édulcorants aliments sains

édulcorants : des aliments sains ?

Les humains ont un penchant pour les aliments sucrés. Les goûts sucrés sont fortement liés aux centres de récompense de notre cerveau et peuvent en fait soulager la douleur et réduire les symptômes de la dépression, du syndrome prémenstruel et du stress. (1)

Malheureusement, ces propriétés nous prédisposent fortement à surconsommer des édulcorants, et il est assez clair que les énormes quantités d’édulcorants concentrés consommés aujourd’hui sont nocives pour notre santé.

Les gens sont toujours à la recherche de moyens de profiter des aliments sucrés sans les répercussions sur la santé, et c’est pourquoi nous rédigeons cet article dans notre série sur le sucre qui, je l’espère, vous aidera à faire exactement cela ! Mais avant d’entrer dans le vif du sujet des différents types d’édulcorants et de la façon dont ils peuvent s’intégrer dans une alimentation saine, je veux planter le décor avec un peu d’histoire et de contexte évolutif.

Édulcorants en évolution

La plupart d’entre nous pensent principalement au goût – en particulier à la douceur – en termes de plaisir, mais la douceur n’est pas simplement une source de plaisir supplémentaire. En tant qu’omnivores, les chasseurs-cueilleurs avaient un large éventail d’aliments potentiels parmi lesquels choisir, et la sensation de goût sucré est l’un des moyens par lesquels les humains peuvent identifier des aliments sûrs et non toxiques avec un rapport nutriment/toxine élevé.

Le miel était le seul édulcorant concentré disponible pendant une grande partie de l’histoire de l’humanité, et la croyance commune est que le miel était assez rare et n’était consommé qu’en petites quantités. Bien que cela soit sans aucun doute vrai pour de nombreux groupes de chasseurs-cueilleurs, cela ne semble pas être vrai pour tous.

On peut se faire une idée du rôle du miel dans les régimes alimentaires paléolithiques en étudiant les sociétés modernes de chasseurs-cueilleurs comme les Hadza; pendant la saison des pluies, le miel représente jusqu’à 20 % de leur alimentation en termes de quantité. (2) Compte tenu de la densité calorique du miel, cela représente probablement une partie beaucoup plus importante de leurs calories totales.

Lorsqu’on leur a demandé de classer leurs aliments de base par ordre de préférence, le miel a été classé au premier rang, au-dessus de la viande, des baies, des tubercules et du baobab (un gros fruit d’arbre). Les pygmées Mbuti du Congo peuvent obtenir jusqu’à 80% de leurs calories à partir du miel, mais uniquement pendant la saison du miel (2 mois). (3)

Un article intéressant a émis l’hypothèse que le miel était en réalité beaucoup plus abondant au début de l’histoire humaine que ce que nous voulons généralement le reconnaitre, et que la consommation de miel à certains moments de l’histoire peut rivaliser avec notre consommation actuelle d’édulcorants. (4) Certains chercheurs ont même avancé que le miel, ainsi que la viande et les tubercules féculents, ont contribué à nous rendre humains en fournissant du glucose concentré pour soutenir la croissance du cerveau. (5) Bien qu’il soit impossible de savoir exactement à quelle quantité de miel les premiers humains avaient accès, nous savons que les gens se sont donnés beaucoup de mal pour obtenir du miel, même lorsque d’autres aliments étaient plus facilement disponibles. (6, 7)

L’évolution des édulcorants

Une fois que les chasseurs-cueilleurs ont commencé à se sédentariser, les humains ont progressivement découvert de nouvelles sources de sucres concentrés. Le sirop d’érable a été introduit par les Amérindiens et est devenu populaire en Amérique du Nord. (8) Le jaggery, sucre complet produit à partir de la canne à sucre, est devenu populaire en Inde et son utilisation est toujours répandue. (9) Certains édulcorants courants au début de la Chine comprennent le « miel d’arbre » et le « miel d’épines », tous deux extraits de différentes plantes. (10) Et au 17e ou 18e siècle, le sucre de table a dépassé tous ces aliments traditionnels et est devenu le premier édulcorant au monde. (11)

Avance rapide jusqu’en 1970, lorsque la consommation moyenne de sucre ajouté par l’Américain moyen était de 23,7 cuillères à café par personne et par jour selon les données de disponibilité corrigées des pertes. (12) En 2012, cette quantité était passée à 24,7 cuillères à café et le pourcentage de calories totales obtenues à partir d’édulcorants était passé de 13 % en 1977 à 16 %. (13) De manière significative, 80 % de cette augmentation provenait de boissons sucrées plutôt que d’aliments entiers.

Changer d’attitude envers les édulcorants

Au milieu de tout ce contexte, je pense qu’il est particulièrement intéressant de noter le changement d’attitude envers les édulcorants.

Pour les chasseurs-cueilleurs modernes comme les Hadza, un édulcorant (du miel, dans leur cas) n’est qu’un autre aliment, bien que très prisé. Nous pouvons probablement supposer que les chasseurs-cueilleurs traditionnels n’avaient pas une conception de la notion de « sain » ou « malsain » comme nous le faisons aujourd’hui, et s’ils l’avaient fait, ils auraient probablement classé les édulcorants concentrés comme l’un de leurs aliments « les plus sains », car ils fournissent suffisamment de nutriments sans causer de maladie.

Maintenant, nos croyances sont assez différentes – opposées en fait. La plupart d’entre nous sont devenus conditionnés à penser que le « sucré » est « malsain » et au lieu d’utiliser le goût sucré comme guide des aliments les plus riches en calories, les gens essaient de comprendre comment éviter la densité calorique, tout en essayant de garder le goût sucré. Cela peut être vu dans l’utilisation généralisée d’édulcorants non caloriques, ainsi que dans les recherches actuelles sur les protéines au goût sucré qui pourraient sucrer les aliments sans déclencher une réponse insulinique. (14)

Et avec le désir de limiter la densité calorique en général, il y a maintenant une peur croissante du sucre lui-même, et les édulcorants raffinés tels que le sucre de table et le HFCS sont souvent qualifiés de « toxines ». Il s’agit d’un changement radical par rapport à notre contexte évolutif, où la douceur signalait la sécurité et une absence de toxines.

Cette brève histoire des édulcorants nous laisse beaucoup de questions. Si les Hadza tirent une grande partie de leurs calories des édulcorants, pourquoi pas nous ? Qu’est-ce qui rend les édulcorants traditionnels, comme le miel, si différents du sucre de table, et d’ailleurs, quels édulcorants sont les plus sains ? Pourquoi le sucre est-il devenu un tel fléau pour notre santé ? Est-ce vraiment addictif ? Et finalement, comment les édulcorants peuvent-ils s’intégrer dans une alimentation saine ? Autant de questions auxquelles nous avons en partie répondu dans nos précédents articles sur le sucre (voir notre blog de la naturopathie sur le site Innovnaturopathie.com).

Références :

  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19083128/
  • http://pmid.us/19350623
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8672404
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8672404
  • http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07409710.2011.630618#.U0WgvF5ptG4
  • http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07409710.2011.630618#.U0WgvF5ptG4
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8672404
  • http://pubs.acs.org/doi/pdf/10.1021/ed084p1647
  • http://www.panelamonitor.org/documents/195/jaggery-a-traditional-indian-sweetener/
  • http://books.google.com/books?hl=en&lr=&id=Fo087ZxohA4C&oi=fnd&pg=PR17&dq=
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14627752
  • http://www.ers.usda.gov/data-products/food-availability-(per-capita)-data-system.aspx#.U0U6Gl5ptG5
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14627752
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23994809

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *