7 façons dont les moisissures toxiques affectent votre cerveau

Alimentation, sommeil, activité physique, gestion du stress – en tant que partisans d’un régime et d’un style de vie ancestraux , nous savons bien que ces facteurs ont un impact significatif sur notre fonction cognitive. Cependant, avez-vous déjà réfléchi à la façon dont votre environnement intérieur pourrait avoir un impact sur votre cerveau?

La personne moyenne vivant dans le monde moderne et occidentalisé passe 80 à 90% de son temps à l’intérieur. ( 1 ) Compte tenu du temps que nous passons à l’intérieur, nous devons assurer la sécurité et la propreté de nos environnements intérieurs. Malheureusement, un nombre choquant de bâtiments résidentiels, d’écoles et de lieux de travail abritent aujourd’hui un contaminant environnemental qui menace gravement notre santé cognitive: la moisissure. Lisez la suite pour savoir pourquoi l’odeur forte de moisissure et les odeurs désagréables de moisi à l’intérieur ne doivent pas être ignorées si vous vous souciez de votre santé cognitive à long terme.

La moisissure intérieure: une menace pour notre santé

Selon l’Organisation mondiale de la santé, près de la moitié des bâtiments en Amérique du Nord sont endommagés par l’eau et, par conséquent, sont des «biens immobiliers» de premier ordre pour les moisissures intérieures. ( 2 ) Les moisissures telles que Stachybotrys chartarum et Aspergillus se développent dans des environnements humides riches en matériaux poreux, tels que les panneaux de particules, le bois et les cloisons sèches. En présence de ces matériaux, une petite fuite d’eau d’une fenêtre mal scellée ou d’un trou dans une fondation de sous-sol suffit pour déclencher une prolifération de moisissures, avec des répercussions potentiellement dramatiques sur la santé des résidents. ( 3 ) En France l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a détecté la présence de moisissures dans 16 % des logements, lors de sa campagne nationale sur 567 logements représentatifs du parc immobilier métropolitain (2003-2005). Cette propor­tion est de 32 % lorsqu’on utilise différents traceurs de composés organiques volatils d’origine microbienne (COVm), selon l’indice de contamination fongique développé par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). La présence de moisissures a été détectée dans 5 % des 878 salles investiguées, lors de la campagne menée dans les 310 écoles et crèches par le ministère de l’environnement, entre 2009 et 2011. Globalement, les différents rapports internationaux convergent vers une proportion d’au moins 20 % de logements concernés par la présence de moisissures et associent les problèmes d’humidité comme l’un des principaux facteurs de développement fongique

Une fois que la moisissure s’est installée dans un environnement intérieur endommagé par l’eau, elle commence à libérer des métabolites secondaires appelés mycotoxines. Des exemples de mycotoxines comprennent les trichothécènes, produits par le champignon Fusarium , et la gliotoxine et l’ochratoxine A, produites par les champignons Aspergillus .

Les mycotoxines constituent une menace sérieuse pour la santé humaine, en particulier lorsqu’elles sont inhalées, avalées ou absorbées par contact cutané dans des bâtiments moisis. Les effets néfastes des mycotoxines sur la santé sont aggravés par la présence d’autres biotoxines dans les bâtiments humides, notamment des endotoxines bactériennes, des fragments de parois cellulaires fongiques et bactériennes et des composés organiques volatils microbiens (COV). ( 4 )

La constellation des symptômes causés par l’exposition aux moisissures et aux biotoxines est appelée « maladie de la moisissure », «maladie des biotoxines» ou syndrome de réponse inflammatoire chronique (CIRS) . Alors que les moisissures et les mycotoxines ont un impact sur divers systèmes corporels, les effets cognitifs sont parmi les plus déconcertants.

Une perspective évolutive sur la maladie des moisissures

Nous humains avont interagi avec les moisissures environnementales tout au long de notre histoire évolutive. En conséquence, notre corps a développé des systèmes de défense naturels pour lutter contre ces toxines, y compris le mécanisme de clairance mucociliaire dans les poumons et les branches innées et adaptatives du système immunitaire. Cependant, dans un exemple involontaire d’inadéquation évolutive, nos systèmes de défense naturels ne sont pas à la hauteur des puissantes souches de moisissures trouvées dans les bâtiments modernes dans lesquels nous travaillons et vivons. Ces bâtiments sont conçus de manière à favoriser la croissance des moisissures, avec une mauvaise circulation de l’air et une myriade de possibilités de fuite d’eau. Les systèmes de défense de la plupart des gens ne peuvent pas suivre l’exposition chronique aux moisissures et aux mycotoxines, ce qui les fait succomber à la maladie.

Les symptômes cognitifs de l’exposition aux moisissures ont également une composante évolutive. La maladie de la moisissure déclenche un phénomène conservé dans l’évolution appelé «comportement de maladie», qui comprend la somnolence, la dépression, l’apathie et le retrait social.

