produits laitiers

Supprimer les produits laitiers ? 9 choses à savoir

Des millions de personnes abandonnent les produits laitiers et optent pour des alternatives comme le lait d’amande, de soja et de coco. Mais est-ce une bonne idée ?

Manger un aliment que votre corps ne tolère pas, c’est comme boire un poison à action lente tous les jours. Personne ne veut faire ça ! D’un autre côté, il est important de varier son alimentation. Vous ne voulez pas supprimer tout un groupe d’aliments sans raison.

Afin de prendre la meilleure décision pour votre santé, il est important de peser les avantages nutritionnels par rapport aux risques et d’adopter une approche individualisée.

Voici ce que vous devez considérer avant de supprimer les produits laitiers !

1. Les produits laitiers peuvent être hautement inflammatoires et déclencher une réaction auto-immune

Tout d’abord, parlons des raisons pour lesquelles tant de gens abandonnent les produits laitiers. 

Certains sont intolérants au lactose, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas décomposer une enzyme spécifique présente dans les produits laitiers de vache (plus de détails ci-dessous). Cela entraîne des problèmes digestifs assez immédiats, à savoir des gaz, de la diarrhée et des crampes abdominales.

De nombreuses autres personnes ont une sensibilité aux protéines laitières (la caseiné), ce qui signifie que les protéines des produits laitiers déclenchent une réaction inflammatoire jusqu’à 72 heures après l’avoir consommée. Cela peut provoquer divers symptômes, notamment :

  • Acné, eczéma et autres problèmes de peau
  • Problèmes de comportement chez les enfants
  • Ballonnements et gaz
  • Brouillard cérébral
  • Diarrhée ou constipation
  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Douleur articulaire
  • Déséquilibres de l’humeur

Au fil du temps, continuer à consommer des produits laitiers lorsque vous avez une sensibilité aux protéines contribue à l’inflammation chronique et augmente votre risque de maladie chronique.

Les protéines laitières peuvent également déclencher une réaction auto-immune par mimétisme moléculaire. C’est le phénomène où votre système immunitaire confond deux substances, telles que les protéines laitières et le tissu thyroïdien, et attaque votre propre corps par erreur.

2. Les produits laitiers regorgent de nutriments importants

Les produits laitiers ne sont pas si mauvais que ça ! Nous savons tous qu’ils contiennent du calcium, mais ils sont aussi une riche source de vitamine D, de vitamines B2 et B12, de potassium, de protéines et de matières grasses. Cependant, tous les produits laitiers ne sont pas créés égaux et cela a un impact important sur leur teneur en nutriments.

3. La façon dont votre lait est produit fait une grosse différence

La majeure partie du lait, du beurre et des produits laitiers sur les étagères des supermarchés proviennent de vaches élevées de manière conventionnelle et contiennent des niveaux élevés d’antibiotiques et d’hormones de croissance. 

Les vaches laitières reçoivent une hormone de croissance bovine génétiquement modifiée appelée rBGH pour augmenter la production de lait. Cette hormone a été développée par Monsanto, la même société qui fabrique le RoundUp. Selon le Center for Food Safety (1), la rBGH entraîne une augmentation de 25 % des infections du pis, c’est pourquoi les vaches laitières reçoivent également des antibiotiques. Ces hormones et antibiotiques peuvent se retrouver dans vos produits laitiers, puis dans votre corps.

Une étude de 2019 publiée dans Public Health Nutrition (2) a révélé que : 

  • Des résidus d’antibiotiques ont été détectés dans 60 % des échantillons de lait conventionnel contre 0 % des échantillons biologiques.
  • Les niveaux de résidus d’hormone de croissance bovine se sont avérés 20 fois plus élevés dans le lait conventionnel que dans le lait biologique. 

4. Les produits laitiers biologiques nourris à l’herbe offrent plus de valeur nutritive

Les vaches laitières biologiques ne reçoivent pas d’hormones de croissance synthétiques et mangent plus d’herbe. De ce fait, le lait biologique contient plus d’acides gras oméga 3, plus d’antioxydants et une teneur en minéraux plus élevée que le lait conventionnel.

5. L’intolérance au lactose n’est pas la même chose qu’une sensibilité aux protéines laitières

Deux composants des produits laitiers de vache peuvent causer des problèmes aux humains : le sucre (lactose) et les protéines (caséine et lactosérum).

Les personnes intolérantes au lactose ne produisent pas l’enzyme lactase, qui est nécessaire pour décomposer les sucres de lactose. Ils réussissent souvent mieux avec du lait cru, qui n’est pas pasteurisé et contient des enzymes que l’on ne trouve pas dans le lait ordinaire, y compris l’enzyme qui décompose le lactose. La nature est donc bien faite, voilà pourquoi on retrouve, entre autres, écrit dans le coran :


Sourate Al-Nahl 16.66
« En vérité, il y a dans vos troupeaux un enseignement. Nous vous donnons à boire ce qui, dans leur ventre tient le milieu entre le chyme et le sang : un lait pur, doux pour ceux qui le boivent. »

Les personnes ayant une sensibilité ou une allergie aux protéines laitières réagissent mal à l’une ou aux deux protéines. La caséine représente 80 % des protéines laitières des vaches et est structurellement très similaire aux protéines du gluten. Donc, si vous avez une sensibilité au gluten , vous êtes également plus susceptible d’avoir une sensibilité aux produits laitiers.

Si vous faites partie de ce groupe, vous aurez peut-être plus de facilité avec les options laitières qui ont une composition protéique différente.

6. Le lait A2 est plus facile à digérer et moins inflammatoire pour certaines personnes

Environ 30 % des protéines du lait de vache sont une forme de caséine appelée bêta-caséine. Il existe deux variantes de bêta-caséine – A1 et A2. Historiquement, les vaches produisaient du lait qui ne contenait que la forme A2. Aujourd’hui, le lait conventionnel contient principalement des protéines A1. 

Ces protéines A1 ont été associées à des malaises gastriques et à des symptômes tels que gaz (3), diarrhée et crampes, tandis que les protéines A2 sont plus comparables à celles trouvées dans le lait maternel humain et le lait de brebis et de chèvre.

Il existe une marque appelée a2 Milk® qui produit du lait avec uniquement des protéines A2. Une étude en Chine (4) a révélé que les personnes ayant des problèmes laitiers connus qui buvaient ce type de lait n’avaient pas de symptômes digestifs. L’étude a également révélé que le lait ordinaire augmentait l’inflammation chez les participants, mais pas le lait A2.

7. Vous pouvez mieux tolérer des produits laitiers de chèvre ou de mouton

Les produits laitiers de chèvre et de brebis sont naturellement exempts de protéines A1 et ne contiennent que la forme A2 de la bêta-caséine. Beaucoup de gens trouvent qu’ils tolèrent mieux cette forme de produits laitiers que les produits laitiers de vache. Cependant, les deux formes de protéines sont très similaires, de sorte que vous pouvez toujours avoir une mauvaise réaction. C’est pourquoi il est important de tester vos réactions à diverses formes de produits laitiers pour savoir lesquels vous tolérez le mieux.

8. Le lait cru est une forme de lait sain et riche en nutriments

Beaucoup de gens croient à tort que le lait cru est dangereux en raison de mises en gardes injustifiés des autorités en charge de la nutrition. Des recherches récentes ont montré que les risques sont en fait très faibles. Au lieu de cela, le lait cru est un aliment sûr et sain qui regorge d’enzymes, d’acides gras, de vitamines et de minéraux, car il n’est pas transformé et provient de vaches nourries à l’herbe. Mes proches au Maroc possèdent en fait une ferme de lait cru biologique, donc je peux personnellement attester de la sécurité de boire du lait cru.

En plus d’avoir plus de nutriments et pas d’épaississants ajoutés, de stabilisateurs de conservation ou de sucres, le lait cru offre plusieurs avantages pour la santé. Des études montrent qu’il peut réduire le risque d’allergies et d’asthme chez les enfants (5), améliorer la santé de la peau et combattre les infections à H. pylori. (6)

C’est une excellente option si vous trouvez que vous tolérez les produits laitiers ou si vous êtes intolérant au lactose, car il contient l’enzyme manquante nécessaire pour décomposer le lactose.

9. Les alternatives laitières présentent leurs propres problèmes

Alors que les gens s’éloignent des produits laitiers de vache, beaucoup adoptent des alternatives à base de plantes, notamment le lait de soja, d’amande, de pois, d’avoine et de coco. Cependant, ceux-ci comportent leurs propres risques à prendre en compte. 

Le soja contient des composés chimiques appelés isoflavones qui imitent les œstrogènes et peuvent contribuer à la dominance des œstrogènes. (7) De plus, 94 % du soja cultivé aux États-Unis est génétiquement modifié (L’Europe cultive très peu d’OGM mais en importe beaucoup). (8) Les amandes et les pois peuvent être inflammatoires et problématiques pour les personnes atteintes d’une maladie auto-immune. Le lait d’avoine est souvent contaminé par le gluten parce que l’avoine est généralement cultivée près du blé et transformée dans des installations qui manipulent des produits à base de blé. (9)

C’est pourquoi je recommande généralement le lait de coco à ceux qui le tolèrent et qui ont besoin d’une alternative sûre au lait à base de plantes. 

Comment décider si l’abandon des produits laitiers vous convient

C’est là que l’individualité entre en jeu. Ce qui convient à une personne ou même à la majorité ne convient pas toujours à tout le monde. C’est pourquoi les soins personnalisés sont au cœur de la médecine fonctionnelle. Vous devez déterminer ce qui fonctionne pour vous en tant qu’individu.

Voici le processus que nous utilisons dans ma clinique pour aider les patients à découvrir si oui ou non les produits laitiers sont un problème pour eux et quelles formes ils tolèrent le mieux.

Étape 1 : Éliminez tous les produits laitiers pendant 30 jours

Tout d’abord, nous faisons supprimer aux patients tous les produits laitiers (vache, brebis, chèvre, A2, bio, etc.) pendant 30 jours complets. Cela laisse suffisamment de temps aux protéines problématiques pour sortir de votre système afin que vous puissiez commencer l’essai de réintroduction avec une table rase.

Étape 2 : réintroduire des types spécifiques de produits laitiers un à la fois

Ensuite, nous vous recommandons d’introduire différentes formes de produits laitiers une par une pour voir comment vous y répondez. Voici les types de produits laitiers que nous recommandons aux clients de réintroduire et l’ordre dans lequel les introduire :

  1. Ghee nourri à l’herbe
  2. Laitage de chèvre ou de brebis bio
  3. Lait A2
  4. Fromage sans lactose
  5. Kéfir maison, yaourt ou crème fermentée
  6. Lait cru
  7. Beurre nourri à l’herbe
  8. Lait nourri à l’herbe
  9. Fromage bio
  10. Crèmes et laitages bio 

Mangez l’aliment test trois fois le premier jour, puis attendez deux jours pour voir si vous observez des symptômes. Si vous avez une réaction négative, arrêtez immédiatement cet aliment et attendez que vos symptômes reviennent à la ligne de base avant d’introduire l’aliment suivant sur la liste. Après deux jours sans nourriture, s’il n’y a pas de réactions négatives, passez à l’élément suivant de la liste.

Si vous avez des problèmes de santé chroniques et que vous avez du mal à identifier les aliments qui contribuent au problème, je vous recommande également de travailler avec un praticien en médecine fonctionnelle qui peut examiner votre alimentation dans son ensemble et commander des tests appropriés, ainsi qu’un nutritionniste en médecine fonctionnelle qui peut fournir un plan diététique personnalisé.

Dans ma clinique, mes clients travaillent avec moi-même, un nutritionniste fonctionnel et un coach de santé pour identifier les causes profondes de leurs symptômes, élaborer un plan individualisé pour y remédier et recevoir des conseils et un soutien continu pour faire des changements dans leur mode de vie.

Références :

  1. https://www.centerforfoodsafety.org/issues/1044/rbgh/about-rbgh#:~:text=In%20cows%20treated%20with%20rbGH,fetal%20loss%20and%20birth%20defects
  2. https://www.cambridge.org/core/journals/public-health-nutrition/article/productionrelated-contaminants-pesticides-antibiotics-and-hormones-in-organic-and-conventionally-produced-milk-samples-sold-in-the-usa/D1107FE30C778A73F5F601C5D3D6E572
  3. https://www.medicalnewstoday.com/articles/318577#How-A2-milk-got-its-start
  4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4818854/
  5. https://www.jacionline.org/article/S0091-6749(11)01234-6/fulltext
  6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3921482/
  7. https://grassrootsfunctionalmedicine.com/blog/estrogen-dominance/
  8. K
  9. https://grassrootsfunctionalmedicine.com/blog/gluten/

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *