médecine fonctionnelle intégrative

Médecine fonctionnelle, naturopathie, allopathie.

Médecine conventionnelle et Naturopathie

Certains croient, à tort, le mythe selon lequel la médecine « Naturopathique » se résume à remplacer des médicaments chimiques par des plantes ou des huiles essentielles ,(Donner un traitement qu’il soit vert ou chimique cela reste de l’allopathie et en aucun cas de la Naturopathie) ce faisant, ils ont la fausse illusion d’une opposition irréconciliable entre le Médecin (Approche Allopathique) et le Naturopathe (Approche holistique).

En fait le naturopathe et le docteur travaillent, dans le meilleur des mondes, main dans la main, chacun dans son domaine, en complémentarité chacun dans son domaine de compétence. Par exemple, il faut savoir qu’un Naturopathe n’a pas le droit d’établir de diagnostic, c’est le domaine réservé des médecins, ce sont eux les maîtres de l’art. C’est un point important à saisir car si un naturopathe fait un diagnostic alors il fait de la médecine illégale et il tombe, de fait, sous le coup de la loi.

L’approche Allopathique agit dans l’urgence, elle traite le symptôme avant tout afin de soulager le patient, voir même lui sauver la vie à un instant (t). Cependant face aux nombreux effets secondaires des médicaments chimiques, surtout dans le traitement de longue durée, certains préfèrent se tourner vers une approche plus respectueuse de l’essence même de l’homme, pour retrouver un équilibre perdu, pour traiter le fond et rétablir le terrain. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux « prévenir que guérir » ?

Médecine fonctionnelle, médecine allopathique et naturopathie

Lors d’une excellente conférence sur la médecine fonctionnelle à Bellevue, Washington (du 28 au 30 avril 2011), « Le défi des infections émergentes au 21e siècle : terrain, tolérance et sensibilité », plusieurs présentateurs ont présenté des arguments scientifiques convaincants pour les causes infectieuses profondes de certaines maladies. La polyarthrite rhumatoïde a été décrite comme étant précipitée par une infection Proteus des voies urinaires. La spondylarthrite ankylosante a été décrite comme étant causée par une infection de la bactérie Klebsiella dans le côlon. Il était particulièrement frappant de voir les données expérimentales et de recherche utilisées pour plaider en faveur du développement de maladies auto-immunes issues de ces agents infectieux. Il convient également de noter que, même face à des données scientifiques importantes soutenant la prémisse d’un agent infectieux provoquant une maladie auto-immune chez l’homme, les rhumatologues allopathes rejettent largement les données, préférant plutôt continuer à trouver des médicaments pour masquer les symptômes plutôt que de traiter la cause sous-jacente.

Définir la médecine fonctionnelle

Nous avons donc commencé à réfléchir : qu’est-ce que la médecine fonctionnelle et comment les praticiens de la médecine fonctionnelle pourraient-ils potentiellement travailler à clarifier ou à développer une approche plus vitaliste ? (Le vitalisme est « la théorie selon laquelle l’origine et les phénomènes de la vie dépendent d’une force ou d’un principe distinct des forces purement chimiques ou physiques) La médecine fonctionnelle fournit-elle des domaines de croissance, le développement et la collaboration avec la médecine naturopathique, et la médecine naturopathique offre-t-elle des domaines de croissance, de développement et de collaboration avec la médecine fonctionnelle ? En effet, le processus naturopathique de guérison et l’ordre thérapeutique, (1) premiers concepts de Lindlahr, (2,3) et les principes de la médecine naturopathique représentent une synthèse des points forts des approches fonctionnelles, allopathiques et naturopathiques ? Dans cet article, nous explorons les différences fondamentales et les similitudes que nous percevons. Celles-ci valent la peine d’être explorées dans le contexte de la reconnaissance importante par la médecine naturelle du terrain en tant que facteur sous-jacent le plus profond de la maladie. Pour approfondir ces notions, il faut d’abord définir la médecine fonctionnelle (4).

Une médecine personnalisée

La médecine fonctionnelle est une médecine personnalisée qui traite de la prévention primaire et des causes sous-jacentes plutôt que les symptômes des maladies chroniques graves. Il s’agit d’un domaine scientifique des soins de santé fondé sur les principes suivants :

  • L’individualité biochimique décrit l’importance des variations individuelles de la fonction métabolique qui dérivent des différences génétiques et environnementales entre les individus.
  • La médecine centrée sur le patient met l’accent sur les « soins aux patients » plutôt que sur les « soins aux maladies », suivant l’avertissement de Sir William Osler selon lequel « il est plus important de savoir quel patient a la maladie que de savoir quelle maladie le patient a ».
  • Équilibre dynamique des facteurs internes et externes.
  • Interconnexions de facteurs physiologiques en forme de toile… le corps humain fonctionne comme un réseau orchestré de systèmes interconnectés, plutôt que comme des systèmes individuels fonctionnant de manière autonome et sans effet les uns sur les autres….
  • La santé en tant que vitalité positive, et non simplement l’absence de maladie.
  • Promotion de la réserve d’organes comme moyen d’améliorer la durée de vie. (4)

La médecine fonctionnelle comprend certains des concepts importants de l’approche vitaliste, y compris la reconnaissance de l’individualité biochimique, une approche systémique basée sur l’homéostasie et l’appréciation de l’interaction cruciale de l’esprit, du corps et de l’âme. Alors que certains en médecine allopathique peuvent être moins reconnaissants, l’utilisation d’une terminologie différente, telle que l’individualité biochimique plutôt que le polymorphisme génétique, ne discrédite pas le concept. La position la plus importante de la médecine fonctionnelle, du point de vue de la naturopathie, est peut-être son appréciation de la santé non seulement comme l’absence de maladie, mais comme une « vitalité positive ». Le vitalisme adopte également ce point de vue, bien qu’il soit défini et appliqué plus largement dans la pratique de la naturopathie.

médecine fonctionnelle intégrative

Vitalisme et réductionnisme à la croisée des chemins

Alors, où se rejoignent médecine fonctionnelle et médecine naturopathique à la croisée des approches médicales réductionnistes et vitalistes ? Depuis l’époque d’Hippocrate, il y a eu un débat long et quelque peu ardu sur les rôles que le vitalisme et le réductionnisme ont en médecine. Certes, Hippocrate, Paracelse, Galien et Hahnemann, ainsi que d’autres ont contribué à la discussion au cours des siècles, sans qu’aucun consensus clair ne se dégage. Souvent, ces discussions n’ont fait qu’entretenir la tension entre les 2 points de vue. Bien que le débat qui en a résulté ait pu faire avancer de nombreuses carrières médicales, ce manque de consensus n’a pas nécessairement profité au patient, qui est – ou devrait être – au centre du débat en cours. D’un point de vue purement philosophique, ces positions quelque peu opposées peuvent être considérées comme le yin et le yang, enfermé dans la danse de la médecine telle qu’elle s’est développée au fil des siècles. Cette danse a certainement servi à produire bon nombre des grands progrès de la médecine. La pharmacologie peut être considérée comme le yang ultime, ou le nec plus ultra des approches réductionnistes et mécanistes, tandis que les progrès de la santé publique peuvent être mieux considérés comme le yin, ou le nec plus ultra en matière de protection du terrain en médecine allopathique. (5) Le rapport de Flexner en 1910, citant la nécessité d’une éducation scientifique plus solide et d’une surveillance stricte de l’admission à la faculté de médecine et de la formation postdoctorale, comprenait également des recommandations pour mettre davantage l’accent sur la prévention des maladies et la responsabilité sociale, ainsi qu’une plus grande humilité des médecins, (6,8) sans doute une approche plus vitaliste.

Au confluent de la bifurcation

Alors que la médecine allopathique a largement adopté la méthode réductionniste, les développements récents de la médecine fonctionnelle peuvent amener à conclure que l’approche à facette unique du paradigme réductionniste dominant approche d’un point de bifurcation. La médecine naturopathique – tout en ayant clairement des racines à la fois dans les traditions vitalistes et réductionnistes, ainsi qu’une histoire conceptuelle et clinique alignée sur les concepts et un corpus scientifique de connaissances en médecine fonctionnelle – s’est ainsi souvent retrouvée à s’interroger sur sa place dans cette danse en médecine. Il n’a jamais été le partenaire le plus populaire de la danse et a toujours continué à danser comme s’il n’avait pas besoin de partenaire. Cependant, on peut se demander si ce rôle solitaire approche de son propre point de bifurcation et s’il arrive maintenant un moment où un partenaire approprié peut être trouvé,

Approche réductionniste

La médecine réductionniste suit plusieurs prémisses pour aborder logiquement la maladie. Plus récemment, la médecine fonctionnelle a commencé à examiner plus en profondeur les causes de la maladie et à explorer l’interdépendance – le réseau – des tentatives de l’organisme pour restaurer l’homéostasie. Cependant, la médecine fonctionnelle peut encore sembler parfois considérer la maladie en termes de relation de cause à effet dans le cadre d’un modèle réductionniste. Ce modèle peut sembler exprimer – voir les commentaires d’introduction ci-dessous à propos de la conférence d’avril 2011 – que la maladie existe en tant qu’entités pathologiques distinctes qui peuvent être spécifiquement identifiées et éliminées grâce à l’application de thérapies fondées sur des preuves, principalement des médicaments et de la chirurgie ou parfois des herbes et des nutriments. Cependant, (4) la principale différence est la reconnaissance, par les praticiens de la médecine fonctionnelle, qu’un patient est plus que la somme des parties. Cette reconnaissance peut être applaudie mais peut ne pas aller assez loin. Tolle causam, par exemple, le principe naturopathique pour identifier et traiter la cause sous-jacente de la maladie, n’implique pas que trouver la cause consiste simplement à traiter la bactérie à l’origine de l’infection d’un patient, mais comprend l’examen complet du terrain.

Pourtant, les présentations à la conférence d’avril 2011 ne tenaient pas compte des prémisses de la médecine vitaliste. Apparemment, la pensée est là mais elle n’est pas abordée activement. Pour les ND, c’est le sol – le terrain – qui est essentiel et non pas tant l’organisme spécifique. Les présentations faisaient allusion aux déterminants naturopathiques de la santé, mais ne faisaient pas le lien entre l’infection, la réactivité croisée avec soi-même et la suppression des symptômes.

Approche Vitaliste

L’approche vitaliste, en revanche, suit l’idée que la santé est un point de consigne homéostatique ou homéodynamique et un état naturel que l’organisme tente constamment d’atteindre. La mauvaise santé est une réponse adaptative à une perturbation de l’équilibre homéostatique de l’organisme, une tentative de rééquilibrer la charge allostérique. (9,12) Dans la vision vitaliste, le mécanisme homéostatique ou homéodynamique équilibré de la santé optimale suit les lois de l’univers en ce sens que le processus du mécanisme est ordonné et dépend d’un environnement sain. Selon Paracelse, (13) la santé du corps repose sur l’harmonie de l’homme (le microcosme) et de la nature (le macrocosme). Une autre façon de penser à cela est de discuter du terrain. Du point de vue naturopathique, une construction fondamentale est le terrain. Il se compose de la génétique de fond (ou susceptibilité) associée au statut épigénétique (reflétant le mode de vie ou exposome), y compris le statut socio-économique, (14) la constitution et les facteurs environnementaux. Le mode de vie et les facteurs environnementaux contribuent à former la charge allostatique. Les mécanismes épigénétiques peuvent assurer le rétablissement de l’équilibre homéostatique. C’est pourquoi, dans la vision vitaliste, certains individus tombent malades et d’autres pas lorsqu’ils sont exposés à la même perturbation. Dans un modèle réductionniste, théoriquement, tout le monde devrait tomber malade, ou finira par tomber malade, lorsqu’il est exposé. Nous savons en pratique que toutes les personnes exposées à un agent infectieux ne tombent pas malades; par conséquent, il semble probable que, au minimum, la vision réductionniste soit incomplète.

Philosophie du Vitalisme

Le vitalisme est une philosophie qui postule que la totalité d’un organisme individuel ne peut s’expliquer uniquement par le jeu de la biochimie mais qu’il existe une « étincelle » supplémentaire, une expression de l’énergie essentielle à la vie. De plus, le vitalisme postule que l’organisme lui-même a un rôle dans la maladie et que la maladie n’est pas due principalement à des organismes ou à des facteurs exogènes, mais qu’il s’agit d’interactions importantes entre l’organisme, le terrain et l’environnement. La maladie est considérée comme un processus plutôt qu’une entité distincte. (1) Une condition particulière est le résultat de la réponse d’un organisme à un ensemble de facteurs, et bien qu’il puisse y avoir des caractéristiques similaires, la progression et le processus de la condition de chaque individu sont au moins en partie uniques à l’individu.

Entrez dans l’épigénétique

Plus récemment, le domaine de l’épigénétique est apparu comme un moyen de visualiser l’influence du macrocosme sur le microcosme par l’activation (ou la désactivation) de séquences génétiques qui étaient auparavant inactives (ou actives) via la phosphorylation, la méthylation et d’autres mécanismes. (15,18) L’étude dans ces domaines a clairement le potentiel d’identifier l’influence de l’environnement, de l’état mental et émotionnel et des choix de mode de vie sur le développement et la progression de la maladie. Ce n’est pas un vœu pieux de croire que l’épigénétique soutiendra finalement la vision vitaliste de la santé et de la maladie, et la médecine fonctionnelle et la médecine naturopathique ont incorporé cette discussion émergente.

Étant donné que la maladie est considérée comme un processus plutôt qu’une entité, quels sont les facteurs qui déterminent si une personne tombe malade ou non ? Certains des facteurs censés influencer cela sont la génétique, les schémas de maladie antérieurs, les effets des médicaments précédents, l’état physique, mental et émotionnel, les expositions toxiques, la mauvaise digestion et la toxémie, les facteurs d’hygiène et la mauvaise qualité de la nourriture et de l’eau. Ceux-ci ne sont souvent pas pris en compte lorsque le médecin allopathe (hors santé publique) y est confronté simplement parce qu’ils sont considérés comme non quantifiables et non susceptibles d’être étudiés. De plus, il est souvent plus difficile de considérer le patient comme un individu unique influencé par une combinaison unique de facteurs, alors que l’alternative la plus simple est peut-être une étiquette composée de codes de diagnostic et de procédure.

L’homéopathie classique, par exemple, peut utiliser des remèdes tout à fait uniques pour des cas individuels de pharyngite chronique. Le remède pour un cas de pharyngite peut être Lachesis, tandis que pour un autre ce peut être Lycopodium. Il n’existe aucun moyen pratique de coder ces différences car elles sont basées sur les symptômes individuels et non sur la maladie.

Synthèse

L’approche de la médecine fonctionnelle a renforcé certains aspects de la pratique de la naturopathie. Elle a ajouté d’immenses connaissances et une réflexion puissante et rigoureuse qui explique scientifiquement le concept de tonification des systèmes fragilisés au sein de l’ordre thérapeutique, par exemple. Ainsi, cet article est moins un argument selon lequel la médecine fonctionnelle n’aborde pas de manière adéquate le vitalisme qu’une déclaration applaudissant également de nombreux concepts défendus par la médecine fonctionnelle – et suggérant certains concepts qui, à notre avis, pourraient renforcer l’impact de son approche. La clé de ces concepts est la prise en compte du terrain biologique et énergétique des patients, qui pourrait aider à conserver la capacité du clinicien à reconnaître l’intégrité de la coquille de M. Dupont  avant qu’elle ne soit affaiblie ou brisée par une prédisposition génétique ou une attaque environnementale. (1)

Dans le processus d’éducation médicale, l’approche réductionniste présente de nombreux avantages évidents, comme en témoignent les progrès de la chirurgie et du traitement des maladies aiguës, par exemple. Cependant, un problème se pose cliniquement lorsque le patient arrive au cabinet du médecin formé en allopathie comme un être humain à part entière mais (du fait d’une éducation réductionniste) est considéré opérationnellement comme un foie ou un système cardiovasculaire. La question est, pouvons-nous combiner le meilleur de la médecine fonctionnelle, allopathique et naturopathique et commencer à guérir les fissures ? Le problème réside peut-être dans le fait que, bien que Humpty Dumpty ait été fissuré, peu de professionnels de la santé ont reçu toute la formation et ne peuvent souvent pas prendre le temps ou faire l’effort intellectuel intensif nécessaire pour le remettre sur pied.

La médecine fonctionnelle et la médecine naturopathique ont développé ces compétences et ces approches collectivement, de différentes manières, sur de nombreux fronts. D’un point de vue naturopathique, pour relier les points des faits et des données réductionnistes, nous devons prendre du recul et réfléchir à la manière dont, par exemple, la thyroïde interagit réellement avec les surrénales et les organes reproducteurs. Il est insuffisant de coder l’insuffisance surrénalienne couplée à la fonction hypothyroïdienne sans se rendre compte que les 2 sont inextricablement liés de manière souvent unique à chaque individu. Les interactions de l’esprit et du corps sont de plus en plus appréciées, mais comment traiter ou coder un patient dont la douleur épigastrique est associée à la perte d’un frère, d’un parent ou d’un animal de compagnie (code de diagnostic 30000 [état d’anxiété, non spécifié] ou 78906 [douleur abdominale, épigastrique] ?) Ni l’un ni l’autre ne sont suffisants pour la description, mais le système de codage réductionniste (requis dans le monde à des fins d’assurance) oblige les médecins à le faire. Les médecins, bien sûr, connaissent la relation, mais le fait de coder à des fins de facturation peut brouiller le fait que les médecins comprennent la maladie du patient, et non les maux dont souffre le patient.

Conclusion

Pour reconstituer complètement M. Dupont, il faut que tous les hommes et femmes de la médecine travaillent ensemble pour redéfinir, repenser et reconnecter les points de priorités au sein de leurs divers systèmes de pensée médicaux – réductionnisme, fonctionnalisme et vitalisme – à un qui englobe tout cela. Chacun a à offrir quelque chose, tout en se concentrant sur la santé et le bien-être des patients, qui est au centre du débat. Cela exige également que les sociétés mettent l’accent sur la santé et le bien-être plutôt que de dépenser d’énormes ressources pour maintenir le statu quo de la maladie. Tant que nous continuerons à maintenir le modèle de la maladie comme un état d’être normal versus un état de bien-être et de santé, le débat vitaliste-réductionniste sapera la santé des communautés et des populations, avec des conséquences de plus en plus dévastatrices.

Références

  1. Zeff J, Snider P, Myers SP, DeGrandpre Z. Une hiérarchie de guérison : l’ordre thérapeutique. Dans : Pizzorno J, Murray M, eds. Manuel de médecine naturelle. New York, New York : Churchill Livingstone. Dans la presse.
  2. Lindlahr H. Nature Cure : Philosophie et pratique basées sur l’unité de la maladie et de la guérison. Chicago, Illinois : Éditions Nature Cure ; 1913.
  3. Lindlahr H. Catéchismede guérison de la nature . 2e éd. Chicago, Illinois : Éditions Nature Cure ; 1914:17 (chapitre 2).
  4. Institut de médecine fonctionnelle. Qu’est-ce que la médecine fonctionnelle ? http://www.functionalmedicine.org/about/whatis.asp. Consulté le 19 août 2011.
  5. Blanc KL. Guérir le schisme : épidémiologie, médecine et santé publique. New York, NY : Springer-Verlag ; 1991.
  6. Flexner A. L’éducation médicale aux États-Unis et au Canada: de la Fondation Carnegie pour l’avancement de l’enseignement, Bulletin numéro quatre, 1910. Bull World Health Organ. 2002;80(7):594-602.
  7. Boelen C. Un nouveau paradigme pour les facultés de médecine un siècle après le rapport de Flexner. Bull Organe Mondial de la Santé. 2002;80(7):592-593.
  8. Bryant JH, Velji A. La santé mondiale et le rôle des universités au XXIe siècle. Infect Dis Clin North Am. 2011;25(2):311-321.
  9. Canon WB. Organisation pour l’homéostasie physiologique. PhysiolRev. 1929;9(3):399-431.
  10. McEwen BS. La neurobiologie et la neuroendocrinologie du stress : implications pour le trouble de stress post-traumatique d’un point de vue scientifique fondamental. Psychiatre Clin North Am. 2002;25:469-494.
  11. Martinez-Lavin M, Vargas V. Allostase des systèmes adaptatifs complexes dans la fibromyalgie. Rheum Dis Clin North Am. 2009;35:285-298.
  12. McEwen BS. Effets centraux des hormones de stress sur la santé et la maladie : comprendre les effets protecteurs et néfastes du stress et des médiateurs du stress. Eur J Pharmacol. 2008;583(2-3):174-185.
  13. Encyclopédie du Nouveau Monde. Paracelse. http://www.newworldencyclopedia.org/entry/Paracelsus. Consulté le 19 août 2011.
  14. Seeman T, Epel E, Gruenewald T, Karlamangla A, McEwen BS. Différentiels socio-économiques en biologie périphérique : charge allostatique cumulée. Ann NY Acad Sci. 2010;1186 :223-239.
  15. Mathers JC. La révolution biologique : vers une compréhension mécaniste de l’impact de l’alimentation sur le risque de cancer. Mutat Res. 2004;551(1-2):43-49.
  16. Reynolds E. Vitamine B 12, acide folique et système nerveux. Lancette Neurol. 2006;5:949-960.
  17. Su RC, Becker AB, Kozyrskyj AL, Hayglass KT. Régulation épigénétique des réponses établies des cytokines humaines de type 1 par rapport aux cytokines de type 2. J Allergy Clin Immunol. 2008;121(1):56-63.
  18. Ornish D, Lin J, Daubenmier J. Augmentation de l’activité de la télomérase et changements complets du mode de vie : une étude pilote. Lancette Oncol. 2008;9(11):1048-1057.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.