NaturopathieNutrithérapie

Les suppléments: bénéfiques, inutiles ou nocifs?

 Dr Jason Fung, MD Traduit par A El Mansouri ND

L’une des questions que l’on me pose le plus couramment est de savoir si je recommande des suppléments. J’en recommande très peu.

Pour des périodes de jeûnes plus longs, je recommande une multivitamine générale, bien qu’il y ait peu de preuves qu’elle soit bénéfique. En fait, il a été prouvé que presque tous les suppléments vitaminiques ne sont pas bénéfiques dans des études à grande échelle. Dans certains cas, comme la vitamine B, ils peuvent même être nocifs.

Toutes les vitamines traversent des périodes de popularité et d’impopularité. C’est pire que le lycée. Une minute, vous êtes “l’ado” le plus populaire de la classe, puis vous êtes la risée.

Vitamine C

Dans les années 1960, le roi des vitamines était la vitamine C. Linus Pauling est la seule personne à avoir remporté deux prix Nobel non partagés – une pour la chimie et une pour la paix. Il avait la ferme conviction inébranlable que bon nombre des problèmes de nutrition moderne pouvaient être guéris par des méga-doses de vitamine C. Il a suggéré que la vitamine C à haute dose pourrait prévenir ou guérir le rhume, la grippe et même le cancer. Il a même suggéré que «75% de tous les cancers peuvent être évités et guéris grâce à la vitamine C seule». Bien sûr, cela est extrêmement optimiste.

De nombreuses études ont été réalisées au cours des décennies suivantes qui ont suggéré que la plupart de ces allégations sur la vitamine C n’étaient que de faux espoirs. Il s’avère que la seule maladie que la vitamine C guérit est le scorbut. Comme je ne traite pas beaucoup de pirates du XVe siècle, ce n’est pas trop utile pour moi.

Vitamine E

Une fois que la supplémentation en vitamine C s’est révélée largement inutile pour prévenir les maladies, le prochain grand espoir était la vitamine E. Sa principale revendication de gloire était celle d’être un «antioxydant». Soi-disant, la vitamine E neutraliserait tous les radicaux libres méchants qui causaient des dommages incalculables à notre système vasculaire. Prendre de la vitamine E empêcherait les maladies cardiaques, nous a-t-on dit. Sauf que, bien sûr, cela n’a rien fait de tel.

L’étude  HOPE , dont on se souvient le mieux aujourd’hui, est l’un des essais visant à établir l’utilisation de la classe ACEI de médicaments dans la protection cardiovasculaire. Cependant, cet essai contrôlé randomisé a également testé si la vitamine E pouvait prévenir la maladie. Malheureusement, la réponse a été non.

Les suppléments de vitamine E n’ont pas empêché les maladies cardiaques ou les AVC. En effet, plus de patients dans le groupe des vitamines sont décédés, ont eu des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux, bien que cela ne soit pas statistiquement significatif. La vitamine C était un échec, la vitamine E aussi. Mais la liste de la honte ne s’arrêterait pas là.

Vitamines B

Le prochain grand espoir allait être la vitamine B. Au début des années 2000, il y avait une grande vague d’intérêt pour un test sanguin appelé homocystéine. Des niveaux élevés d’homocystéine étaient corrélés avec un risque accru de maladie cardiaque. La vitamine B pourrait abaisser les niveaux d’homocystéine, mais on ne savait pas si cela se traduirait par de meilleurs résultats pour la santé. Plusieurs études à grande échelle ont été lancés avec cet espoir. L’un d’elles était l’étude  NORVIT , publié en 2006 dans le prestigieux New England Journal of Medicine.

Les nouvelles étaient stupéfiantes. Incroyablement mauvaises. Comparé à la prise de placebo (pilules de sucre), la supplémentation en folate, en vitamine B6 et B12 provoquait plus de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. Oui. Le groupe des vitamines n’allait pas mieux, il faisait pire. Mais la pire nouvelle était encore à venir, si vous pouvez le croire.

En 2009, les chercheurs ont analysés les deux études contrôlées randomisées de supplémentation en vitamine B et ont constaté qu’en plus d’augmenter le risque de maladie cardiovasculaire, le risque de cancer était augmenté de 21%! Ah zut! Le risque de mourir d’un cancer a augmenté de 38%. Prendre des vitamines inutiles est une chose, prendre des vitamines qui sont activement nocives en est une autre.

L’utilisation de suppléments de vitamine B pour les maladies rénales était également lamentable. L’ étude DIVINE a randomisé deux groupes de patients atteints d’insuffisance rénale chronique (IRC) à un placebo ou à des suppléments de vitamine B dans l’espoir de ralentir la progression de la maladie rénale. Les niveaux d’homocystéine sont élevés en CKD et les vitamines ont pu abaisser ces niveaux. Mais ont-ils fait une réelle différence? Bien sûr. L’utilisation de vitamine B n’a fait qu’empirer les choses. Il a doublé l’incidence des mauvais résultats. Un autre clou dans le cercueil de l’histoire de l’homocystéine et des suppléments de vitamine B. Encore 10 ans d’argent de recherche gaspillés.

L’ironie de cette connaissance erronée est que nous en payons toujours le prix. La farine de blé enrichie, par exemple, est du blé avec toutes les qualités extraites, puis certaines vitamines remplacées. Donc, presque toutes les vitamines ont été retirées et remplacées par d’énormes doses de fer et de vitamine B. Donc, nous avons obtenu un énorme surplus de vitamine B.

Pas que je pense que c’était malveillant. Les gens étaient principalement préoccupés par les carences en nutriments comme le beri beri, l’anémie ferriprive et pas tellement par autre chose. Le problème, bien sûr, est que nous avons maintenant des données qui montrent que l’administration de fortes doses de vitamine B peut augmenter les taux de cancer et de crises cardiaques.

Mais pourquoi les suppléments de vitamine B devraient-ils être mauvais? Après tout, les suppléments d’acide folique ont considérablement réduit l’incidence des anomalies du tube neural pendant la grossesse.

Comme tout le reste en médecine, c’est une question de contexte. La vitamine B est nécessaire à la croissance des cellules. Pendant les périodes de croissance, comme la grossesse et l’enfance, c’est une bonne chose.

Le problème est complètement différent à l’âge adulte. Une croissance excessive n’est PAS bonne. Les cellules qui se développent le plus rapidement sont les cellules cancéreuses, donc elles peuvent potentiellement aimer, adorer, se régaler avec  le supplément de vitamine B. Pas si bon pour nous les gens.

Même pour les cellules régulières, la croissance excessive n’est pas bonne, car elle entraîne des cicatrices et une fibrose. Cela pourrait expliquer le risque accru de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et de maladie rénale.

Calcium

Les suppléments de calcium sont bien sûr recommandés par les médecins depuis des décennies comme stratégie préventive contre l’ostéoporose. J’ai tout expliqué dans cette conférence d’il y a quelques années « L’histoire du calcium ». Presque tous les médecins ont recommandé des suppléments de calcium pour prévenir l’ostéoporose.

Pourquoi? La raison en est que les os ont beaucoup de calcium, donc manger du calcium doit les rendre plus solides. C’est, bien sûr, le raisonnement qu’un bachelier  pourrait utiliser, mais là n’est pas  le point. Manger du cerveau nous rend plus intelligents. Manger des reins améliore la fonction rénale. Ok…. Mais quoi qu’il en soit, ce raisonnement puéril a duré environ 50 ans.

Nous prétendons que nous vivons dans un monde de médecine fondée sur des preuves. Tout comme nous avons discuté des calories, il semble que des preuves ne soient pas nécessaires pour le statu quo, mais uniquement pour des «points de vue alternatifs». Ils ont finalement fait un essai contrôlé randomisé approprié sur la supplémentation en calcium et l’ont publié en 2006 . La Women’s Health Initiative a randomisé plus de 36 000 femmes au calcium et à la vitamine D ou au placebo. Ensuite, ils les ont suivis pendant plus de 7 ans et les ont surveillés pour les fractures de la hanche. La prise de calcium tous les jours pendant 7 ans a-t-elle donné aux femmes des os très solides qui ne se fissurent jamais?

À peine. Il n’y avait aucune différence dans les fractures totales, les fractures de la hanche, des vertèbres ou du poignet. En d’autres termes, les suppléments de calcium étaient inutiles. En fait, ce n’est pas vrai. Il y avait une différence significative. Ces personnes qui prenaient du calcium avaient beaucoup plus de calculs rénaux. Donc, ils ont été impacté en prenant ces pilules. Agréable. Ces femmes sont-elles heureuses d’avoir fidèlement pris leurs pilules tous les jours au cours des 7 dernières années?

Huiles de poissons Oméga3

Il a été si largement accepté que les suppléments d’oméga-3 favorisent la santé cardiovasculaire que peu de gens le remettent en question. Mais une nouvelle revue de la Cochrane Collaboration a passé en revue 79 essais randomisés impliquant 112 000 personnes, et leurs résultats vont à l’encontre du contraire.

L’oméga-3 est un acide gras essentiel. Les nutriments qui sont «essentiels» sont ceux dont notre corps a besoin pour fonctionner, mais qu’il ne peut pas produire par lui-même. Par conséquent, nous devons ingérer de petites quantités de cet acide gras, qui est naturellement présent dans de délicieux aliments tels que les noix, les graines et le poisson gras.

Mais, comme le rapporte The Guardian, des milliers de personnes prennent des suppléments d’oméga-3 pendant de longues périodes, au moins en partie parce qu’ils croient que c’est bon pour leur santé cardiaque. Ce nouvel examen suggère qu’ils peuvent ne pas avoir besoin de le faire. L’auteur principal de la revue, le Dr Lee Hooper, de l’Université d’East Anglia, a rapporté à The Guardian:

“Nous pouvons être confiants dans les résultats de cette revue qui vont à l’encontre de la croyance populaire selon laquelle les suppléments d’oméga-3 à longue chaîne protègent le cœur.”

Cette vaste revue systématique comprenait des informations provenant de plusieurs milliers de personnes sur de longues périodes. Malgré toutes ces informations, nous ne voyons pas d’effets protecteurs.

L’examen a été effectué à la demande de l’Organisation mondiale de la santé, qui met à jour ses lignes directrices sur les graisses polyinsaturées. Selon Nina Teicholz , il n’y avait pas beaucoup de preuves soutenant les avantages pour la santé des suppléments d’oméga-3 depuis le début. Elle a écrit sur Twitter :

“Ces recommandations étaient toujours basées sur une science faible. Comme tant d’autres.”

Prenez-vous des suppléments d’oméga-3? Ces résultats peuvent vous faire réfléchir à deux fois avant d’acheter la prochaine bouteille. Des aliments entiers de bonne qualité et de source responsable qui contiennent naturellement les oméga-3 dont le corps a besoin peuvent être une meilleure dépense.

The Guardian: les oméga-3 ne protègent pas contre les crises cardiaques ou les AVC, selon les scientifiques

Le problème de la supplémentation en vitamines

Quelle est la raison pour laquelle ces suppléments ne sont pas bénéfiques et surtout nocifs? C’est vraiment assez simple. Vous devez comprendre la cause profonde (l’étiologie) de la maladie afin de prescrire un traitement rationnel. Les maladies auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui – l’obésité, le diabète de type 2, l’ostéoporose, le cancer, les maladies cardiaques, etc. NE SONT PAS DES MALADIES DE CARENCE EN VITAMINE. S’il ne s’agit pas de maladies causées par un manque de vitamines, pourquoi s’attendrait-on à ce que la supplémentation fasse une différence?

Prenons une analogie. Supposons que notre voiture ne fonctionne pas car le moteur a explosé. Quelqu’un dit alors: «Oh, hé, j’ai eu un moment où notre voiture n’a pas fonctionné parce qu’elle était à court d’essence. Par conséquent, vous devez mettre plus de carburant  dans la voiture ». Mais ça ne marche pas. Parce que vous devez traiter la cause profonde. Le problème était que le moteur a explosé. Peu m’importe la quantité de gaz dans la voiture dans cette situation.

Donc, si nous traitons une maladie de carence en vitamines (scorbut, beri beri, ostéomalacie), le remplacement des vitamines est très logique et efficace. Si nous traitons l’obésité, le remplacement des vitamines est potentiellement inutile. Je ne m’inquiète pas de la densité nutritive des aliments, car je ne traite pas une maladie de carence en nutriments. Cependant, les gens aiment essayer de vous vendre le dernier supplément de perte de poids (café vert, cétones de framboise, PGX, fibres, Sensa, etc.).

Si vous posez la question «Que puis-je manger / prendre / compléter pour m’aider à perdre du poids ?», Alors vous allez dans la mauvaise direction. La question que vous devez vous poser est: «Qu’est-ce que je ne peux PAS manger / prendre / compléter pour m’aider à perdre du poids?» Vous économiserez plus d’argent à répondre à cette dernière question plutôt  qu’à  la première.

Jason Fung

 

Avertissement: Chez InnovNaturopathie, nous sommes d’accord avec le Dr Fung que les suppléments ne sont pas bénéfiques pour la plupart des gens. Cependant, nous reconnaissons également le rôle de suppléments spécifiques, tels que la vitamine D ou Mg etc… , lorsque quelqu’un a du mal à en avoir assez dans son alimentation quotidienne. Comme nous avons tous des préférences et des goûts alimentaires différents, certains d’entre nous peuvent manquer de ces précieux nutriments. Dans ces cas particuliers, la supplémentation de certaines vitamines sous certaines formes et sous un certain mode d’administration peut être avantageuse.