La dépression: Une maladie ou un symptôme d’inflammation?

État des lieux et perspectives

L’idée que la dépression et d’autres problèmes de santé mentale sont causés par un déséquilibre des produits chimiques (en particulier la sérotonine et la noradrénaline) dans le cerveau est si profondément ancrée dans notre psychisme collectif qu’il semble presque sacrilège de la remettre en question.

Bien sûr, Big Pharma a joué un rôle dans la perpétuation de cette idée. Les antidépresseurs, qui sont basés sur la théorie du déséquilibre chimique, représentent un marché de 10 milliards de dollars aux États-Unis seulement. D’après le rapport fournit par l’entreprise IQVIA, la France était le 4e plus gros marché dans le monde avant 2013 (derrière les Etats-Unis, la Chine et le Japon). Elle est aujourd’hui le 5e (derrière l’Allemagne) et la prévision pour 2023 la place en 7e position derrière le Brésil et l’Italie. Selon le CDC, 11% des Américains de plus de 12 ans prennent des antidépresseurs, et ce sont les deuxièmes médicaments les plus prescrits (après les médicaments hypocholestérolémiants). Les médecins ont rédigé 254 millions d’ordonnances d’antidépresseurs en 2010 ( 1 ).

De nouvelles recherches suggèrent que la dépression peut être principalement causée par l’inflammation.

Pourtant, aussi populaire que soit devenue cette théorie, elle est truffée de problèmes. Par exemple:

  • La réduction des niveaux de noradrénaline, de sérotonine et de dopamine ne produit pas de dépression chez l’homme, même si elle semble le faire chez les animaux.
  • Bien que certains patients déprimés aient de faibles taux de sérotonine et de noradrénaline, la majorité n’en ont pas. Plusieurs études indiquent que seulement 25 pour cent des patients déprimés ont de faibles niveaux de ces neurotransmetteurs.
  • Certains patients déprimés ont des taux anormalement élevés de sérotonine et de noradrénaline, et certains patients sans antécédent de dépression en ont de faibles taux. ( 2 )

Et si la dépression n’était pas causée par un «déséquilibre chimique» après tout? Plus précisément, que se passe-t-il si la dépression elle-même n’est pas une maladie, mais le symptôme d’un problème sous-jacent?

C’est exactement ce que nous disent les recherches les plus récentes sur la dépression. Une nouvelle théorie appelée «modèle de dépression par cytokines immunitaires» soutient que la dépression n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un «signe multiforme d’activation chronique du système immunitaire». ( 3 )

Pour le dire clairement: la dépression peut être un symptôme d’inflammation chronique .

Le lien entre la dépression et l’inflammation

Un grand nombre de recherches suggèrent maintenant que la dépression est associée à une réponse inflammatoire chronique de bas grade et s’accompagne d’un stress oxydatif accru.

Dans un excellent article de synthèse de Berk et al, les auteurs ont présenté plusieurs éléments de preuve étayant le lien entre dépression et inflammation : ( 4 )

  • La dépression est souvent présente dans les maladies inflammatoires aiguës. ( 5 )
  • Des niveaux d’inflammation plus élevés augmentent le risque de développer une dépression. ( 6 )
  • L’administration d’endotoxines qui provoquent une inflammation chez des personnes en bonne santé déclenche des symptômes dépressifs classiques. ( 7 )
  • Un quart des patients qui prennent de l’interféron, un médicament utilisé pour traiter l’hépatite C qui provoque une inflammation importante, développent une dépression majeure. ( 8 )
  • La rémission de la dépression clinique est souvent associée à une normalisation des marqueurs inflammatoires. ( 9 )

Lors d’une réaction inflammatoire, des produits chimiques appelés «cytokines» sont produits. Ceux-ci comprennent le facteur de nécrose tumorale (TNF) α, l’interleukine (IL) -1, l’interféron (IFN) ɣ et l’interleukine (IL) -10, entre autres. Les chercheurs ont découvert au début des années 1980 que les cytokines inflammatoires produisent une grande variété de symptômes psychiatriques et neurologiques qui reflètent parfaitement les caractéristiques déterminantes de la dépression. ( 10 )

Fait intéressant, il a été démontré que les antidépresseurs (en particulier les ISRS) réduisent la production de cytokines pro-inflammatoires comme le TNF-α, l’IL-1, l’interféron IFN-ɣ et augmentent la production de cytokines anti-inflammatoires comme l’IL-10. ( 11 , 12 ) Ils modifient également l’expression génique de certaines cellules immunitaires impliquées dans les processus inflammatoires. Cela suggère que les ISRS sont anti-inflammatoires, ce qui expliquerait leur mécanisme d’action si l’inflammation est l’un des principaux moteurs de la dépression.

La recherche sur ce sujet est robuste et le lien entre la dépression et l’inflammation est désormais bien établi. Mais si la dépression est principalement causée par l’inflammation, la question évidente qui se pose est: «Qu’est-ce qui cause l’inflammation?»

Causes courantes d’inflammation et de dépression

Si vous suivez notre blog depuis un certain temps, vous savez que l’inflammation est à l’origine de presque toutes les maladies modernes, y compris le diabète, la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiovasculaires, les maladies auto-immunes, les allergies, l’asthme et l’arthrite. Alors peut-être que cela ne devrait pas être aussi surprenant que la dépression soit également causée par l’inflammation.

L’inconvénient de cette connexion est que notre alimentation et notre mode de vie modernes sont pleins de facteurs qui provoquent l’inflammation – et donc la maladie. L’avantage est que si nous nous attaquons à ces facteurs et réduisons l’inflammation, nous pouvons prévenir et même inverser les maladies inflammatoires chroniques qui sont devenues un élément incontournable de la civilisation industrielle.

Selon les auteurs de l’article de revue de Berk et al que j’ai référencé ci-dessus, les causes les plus courantes d’inflammation associées à la dépression sont les suivantes.

Régime

Il y a plusieurs problèmes avec l’alimentation moderne. Elle est riche en aliments qui provoquent une inflammation, comme la farine raffinée, l’excès de sucre, les graisses oxydées (rances), les graisses trans et un large éventail de produits chimiques et de conservateurs. Et elle contient peu d’aliments qui réduisent l’inflammation, comme les acides gras oméga-3 à longue chaîne, les aliments fermentés et les fibres fermentescibles. De nombreuses études ont associé le régime alimentaire occidental à un trouble dépressif majeur. ( 13 )

Obésité

L’une des conséquences les plus néfastes de l’alimentation moderne a été l’augmentation spectaculaire de l’obésité. L’obésité est un état inflammatoire. Des études ont montré des niveaux plus élevés de cytokines inflammatoires chez les personnes obèses, et la perte de poids est associée à une diminution de ces cytokines. ( 14 ) L’obésité est étroitement liée à la dépression et, bien que cette relation soit probablement multifactorielle et complexe, l’inflammation semble jouer un rôle important. ( 15 )

Santé intestinale

Il a été démontré que les perturbations du microbiome intestinal et les fuites intestinales (c’est-à-dire la perméabilité intestinale) contribuent à l’inflammation et sont corrélées à la dépression. Par exemple, un intestin qui fuit permet aux endotoxines appelées lipopolysaccharide (LPS) de s’échapper de l’intestin et de pénétrer dans la circulation sanguine, où elles provoquent la libération de cytokines inflammatoires telles que TNF-α, IL-1 et COX-2. ( 16 ) Et de nombreuses études ont lié des changements défavorables aux bactéries habitant notre intestin à un trouble dépressif majeur. ( 17 )

Stress

Le stress peut être l’une des causes les plus évidentes de la dépression, mais le lien entre le stress et l’inflammation est moins bien connu. La recherche a montré que le stress psychosocial stimule le réseau de cytokines pro-inflammatoires, y compris les augmentations du TNF-α et de l’IL-1. ( 18 ) Ces augmentations des cytokines inflammatoires sont à leur tour étroitement liées aux symptômes dépressifs, comme décrit ci-dessus.

