produits laiteirs, bon ou mauvais ?

Produits laitiers : bons pour la santé ?

Communauté divisée sur les produits laitiers

L’une des questions les plus controversées dans la communauté de la nutrition paléo est de savoir si les produits laitiers sont bons pour la santé ou s’ils causent des maladies.

À une extrémité du spectre, vous avez Loren Cordain et son groupe, qui prétendent que les produits laitiers ne sont pas propres à la consommation humaine pour deux raisons : 1) parce que c’est un aliment néolithique et qu’il ne fait pas partie de notre héritage évolutif, et 2) à cause des suggestions mécaniques physiologiques par lesquelles les produits laitiers causeraient des dégâts lorsqu’ils sont consommés. 

Dans ce même groupe j’inclurais aussi la frange, majoritaire chez les naturopathes hygiénistes, inspirée de John Scheel, Benedict Lust et Sébastien Kneipp avant eux, qui considèrent pour leur part que le lait est fait pour les veaux, et que dans la nature aucun animal ne boit le lait d’une autre espèce que la sienne, que l’être humain est le seul à le faire. Je ne perdrais pas de temps à répondre à cette affirmation gratuite, je me contenterais de répondre à ceux qui avancent des arguments scientifiques, à savoir les premiers que j’ai cité.

À l’autre extrémité du spectre, vous avez des gens comme Kurt Harris, Stephan Guyenet, Chris Masterjohn et la Weston A. Price Foundation qui ont souligné les nombreux bienfaits pour la santé des produits laitiers et sont généralement en faveur de sa consommation.

Ma réponse à la question de savoir si les produits laitiers sont sains ou s’ils sont nocifs est, pour faire simple : cela dépend. Mais avant d’entrer en détail dans les facteurs dont je pense que la réponse dépend, je veux expliquer brièvement pourquoi je ne prends pas très au sérieux les preuves contre les produits laitiers à ce stade.

La reconstitution exacte du paléo n’est pas le but

Je suis d’accord avec le Dr Kurt Harris sur ce point : Nous pouvons nous appuyer sur l’ère paléo pour déterminer ce qui était normal sur le plan de l’évolution humaine, mais il ne s’ensuit pas que tout ce qui sort de cette norme soit automatiquement nocif.

L’argument selon lequel nous ne devrions pas consommer de produits laitiers aujourd’hui parce que nous n’en mangions pas il y a 2 millions d’années – sans preuves cliniques à l’appui – n’est pas convaincant.

Il y a aussi le problème (pour l’ensemble anti-laitiers) gênant de personnes comme les Masai et les Loetschental Swiss que Weston A. Price a étudiés, qui étaient indemnes de maladies dégénératives modernes malgré un pourcentage important de calories provenant de produits laitiers.

Les preuves humaines sont plus convaincantes que les mécanismes proposés par les études sur les produits laitiers

Le groupe de Cordain a publié et examiné plusieurs articles proposant divers mécanismes physiologiques par lesquels les produits laitiers causent des méfaits. Un exemple récent est un article de Melnik intitulé « Milk Signaling in the Pathogenese of Type 2 Diabetes ». La théorie présentée est que la consommation de lait au-delà de la période de sevrage peut surstimuler les cellules bêta pancréatiques et favoriser l’apoptose des cellules bêta. Étant donné que la prolifération et l’apoptose des cellules bêta sont des caractéristiques du diabète de type 2 (DT2), il s’ensuit que la consommation de lait doit contribuer au DT2.

Le fait-il réellement ?

Si cette théorie était vraie, nous pourrions nous attendre à voir des taux accrus de DT2 chez les personnes consommant des produits laitiers. Mais en fait, nous voyons exactement le contraire.

Une étude a examiné les taux sériques d’acide trans-palmitoléique, (1) un acide gras présent dans le lait, le fromage, le yaourt et le beurre, et les a corrélés avec des facteurs de risque de diabète. Voici ce qu’ils ont trouvé :

Au départ, des taux circulants plus élevés d’acide transpalmitoléique étaient associés à des taux plus sains de cholestérol sanguin, de marqueurs inflammatoires, de taux d’insuline et de sensibilité à l’insuline, après ajustement pour d’autres facteurs de risque. Au cours du suivi, les personnes ayant des taux circulants d’acide trans-palmitoléique plus élevés avaient un risque beaucoup plus faible de développer un diabète, avec un risque environ 60 % inférieur chez les participants du quintile le plus élevé (cinquième) des taux d’acide trans-palmitoléique, par rapport aux individus dans le quintile inférieur.

Traduction : les personnes ayant les taux de trans-palmitoléate les plus élevés avaient 1/3 du risque de développer un diabète au cours des trois années où les volontaires ont été suivis. Non seulement cela, après ajustement pour les facteurs de confusion, les niveaux de trans-palmitoléate étaient associés à un tour de taille plus petit, à des triglycérides plus faibles, à un HDL plus élevé et à une protéine C réactive plus faible.

Étant donné que l’acide transpalmitoléique est un acide gras présent dans la matière grasse du lait, vous l’aurez deviné, l’étude soutient également l’idée que les produits laitiers entiers sont bénéfiques. Cela contredit directement l’hystérie du « faible en gras » avec laquelle on nous a lavé le cerveau pendant tant d’années. 

Stephan Guyenet a blogué sur cette étude et a réécrit la conclusion des auteurs en termes plus simples :

Nos résultats soutiennent la consommation d’autant de beurre que possible. Ne gaspillez pas non plus votre argent avec de la crème faible en gras. Nous sommes désolés que les autorités de santé publique aient passé 30 ans à vous dire de manger des produits laitiers faibles en gras alors que la plupart des études sont en fait plus cohérentes avec l’idée que les matières grasses laitières réduisent le risque d’obésité et de maladies chroniques.

Puisqu’il s’agissait d’une étude observationnelle, cela ne prouve pas que les matières grasses laitières réduisent le risque de DT2. Mais cela suggère que l’inverse n’est pas vrai.

Une autre étude a révélé que les personnes ayant les niveaux les plus élevés de biomarqueurs de matières grasses laitières, suggérant qu’elles consommaient le plus de matières grasses laitières, étaient en réalité moins exposées au risque de crise cardiaque ; pour les femmes, le risque a été réduit de 26 pour cent, tandis que pour les hommes, le risque était de 9 pour cent inférieur. (2)

Une autre étude a montré que les personnes qui mangeaient les produits laitiers les plus riches en matières grasses présentaient un risque de décès cardiovasculaire 69 % plus faible que celles qui en mangeaient le moins. (3)

Enfin, une revue de la littérature de 10 études a révélé que la consommation de lait est associée à une réduction faible mais significative des maladies cardiaques et du risque d’accident vasculaire cérébral. (4)

Je pourrais continuer, mais je pense que vous avez compris ceci : les preuves de ce qui se passe lorsque les gens consomment réellement des produits laitiers sont beaucoup plus convaincantes pour moi que les mécanismes proposés sur la façon dont les produits laitiers pourraient affecter les humains.

Le problème d’isoler certains effets d’un nutriment ou d’un aliment, puis de faire des prédictions basées sur ces effets, est que nous pourrions manquer une autre qualité de cet aliment qui annule l’effet proposé.

En termes clairs ça donne quoi ?

T. Colin Campbell est célèbre pour ses recherches sur le lien entre la caséine, une protéine présente dans les produits laitiers, et le cancer. Il a ensuite fait le pas énorme et insupportable pour en tirer la conclusion que toutes les protéines animales causent le cancer et devraient être évitées. La plupart d’entre vous connaissent la suite de cette histoire.

Cependant, ce que Campbell a négligé de remarquer ou de mentionner, c’est que le lactosérum, une autre protéine présente dans les produits laitiers, a des effets anticancéreux qui annulent complètement les effets anticancéreux de la caséine. Voilà pourquoi il est si important d’étudier les aliments entiers, pas seulement les nutriments. Voilà aussi pourquoi il faut toujours privilégier l’approche holistique à l’approche réductionniste, car en effet l’approche réductionniste prend en considération les éléments isolés d’un aliment, au lieu de le prendre dans son entièreté. On décortique les aliments selon leur composition en protéines, lipides, fibres, glucides, minéraux, antioxydants, vitamines, calories, etc. On Essaie ensuite de réduire leur « potentiel santé » à l’un ou l’autre de leurs nutriments, comme par exemple le calcium des produits laitiers, ou bien encore la vitamine C dans les agrumes, les protéines ou le gras saturé des produits animaliers etc…

De la même manière, nous cherchons les causes des maladies chroniques dans ces nutriments isolés, par exemple Ancel Keys a diabolisé et incriminé le gras saturé pour les maladies cardiovasculaires, résultat l’industrie agroalimentaire s’est mise à produire des aliments nouveaux, tels que les margarines enrichies en phytostérols ou en oméga-3. On sait pourtant aujourd’hui qu’au contraire divers régimes (hyper-protéinés, cétogènes…) ont prouvé le contraire de ce qu’affirmait Ancel Keys, à savoir qu’une alimentation basée sur le gras saturé est bonne pour votre santé !

Permettez-moi donc de terminer cette partie de ma démonstration en disant que je crois que le poids des preuves sur la consommation de produits laitiers suggère qu’elle n’est pas seulement non nocive, mais tout à fait bénéfique.

Quand les produits laitiers peuvent ne pas être bénéfiques

Cependant, comme dans la plupart des choses, il y a des exceptions. Beaucoup de ceux qui lise ceci sont probablement sensibles aux produits laitiers et ne les tolèrent pas bien. J’ai certainement des clients pour lesquels cela est vrai, et ce n’est pas du tout rare.

Quel est donc le problème dans ces cas-là ? Pourquoi cela semble-t-il profiter à certains, mais causer des problèmes à d’autres ? À mon avis, la réponse se résume à l’état de santé de l’intestin. Si quelqu’un a une perméabilité intestinale compromise, ou « l’intestin qui fuit », il est plus probable que son système immunitaire réponde aux composants potentiellement allergènes du lait tels que l’alpha-et bêta-caséine, la casomorphine et la butyrophilline.

Cela est particulièrement vrai pour les personnes intolérantes au gluten, car il a été démontré que les protéines du lait réagissent généralement de manière croisée avec le gluten. En d’autres termes, si vous réagissez au gluten, il est plus que probable que vous réagissiez également au lait.

Dans le même ordre d’idées, les personnes atteintes de prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) – qui est l’une des principales causes du syndrome du côlon irritable (SCI) – peuvent être plus susceptibles de réagir au lait parce que les bactéries de leur intestin grêle fermentent agressivement le lactose, qui est le sucre du lait, provoquant ainsi des gaz, des ballonnements et d’autres symptômes gastro-intestinaux.

Tous les produits laitiers ne sont pas créés égaux

Quelque chose qui m’irrite, c’est que les produits laitiers crus et pasteurisés sont souvent discutés comme si s’agissait de la même chose. Ce n’est pas le cas ! Les produits laitiers crus sont un aliment complet et les produits laitiers pasteurisés sont des aliments transformés, et qui dit transformés dit presque mort voir nuisible.

Beaucoup de personnes (décrites ci-dessus) réagissent aux protéines du lait, (5) certaines sont sensibles au sucre du lait : le lactose. L’enzyme lactase doit être présente pour hydrolyser le lactose en ses composés constitutifs, le glucose et le galactose. Quelque part entre 1% et 95% des personnes ne produisent pas de lactase par elles-mêmes, selon la race et l’origine ethnique.

Signe de la sagesse de la nature, le lait cru contient de la lactase, l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose. La pasteurisation, cependant, tue la lactase. Donc, si vous ne produisez pas votre propre lactase, vous aurez du mal à digérer le lait pasteurisé. Mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas tolérer le lait cru. Beaucoup de mes clients ne peuvent pas tolérer les produits laitiers pasteurisés, mais ils ne semblent pas avoir de problèmes avec les produits laitiers crus.

Donc la réponse à la question que je posais dans le titre de cet article n’est pas si simple, et elle dépend de plusieurs facteurs :

  • Que vous ayez ou non SIBO ou IBS
  • L’état de votre barrière intestinale
  • Que vous soyez ou non intolérant au gluten
  • Que vous mangiez des produits laitiers crus ou pasteurisés

Si vous n’êtes pas sûr de votre position avec les produits laitiers, la meilleure approche consiste à les retirer pendant 30 jours, puis à les réintroduire et à voir ce qui se passe. L’éviction/la réintroduction est toujours l’élément déterminent pour vérifier la sensibilité à un aliment particulier.

Mais si vous le tolérez bien, je n’ai vu aucune preuve dans la littérature qui me convainc que vous ne devriez pas manger des quantités généreuses de produits laitiers entiers.

Si vous souhaitez un accompagnement santé avec notre spécialiste en naturopathie fonctionnelle, Abdelaziz El Mansouri, vous pouvez le contacter en cliquant sur le lien ici

Références :

  1. https://www.hsph.harvard.edu/news/press-releases/2010-releases/dairy-foods-diabetes-risk.html
  2. http://www.ajcn.org/content/early/2010/05/19/ajcn.2009.29054.abstract?maxto
  3. https://www.nature.com/ejcn/journal/v64/n6/abs/ejcn201045a.html
  4. https://wholehealthsource.blogspot.com/2010/04/full-fat-dairy-for-cardiovascular.html#_jmp0_
  5. https://www.innovnaturopathie.com/intolerant-lactose-vraiment-sil-sagissait-opioides/

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *