hormones médecine fonctionnelle

Hormones : Méthode de remplacement vs approche fonctionnelle

Avant de débuter cet article passionnant sur les hormones je voudrais faire cette citation de Raquel Martin :

« À mesure que nous serons mieux informés sur les alternatives plus sûres et que nous deviendrons plus conscients des influences sociales, économiques et environnementales qui prolongent les habitudes nocives en matière de santé, nous serons en mesure de comprendre plus clairement la distinction entre la politique et les preuves. » – L’ALTERNATIVE AUX OESTROGÈNES

Raquel Martin

Lorsqu’il s’agit de votre santé, un bon fonctionnement du système endocrinien et un équilibre hormonal sont absolument essentiels. Depuis plus de six décennies maintenant, lorsqu’ils traitent des problèmes endocriniens, la norme de soins pour les médecins conventionnels et intégrateurs est l’hormonothérapie substitutive (HTS). Qu’il s’agisse d’une adolescente avec des règles douloureuses mise sous pilule contraceptive, d’une femme de trente ans souffrant d’anxiété et d’acné à qui on a prescrit de la pommade à la progestérone, d’une femme ménopausée souffrant de bouffées de chaleur et de prise de poids ayant reçu des patchs d’œstrogènes, ou encore d’un homme adulte avec une faible libido. Avec un supplément de testostérone, cette approche de « thérapie de remplacement » ou de « complément » est loin d’être la solution à la plupart des problèmes hormonaux. 

HTS ET HORMONES BIOIDENTIQUES

Bien que de nombreuses études aient été publiées dans les années 70 et 80, ce n’est qu’en 2002 qu’un grand intérêt du public pour l’ HTS a été suscité. La Women’s Health Initiative (WHI) a publié une étude massive avec des données collectées pendant plus de 50 ans sur les femmes utilisant une HTS conventionnel. Les hormones pharmaceutiques utilisées dans cette étude étaient des Premarin et Provera approuvés par la FDA, des œstrogènes synthétiques et de la progestérone conjugués à partir de l’urine d’équidés gravides. L’étude a été interrompue lorsque les recherches ont montré une augmentation spectaculaire de l’incidence des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des cancers du sein et de l’endomètre chez les patientes prenant ces hormones. Après que le NIH ait publié une déclaration publique déclarant les risques nocifs de l’HTS, des millions de femmes se sont retrouvées à la recherche d’une option plus sûre et plus naturelle pour leurs symptômes hormonaux.   

Entrez dans la thérapie de remplacement hormonal bio-identique (BHRT).

Les hormones bio-identiques sont biochimiquement identiques aux hormones produites dans notre corps, le système endocrinien ne peut donc pas les distinguer des nôtres. Ils sont formulés à partir de substances végétales telles que l’igname et le soja. La BHRT pris par voie orale, sublinguale, sous forme de patch, de pastille ou appliqué sous forme de crème ne part que de produits végétaux « naturels ». Elle est ensuite synthétisée en laboratoire et modifié chimiquement en une substance de qualité pharmaceutique avec des facteurs de conversion et des enzymes ajoutés pour le rendre actif et utilisable dans le corps. Même si je suis d’accord sur le fait que la BHRT est une bien meilleure option que l’HTS conventionnel, elle n’est pas plus « naturelle » que leurs homologues à base d’urine de jument gestante. Plus sûr ? Théoriquement. Plus naturelle ? Ne vous faites pas d’illusions. Puisqu’aucune étude majeure à long terme n’a été menée sur la BHRT, l’efficacité ou la sécurité de cette approche thérapeutique n’est toujours pas connue. Pour l’instant, elles relèvent de la catégorie des « innocents jusqu’à preuve du contraire », comme tant d’autres prescrits.

Le but de cet article n’est pas de discuter si les hormones bio-identiques sont plus sûres que l’HTS conventionnel, ou si les BHRT composées sont plus naturelles que les BHRT approuvés par la FDA. Il s’agit en fait de discuter si le modèle de soins de santé de substitution hormonale (bio-identique ou non) est la meilleure approche en matière de santé hormonale. À mon avis, il s’agit d’une approche très simpliste et basée sur les symptômes, sans aucun souci de restaurer la fonction de la physiologie endocrinienne. Les problèmes qui en découlent ne proviennent pas des hormones elles-mêmes, mais de la mauvaise gestion de la manière dont elles sont prescrites et du manque d’éducation du patient quant aux autres mesures à prendre. La BHRT peut-elle être utile ? Certainement. Les hormones bio-identiques ont leur place si elles sont utilisées à bon escient dans des conditions spécifiques, à petites doses, à très court terme, tout en travaillant sur les problèmes sous-jacents à l’origine du dérèglement endocrinien. 

POURQUOI LE REMPLACEMENT HORMONAL EST TROP SIMPLISTE

Ce n’est pas parce qu’un laboratoire montre que vous êtes faible en une hormone spécifique que vous devez prendre un supplément avec cette hormone. Par exemple, il est courant que les hommes fassent mesurer leur testostérone parce qu’ils souffrent d’une faible libido ou d’une dysfonction érectile. Les laboratoires montrent que le taux de testostérone est faible et la testostérone est alors prescrite. Malheureusement, il est rare qu’ils se demandent « pourquoi » le taux de testostérone est faible. Mais que se passe-t-il si le taux de testostérone est faible à cause d’une aromatisation ou d’une conversion en œstrogène ? Ceci est couramment observé dans la résistance à l’insuline lorsqu’une enzyme appelée aromatase est régulée positivement et convertit la testostérone en œstrogène. (1) Dans ce cas, si vous donnez plus de testostérone à l’homme, il se retrouvera avec plus d’œstrogènes lorsque l’aromatisation se produira. Ce n’est pas vraiment ce que le pauvre gars demandait ! En travaillant sur la cause profonde, la résistance à l’insuline et la régulation de la glycémie, vous verrez les résultats à long terme. 

Un autre exemple est l’hormone thyroïdienne couramment prescrite. Le plus souvent, cette hormone est administrée aux patients sur la base du seul marqueur sanguin TSH (hormone stimulant la thyroïde). Si la TSH est élevée, on comprend que la production de T4 (hormone thyroïdienne) est faible, c’est pourquoi la T4 est prescrite. Il y a beaucoup de problèmes avec cette situation. Plus particulièrement, le manque d’informations lié à l’utilisation d’un seul marqueur thyroïdien. J’utilise NEUF marqueurs sanguins dans ma pratique pour analyser la fonction thyroïdienne et dresser un meilleur tableau de l’endroit où se produit la panne. Utiliser la TSH seule suppose que la panne se produit dans la production de T4. Mais que se passe-t-il si la fonction thyroïdienne est faible, non pas à cause d’une production insuffisante de T4, mais à cause du manque de conversion de T4 en T3 (la forme active et utilisable de l’hormone thyroïdienne) ? Une inflammation systémique et une mauvaise fonction hépatique peuvent perturber cette conversion. Vous pouvez prendre des pilules T4 toute la journée, mais aucune différence ne sera faite si vous ne convertissez pas le T4 en T3. L’accent doit être mis sur la cause profonde de l’inflammation et sur le maintien de la santé du foie. Il existe une multitude de raisons expliquant une mauvaise fonction thyroïdienne. Inflammation entraînant une diminution de la sensibilité des récepteurs thyroïdiens, une auto-immunité, des taux élevés d’œstrogènes affectant la T3 active, entre autres. La santé de la thyroïde est un sujet énorme et j’ai abordé ce sujet dans un autre article. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’existe pas de traitement unique. Et pas de pilule hormonale magique, bio-identique ou non, qui est la clé de la santé endocrinienne. Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres qui montrent pourquoi l’approche de remplacement est trop simpliste.