Le comportement de maladie induite par la moisissure est le résultat d’une réponse immunitaire qui vise à vous aider à survivre à l’exposition actuelle aux moisissures et à éviter les expositions futures. ( 5 ) Cependant, de nombreuses personnes ne font pas le lien entre leurs symptômes et leur environnement, vivant plutôt dans un cercle vicieux d’exposition constante aux moisissures et à la maladie.

Votre cerveau sous effet des moisissures toxiques: sept effets de la moisissure

Un cerveau exposé à la moisissure intérieure toxique et aux mycotoxines n’est généralement pas un cerveau très heureux. Les recherches indiquent que le spectre des troubles cognitifs causés par l’exposition aux moisissures et aux mycotoxines est vaste. Bon nombre de ces problèmes de santé mentale sont assez répandus dans notre société. Cela devrait nous amener à nous demander combien de ces cas pourraient être dus à des expositions environnementales toxiques, telles que la moisissure.

  1. Déficience cognitive

On a constaté que l’exposition aux moisissures et aux mycotoxines réduisait la capacité de mémoire, l’attention et la capacité intellectuelle, telles qu’évaluées par des tests de QI. ( 6 )

  1. Fatigue chronique

Les patients atteints du syndrome de fatigue chronique ont des niveaux élevés de mycotoxines urinaires, ce qui suggère que les mycotoxines peuvent jouer un rôle dans le processus de la maladie. ( 7 )

  1. Maladies neurodégénératives

Les travaux révolutionnaires du Dr Dale Bredesen ont révélé que les mycotoxines participent à la pathogenèse d’un sous-type de la maladie d’Alzheimer, appelée «maladie d’Alzheimer par inhalation». ( 8 ) Les champignons peuvent également jouer un rôle dans le développement de la sclérose latérale amyotrophique et de la maladie de Parkinson. ( 9 , 10 )

  1. Dépression et anxiété

Une étude de plus de 5 000 adultes publiée dans l’ American Journal of Public Health a révélé que les personnes vivant dans des environnements moisis présentaient des taux de dépression significativement plus élevés que les témoins vivant dans des environnements sans moisissure. ( 11 ) De nombreuses personnes dépressives exposées aux moisissures souffraient également d’anxiété.

  1. Autisme

Des recherches émergentes indiquent que les enfants autistes ont des niveaux urinaires de mycotoxines plus élevés que leurs pairs non autistes, ce qui suggère une relation entre l’exposition aux moisissures et l’autisme. ( 12 )

  1. Psychose

La relation entre les mycotoxines et la psychose a été documentée tout au long de l’histoire humaine. Au Moyen Âge, l’exposition aux alcaloïdes de l’ergot provoquait une maladie hallucinatoire appelée ergotisme ou «feu de Saint Antoine». Les premiers colons nord-américains qui mangeaient du grain contaminé par la moisissure souffraient également d’épisodes psychotiques. ( 13 )

  1. Lésions cérébrales traumatiques

Plusieurs des déficiences neurologiques qui surviennent dans les maladies dues aux moisissures ressemblent aux déficiences observées dans les lésions cérébrales traumatiques, y compris les troubles d’apprentissage et la vitesse psychomotrice réduite. ( 14 )

Les mycotoxines et le cerveau: mécanismes d’action

Il existe plusieurs mécanismes par lesquels les moisissures et les mycotoxines nuisent au cerveau et induisent un dysfonctionnement cognitif.

  • Les mycotoxines induisent un stress oxydatif, provoquant la libération d’espèces réactives de l’oxygène par les cellules qui endommagent les tissus du système nerveux. ( 15 )
  • Les trichothécènes induisent un dysfonctionnement mitochondrial, un phénomène qui sous-tend les troubles cognitifs. ( 16 , 17 )
  • Les mycotoxines interagissent avec l’axe neuro – immun, un réseau de cellules et de molécules de signalisation qui relie le système immunitaire au système nerveux central. Les mycotoxines activent les mastocytes le long de cet axe, déclenchant la libération de cytokines inflammatoires qui provoquent une neuroinflammation et un dysfonctionnement cognitif. ( 18 )
  • Les mycotoxines altèrent la plasticité neuronale en se liant aux protéines impliquées dans l’activité synapse. La plasticité neuronale réduite est un facteur contribuant au dysfonctionnement cognitif, à la dépression et à l’anxiété, entre autres problèmes de santé mentale. ( 19 )
  • Les mycotoxines compromettent l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique, traversant le cerveau et exerçant des effets neurotoxiques sur les neurones. ( 20 , 21 )

La moisissure nuit-elle à votre cerveau? Que faire ensuite

Souffrez-vous de symptômes cognitifs inexpliqués et pensez-vous que la moisissure pourrait en être la cause? Pour éviter d’être submergé et concevoir rapidement un plan d’action, suivez ces étapes.

