Diabésité: Première cause de décès?

L’obésité , la résistance à l’insuline, le syndrome métabolique et le diabète de type 2 ont atteint des proportions épidémiques. Je peux affirmer sans risques de me tromper que chaque personne lisant cet article est affectée par ces conditions, directement ou indirectement. Pourtant, aussi omniprésente que la «diabésité» (Diabéte+Obésité) et ses maladies connexes, peu de gens comprennent à quel point ils sont étroitement liés les uns aux autres.

Il est maintenant clair que non seulement ces affections partagent les mêmes causes sous-jacentes – et nécessitent donc le même traitement – mais elles sont également évitables à 100% et, dans de nombreux cas, entièrement réversibles.

Ce que vous devez savoir sur la diabète

En raison de ces similitudes, de nombreux professionnels, dont le Dr Francine Kaufman, ont adopté le terme  diabésité  pour les décrire. ( 1 )

Le diabète peut être défini comme un dysfonctionnement métabolique allant de légers déséquilibres de la glycémie au diabète de type 2 à part entière.

La diabète c’est une constellation de signes qui comprend:

  • Obésité abdominale (c.-à-d. Syndrome de la «roue de secours»)
  • Dyslipidémie (faible HDL, LDL élevé et triglycérides élevés)
  • Hypertension artérielle
  • Glycémie élevée (jeûne au-dessus de 100 mg / dL, Hb1Ac au-dessus de 5,5)
  • Inflammation systémique
  • Une tendance à former des caillots sanguins

Les symptômes subjectifs de la diabésité comprennent (mais ne sont pas limités à):

  • Envies de sucre, surtout après les repas
  • Manger des bonbons sans soulager les envies de sucre
  • Fatigue après les repas
  • Urination fréquente
  • Augmentation de la soif et de l’appétit
  • Difficulté à perdre du poids
  • Vidange lente de l’estomac
  • Cicatrisation ralentie
  • Dysfonction sexuelle
  • Problèmes visuels
  • Engourdissement et picotements dans les extrémités

Le terme diabésité est trompeur sur un point: il suggère qu’il faut être obèse pour éprouver les problèmes métaboliques que je viens de décrire ci-dessus. Ce n’est pas vrai. Les personnes minces peuvent souffrir de tout le spectre des déséquilibres de la glycémie, allant jusqu’au diabète de type 2. Le terme parfois utilisé pour les personnes minces, mais qui ont une résistance à l’insuline, une hyperglycémie et une dyslipidémie, est « métaboliquement obèse ». En bref, leurs métabolismes se comportent comme s’ils étaient obèses, même s’ils ne le sont pas physiquement.

Le diabète est-il la première cause de décès aux États-Unis?

Il est presque impossible de surestimer la gravité et l’ampleur d’un problème de diabète:

  • Plus de 93 millions d’Américains sont obèses ( 2)
  • Plus de 30 millions d’Américains sont diabétiques ( 3)
  • Plus de 84 millions d’adultes américains ont un prédiabète, caractérisé par une glycémie légèrement élevée ( 4)
  • Dans le monde, le diabète touche 451 millions d’adultes et plus de 2,1 milliards de personnes sont en surpoids ou obèses ( 56 )

Le diabète est la principale cause des maladies chroniques modernes. Les «diabétiques» ont un risque accru de: ( 7 , 8 , 9 , 10 , 11 )

  • Maladie cardiovasculaire
  • Hypertension
  • Cancer
  • Troubles respiratoires
  • Démence et maladie d’Alzheimer
  • Insuffisance rénale
  • Cécité
  • Désordres digestifs

Aux États-Unis aujourd’hui, une personne meurt d’une cause liée au diabète toutes les huit secondes . ( 12 ) Le diabète et les maladies cardiovasculaires ont désormais dépassé les maladies infectieuses en tant que principale cause de morbidité et de mortalité dans le monde.

Dans la solution pour le diabète du Dr Bernstein , le Dr Richard Bernstein affirme que le diabète est désormais la troisième cause de décès. Mais les certificats de décès ne mentionnent pas le diabète ou l’hyperglycémie comme la cause sous-jacente des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux ou des infections mortelles. Ils ne considèrent pas non plus le rôle de l’obésité, de la résistance à l’insuline et de l’inflammation dans ces conditions. S’ils l’avaient fait, il est fort possible que la « diabésité » n’aurait pas seulement été la principale cause de maladie, mais aussi la principale cause de décès.

Les coûts élevés du diabète

Le diabète met littéralement en faillite le système de santé américain. Les coûts directs et indirects du diabète de type 2 s’élevaient à 327 milliards de dollars en 2017, contre 174 milliards de dollars à peine 10 ans auparavant. ( 13 ) Le coût annuel de l’obésité dépasse les 340 milliards de dollars . ( 14 ) Ainsi, le coût total de la diabésité pour la société peut être estimé de manière prudente à 650 milliards de dollars par an. Pour mettre cela en perspective, les coûts des soins de santé aux États-Unis en 2018 s’élevaient à 3,6 billions de dollars. ( 15 ) Cela est plus, par personne en soins de santé, que tout autre pays développé, mais leur santé continue de décliner.

En France en 2014, la prise en charge des dépenses de santé liées au diabète a coûté 10 milliards d’euros. Cette somme se répartit entre l’accès aux soins et aux médicaments et le traitement des complications. En effet, cette maladie peut entrainer des complications extrêmement graves au niveau des yeux et des pieds pouvant aller jusqu’à l’amputation d’un ou plusieurs orteils, voire d’une partie du pied. Selon le dernier rapport annuel de l’Assurance maladie, le coût du diabète a augmenté de façon significative à tel point qu’on estime qu’en 2020 la hausse est de 562 millions d’euros cette année.

Avec des chiffres comme ceux-ci, vous vous attendriez à ce qu’un état d’urgence soit déclaré. On pourrait penser que nous ferions tout ce qui est en notre pouvoir pour découvrir la cause de ces conditions et comment les traiter avec succès.

Mais la réalité est que le traitement conventionnel de la diabésité a été un échec lamentable. Cela se reflète dans la croissance choquante des conditions qui relèvent du fléau de la diabésité au cours des trois dernières décennies, sans parler des projections tout aussi alarmantes pour l’avenir.

Les enfants sont également touchés par l’épidémie de diabète

Les rapports suggèrent que plus d’un tiers des Américains nés en 2000 développeront le diabète au cours de leur vie. ( 15 ) Ce qui est particulièrement horrible à propos de cette statistique, c’est que bon nombre de ceux qui développent le diabète seront des enfants. Le diabète de type 2 était une maladie des personnes d’âge moyen et des personnes âgées, mais ces jours sont révolus depuis longtemps:

  • La prévalence du diabète de type 2 chez les enfants a augmenté de 30% entre 2000 et 2009 et continue d’augmenter ( 16)
  • Le nombre de nouveaux cas de diabète de type 2 chez les enfants devrait quadrupler au cours des prochaines décennies ( 17)
  • Chaque année, les enfants prennent plus de poids. L’obésité infantile a plus que triplé depuis les années 1970: ( 1819 )
  • Parmi les enfants américains âgés de deux à cinq ans, près de 14 pour cent sont maintenant obèses
  • De 6 à 11 ans, 18% des enfants sont obèses
  • 20% des adolescents et adolescents âgés de 12 à 19 ans sont obèses

Le plus alarmant est l’augmentation de l’obésité chez les enfants de moins de cinq ans. Les recherches montrent que les taux d’obésité chez les jeunes enfants ont doublé depuis 1980. ( 20 ) Et ce n’est pas parce que les bébés mangent plus de beignets tout en réduisant leurs séances d’entraînement. Voyons pourquoi il y a plus dans l’histoire du diabète que le fait de manger de la malbouffe et de ne pas faire suffisamment d’exercice.

Pourquoi nous devons changer nos comportements et nos modes de vie

De 1993 à 2017, le nombre de personnes atteintes de diabète dans le monde a été multiplié par 12, passant de 35 millions à 450 millions et devrait passer à 690 millions d’ici 2045. ( 21 ) Cela représente environ 18 fois le nombre de personnes touchées par le VIH. / SIDA dans le monde. Aux États-Unis, l’incidence du diabète devrait passer à 60 millions d’ici 2060. ( 22 )

Qu’est-ce qui explique une telle explosion de nouveaux cas? Une des raisons est que le traitement standard de la diabésité est non seulement inefficace, mais contribue également au problème.

Une fois qu’ils se sont développés, le diabète et l’obésité sont caractérisés par une résistance à l’insuline, qui à son tour entraîne une intolérance aux glucides. Pourtant, des organisations de premier plan, telles que l’American Diabetes Association, recommandent depuis des décennies un régime faible en gras et riche en glucides comme traitement du diabète.  Cela n’a pas fonctionné en 1985, et cela ne fonctionne toujours pas aujourd’hui. Einstein a déjà défini la folie comme le fait de refaire la même chose encore et encore en s’attendant à un résultat différent. De toute évidence, nous devons changer notre façon de penser vis-à-vis de l’approche conventionnelle, remettre en question nos croyances actuelles et adopter des options plus non conventionnelles, telles que:

  • Optimiser la santé intestinale
  • Adopter un régime paléo
  • Essayer un entraînement intermittent à haute intensité (HIIT)
  • Pleins feux sur la recherche: coaching de santé et diabète
  • Coaching de style de vie pour les adultes en surpoids et obèses

Une alimentation saine, une activité physique, un sommeil et des comportements de gestion du stress sont essentiels pour la gestion de l’obésité, mais de nombreuses personnes ont du mal à soutenir des changements de mode de vie positifs à long terme. Cette étude visait à déterminer si un changement de comportement lié au mode de vie pouvait aider les adultes et les enfants obèses, ou ceux à risque d’obésité, à maintenir un mode de vie plus sain.

Résumé de l’étude

L’intervention de coaching des habitudes de vie est un programme de style de vie développé aux Pays-Bas dans lequel des éducateurs de santé professionnels conseillent les adultes et les enfants obèses sur la façon de mettre en œuvre une alimentation saine et des comportements de vie sains. L’intervention comprend huit séances de groupe et trois heures et demie de coaching individuel pour adultes. Les enfants bénéficient de huit séances de groupe et de sept heures de coaching individuel.

Dans cette étude longitudinale, les changements de mode de vie chez les adultes et les enfants ont été examinés huit et 18 mois après le début du protocole.

Les adultes qui ont suivi le programme « CooL » ont connu des changements positifs dans l’autonomie perçue en matière de santé, la motivation à adopter des comportements sains, les obstacles perçus à une vie saine, l’engagement dans des comportements sains, la qualité de vie et le poids corporel.

Des avantages constants n’ont pas été observés chez les enfants qui ont suivi le programme, ce qui suggère que différentes stratégies peuvent être nécessaires pour aider les enfants obèses ou à risque d’obésité à mettre en œuvre avec succès des changements durables en matière d’alimentation et de mode de vie.

Principales conclusions

Cette recherche indique qu’une combinaison de coaching de santé de groupe et individuel peut aider les adultes obèses ou à risque d’obésité à accroître leur engagement dans des comportements favorisant la santé. Cependant, pour les enfants obèses ou à haut risque d’obésité, différentes tactiques de coaching en santé peuvent être nécessaires pour améliorer durablement les comportements alimentaires et de style de vie et le poids corporel.

Référence:

L’intervention de coaching sur le mode de vie (CooL) pour le surpoids et l’obésité: une étude longitudinale sur les changements de mode de vie des participants

Les éducateurs de santé sont des facilitateurs de changement. Ils permettent à leurs clients de faire face aux changements de régime alimentaire et de mode de vie et offrent un soutien inconditionnel, ce qui peut aider les gens à prendre des mesures pour gérer ou même inverser les conditions chroniques comme l’obésité. Avec l’aide d’un éducateur de santé, les clients sont souvent en mesure de mieux comprendre leur diagnostic et leur plan de traitement, ainsi que de traiter les émotions parfois difficiles qui accompagnent une maladie chronique. De plus, les clients qui ont suivi le coaching voient souvent des bienfaits supplémentaires dans leur vie en acquérant la confiance nécessaire pour agir et apporter des changements. Dans le programme de formation Innov’Naturopathie, nous proposons des instructions sur la maîtrise de l’art et de la pratique du coaching santé dans une perspective de santé fonctionnelle et ancestrale. Nos étudiants apprennent à aider les clients à changer leur vie et à adopter des habitudes plus saines.En savoir plus sur ce que le programme de formation Innov’Naturopathie a à offrir .