SUPPRESSION DE L’AXE HPATG

Lorsqu’elle est prescrite de manière appropriée et surveillée régulièrement, la BHRT peut aider à soulager les symptômes. Mais malheureusement, si vous le prenez à long terme, vous risquez d’aggraver les problèmes en supprimant les mécanismes naturels de rétroaction régulatrice en place qui conduisent à une production adéquate d’hormones. Ce mécanisme de rétroaction négative est généralement appelé axe HPATG (en français : axe hypothalmus-hypophyso-surrénalien-thyroïde-gonadique… une sacrée bouchée !). Il s’agit d’un terme général utilisé pour expliquer le réseau de communication complexe entre votre cerveau, vos glandes endocrines, vos hormones, et les neurotransmetteurs. Cet axe régule l’activité des cellules, des organes, la croissance, le métabolisme, la réponse au stress, la reproduction, l’homéostasie générale, entre autres. C’est absolument crucial pour la vie, c’est le moins qu’on puisse dire. Cette rétroaction négative fonctionne comme une sorte de système de « contrôles et contrepoids » pour vos glandes endocrines. En termes simples, lorsque votre cerveau reconnaît qu’une hormone a des niveaux trop élevés dans le sang, l’hypophyse libère des produits chimiques inhibiteurs vers une glande spécifique pour arrêter la production et la libération de cette hormone. La glande spécifique ciblée ralentit alors la production de l’hormone et renvoie un signal au cerveau pour arrêter de libérer le messager chimique inhibiteur. Cela fonctionne également à l’inverse des produits chimiques stimulants pour stimuler la production de davantage d’hormones par les glandes lorsque les niveaux sont trop bas. Ce type de communication par rétroaction se produit dans votre cerveau entre votre thyroïde, vos surrénales, vos gonades et votre pancréas. Et pour compliquer les choses, toutes ces glandes s’influencent, interagissent et dialoguent également entre elles.

Pourquoi l’utilisation d’hormones exogènes est-elle problématique pour l’axe HPATG ?

L’un des risques liés à l’utilisation d’hormones exogènes (supplémentaires) à long terme est qu’elles peuvent supprimer cet axe HPATG. Lorsque vous prenez des hormones supplémentaires, les niveaux de cette hormone augmentent dans votre circulation sanguine. L’hypophyse reconnaît alors l’augmentation des niveaux d’hormones et diminue ensuite votre propre production interne. Ce n’est pas un problème tant que vous prenez cette hormone, car vous obtenez toujours ce dont vous avez besoin grâce à la supplémentation, même si votre corps en produit moins. Les problèmes commencent lorsque vous avez des niveaux élevés d’hormones dans votre circulation sanguine au fil du temps, car les sites récepteurs d’hormones deviennent régulés négativement et moins sensibles à cette hormone. Cela signifie que les hormones ne créeront pas la même réponse qu’elles sont censées faire. Je suis sûr que   vous avez entendu parler de la résistance à l’insuline, c’est ce que nous appelons maintenant la résistance hormonale. À mesure que vous développez une résistance hormonale à la THS ou à la BHRT, vous devrez éventuellement continuer à augmenter votre dose pour créer le même effet. Cela rend également très difficile l’arrêt des hormones, car votre propre production naturelle d’hormones est supprimée et les glandes peuvent devenir « paresseuses » (comme un muscle atrophié par exemple). Bien sûr, il existe toujours des conditions dans lesquelles un remplacement hormonal est nécessaire, mais nous voulons quand même faire tout notre possible pour déterminer les causes sous-jacentes du déséquilibre hormonal et limiter la quantité d’hormones exogènes utilisées, traiter la cause restera toujours la solution la plus intelligente, reconnaître nos limites et comprendre que nous ne ferons jamais mieux que dieu, me semble être le début de la vraie intelligence, dans le sens où il vaut mieux travailler avec lui que contre lui (ou en se prenant pour lui).

APPROCHE FONCTIONNELLE DE LA SANTÉ HORMONALE

L’approche fonctionnelle de la santé hormonale vise à restaurer une physiologie adéquate. Afin de rétablir un bon équilibre physiologique du système endocrinien, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Outre la restauration de la fonction de l’axe HPATG comme mentionné ci-dessus, nous devons également prendre en compte ces facteurs cruciaux :

-Perturbateurs endocriniens et toxines environnementales

-Réponse au stress/Santé surrénalienne

-Déséquilibre glycémique

-Insuffisances nutritionnelles 

-Santé du foie

-Microbiome intestinal

-La génétique

Toutes les pièces du puzzle de l’approche fonctionnelle seront abordées dans notre prochain article. Il s’agit de déterminer la cause ou la source sous-jacente du problème et de l’aborder à ce niveau. Une fois cela fait, les hormones prennent soin d’elles-mêmes, car il existe des systèmes de base dans le corps qui sont nécessaires au bon fonctionnement des hormones et si vous vous assurez que ces systèmes fonctionnent bien, les hormones seront généralement en équilibre et à des niveaux optimaux.

Références :

1- https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12553872/

Leave a Comment