  1. Créez une chronologie

Créez une chronologie qui comprend tous les bâtiments dans lesquels vous avez travaillé et vécu, ainsi que l’apparence de vos symptômes cognitifs. L’un des bâtiments abritait-il des moisissures visibles, des dégâts d’eau ou une odeur de moisi ou de moisi pour vous ? Vos symptômes correspondent-ils au temps que vous avez passé dans ces bâtiments? Si oui, l’exposition aux moisissures peut en effet contribuer à vos problèmes de santé mentale ou cognitive.

  1. Trouvez un clinicien qui connaît bien les moisissures

De nombreux médecins (même les praticiens en médecine fonctionnelle ) ne sont toujours pas au courant de la maladie de la moisissure, vous devrez donc trouver un praticien qui «maîtrise les moisissures» et peut vous évaluer pour l’exposition aux moisissures et aux mycotoxines.

  1. Testez votre environnement actuel pour les moisissures et les mycotoxines

Cette étape peut être assez déroutante, car il existe de nombreux types de tests de moisissures et de mycotoxines, et de nombreuses entreprises différentes proposant des évaluations environnementales de différentes qualités. Alors que le test de l’indice de moisissure relative dans l’environnement (ERMI) a longtemps été considéré comme la «norme de référence», il ne teste que les moisissures et non les mycotoxines. Au lieu de cela, je suggère de faire une évaluation environnementale des moisissures et des mycotoxines (EMMA). L’EMMA teste à la fois les moisissures et les mycotoxines, et évalue tous les organismes cliniquement pertinents en utilisant une réaction en chaîne par polymérase quantitative.

  1. Retirez-vous de l’environnement contaminé et commencez le traitement

Se retirer de l’environnement contaminé par les moisissures et les mycotoxines est la première étape vers la guérison. Les étapes suivantes, guidées par un praticien familiarisé avec les moisissures, peuvent inclure la prise d’agents liants pour «éponger» les mycotoxines en circulation, le traitement des infections fongiques et l’utilisation de la médecine fonctionnelle pour lutter contre les effets en aval de l’exposition aux moisissures / mycotoxines.

La maladie de la moisissure est effrayante, surtout lorsqu’elle commence à avoir un impact sur votre organe le plus précieux, votre cerveau. Cependant, il n’y a pas lieu de paniquer. En suivant les étapes concrètes décrites ici, vous pouvez prendre en charge votre bien-être, lutter contre les expositions aux moisissures toxiques et restaurer votre santé cognitive.

En savoir plus sur la maladie des moisissures et ses effets sur le cerveau

  1. L’ergotisme , un empoisonnement causé par la consommation d’aliments contaminés par un groupe de mycotoxines appelées alcaloïdes de l’ergot, peut avoir déclenché les hallucinations bizarres des premiers colons nord-américains qui ont conduit à des allégations de «sorcellerie» et aux tristement célèbres procès de sorcières de Salem. Alors que le champignon responsable de l’ergotisme, l’ergot, pousse principalement sur les céréales, les mycotoxines des moisissures intérieures peuvent également provoquer une psychose. ( 22 )
  2. Les visions de fantômes et autres expériences paranormales de personnes qui ont vécu dans des maisons «hantées» peuvent en fait être dues à un dysfonctionnement neuropsychiatrique induit par des mycotoxines neurotoxiques et des moisissures qui poussent dans ces maisons, souvent assez vieilles, sombres et humides. ( 23 )
  3. Le changement climatique crée des environnements intérieurs plus humides, en raison de phénomènes tels que les inondations, ainsi que le déclenchement de l’évolution de moisissures intérieures plus virulentes. Les scientifiques soupçonnent que l’incidence du «syndrome d’hypersensibilité aux moisissures» augmentera à mesure que le climat de notre planète continue de se réchauffer. ( 24 )
  4. La Finlande a le taux de mortalité par démence le plus élevé au monde. Les scientifiques soupçonnent que trois facteurs principaux sont en jeu, notamment une prévalence élevée de moisissures intérieures productrices de mycotoxines qui se développent dans l’environnement humide et froid du pays, des niveaux élevés de mercure neurotoxique dans les fruits de mer (un aliment de base dans le régime finlandais) et une carence généralisée en sélénium causée par des sols pauvres en sélénium. ( 25 )
  5. Certains aliments sont des sources importantes de mycotoxines , en particulier les céréales et la viande et le lait d’animaux nourris aux céréales. La prévalence des mycotoxines dans ces aliments est une raison de plus pour adopter une alimentation ancestrale et être conscient de la qualité des aliments!

Et si vous voulez aller plus le programme de formation Innov’Naturopathie est l’un des seuls programmes de coaching dans le monde francophone qui vous enseigne la santé ancestrale. Non seulement cela, mais vous apprenez également à aider les gens à modifier leur régime alimentaire, leur façon de cuisiner et leur mode de vie conformément à notre modèle ancestral. Cliquez ici pour en savoir plus.