de votre peau et lutte contre le vieillissement de vos cellules.

7. Le cassis
Tout comme le radis noir, le cassis est une véritable mine de vitamine C. Grâce à celle-ci, le cassis a des vertus antioxydantes qui protégeront vos globules blancs, ceux-là mêmes qui devront être performants pour lutter contre les maladies de l’hiver.

8. Le curcuma
Le curcuma a beaucoup fait parler de lui ces dernières années. Et pour cause, cette plante, dont on consomme la racine, est véritablement miraculeuse si elle est utilisée avec connaissance. De nombreuses études ont prouvé que le curcuma pouvait combattre de nombreuses bactéries. Mais attention à ne pas en abuser, il doit être consommé avec parcimonie.

9. Ail                                                                                                                                                                            Des expériences ont montré que l’ail – ou des composés chimiques spécifiques trouvés dans l’ail – est très efficace pour tuer d’innombrables micro-organismes responsables de certaines des infections les plus courantes et les plus rares, notamment la tuberculose, la pneumonie, le muguet et l’herpès.

10. La griffe de chat
On l’appelle également « Liane du Pérou », cette plante, dont on consomme l’écorce, sous forme d’infusion ou de capsules, est reconnue pour ses propriétés antivirales et anti-inflammatoires. Elle est également utilisée pour lutter contre le cancer.

Il me reste à vous souhaiter d’être courageux et patients mais aussi solidaires pour faire face à la ribambelle de défis qui se profilent au loin, le coronavirus ne semble être malheureusement qu’une étape, il ne faut pas en douter il y a eu un avant coronavirus et il y aura un après!