Activité physique

Il existe une quantité énorme de preuves indiquant que l’exercice est un traitement efficace contre la dépression – dans de nombreux cas, aussi efficace ou plus que les antidépresseurs. Il a également été démontré qu’il prévient la dépression chez les personnes en bonne santé sans symptômes préexistants. ( 19 ) Il est intéressant de noter que si l’exercice produit initialement les mêmes cytokines inflammatoires associées à la dépression, celles-ci sont rapidement suivies de l’induction de substances anti-inflammatoires. ( 20 ) C’est ce qu’on appelle un effet hormétique, lorsqu’un facteur de stress initial provoque une réponse compensatoire dans le corps qui a des conséquences positives à long terme.

Privation de sommeil

Il a été démontré que la perte de sommeil chronique augmente les marqueurs inflammatoires même chez les personnes en bonne santé. ( 21 ) Et bien que la privation temporaire de sommeil ait été utilisée pour améliorer thérapeutiquement la dépression, la perte de sommeil chronique est un facteur bien connu contribuant au développement de la dépression en premier lieu. ( 22 )

Infection chronique

Les infections chroniques produisent une inflammation continue, il n’est donc pas surprenant de voir que la dépression est associée à Toxoplasma gondii, au virus du Nil occidental, au Clostridium difficile et à d’autres agents pathogènes. ( 23 , 24 , 25 )

Caries dentaires et maladies parodontales

Les caries dentaires et les maladies parodontales sont une autre source d’inflammation chronique, et donc une cause potentielle de dépression. Selon une vaste étude portant sur plus de 80 000 adultes, les chercheurs ont découvert que les personnes souffrant de dépression étaient plus susceptibles de perdre leurs dents même après avoir pris en compte plusieurs facteurs démographiques et de santé. ( 26 )

Carence en vitamine D

De faibles niveaux de vitamine D sont courants dans les populations occidentales, et il existe de plus en plus de preuves établissant un lien entre la carence en vitamine D et la dépression. La vitamine D module les réponses immunitaires à l’infection, notamment en réduisant les marqueurs inflammatoires comme le TNF-α et l’IL-1 qui sont associés à la dépression. ( 27 ) Il a été démontré qu’une supplémentation en vitamine D pour normaliser les taux sériques de 25D réduisait les marqueurs inflammatoires dans certains cas, mais pas dans tous. ( 28 )

Réflexions finales et recommandations

La découverte au début des années 1980 que les cytokines inflammatoires produisent tous les signes et symptômes caractéristiques de la dépression aurait dû faire sensation. Pour la première fois, les scientifiques avaient découvert une classe de molécules étroitement et systématiquement associées à la dépression et, lorsqu’elles étaient administrées à des volontaires sains, produisaient tous les symptômes nécessaires au diagnostic de la dépression.

Malheureusement, la théorie du «déséquilibre chimique» continue d’être le paradigme dominant pour comprendre la dépression près de 30 ans après cette découverte profonde, malgré la faible corrélation entre la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine et les symptômes dépressifs. Il y a probablement plusieurs raisons à cela — et vous auriez raison si vous devinez que certaines d’entre elles sont d’ordre financier — mais je laisserai cette discussion pour une autre fois.

L’importance de cette découverte est énorme, tant pour les patients que pour les cliniciens. Cela déplace notre objectif de considérer la dépression comme une maladie causée par un déséquilibre chimique, qui nécessite souvent des médicaments pour être corrigée, au symptôme d’un problème sous-jacent plus profond. Cela conduit également à des voies de traitement entièrement nouvelles, dont beaucoup sont plus efficaces et plus sûres que les antidépresseurs.

Comprendre les racines physiques de la dépression peut avoir un effet profond sur les personnes qui en souffrent. Bien que la stigmatisation entourant la dépression ait diminué ces dernières années, beaucoup de personnes déprimées portent toujours le fardeau de penser qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez elles et que la dépression qu’elles vivent est «de leur faute». Lorsque mes visiteurs souffrant de dépression apprennent qu’il existe une cause physiologique sous-jacente à leurs symptômes, ils ressentent souvent un formidable sentiment de soulagement et d’autonomisation. De plus, lorsque nous nous attaquons à cette cause sous-jacente, leur humeur s’améliore considérablement et ils réalisent rapidement que le jugement de soi et la honte qu’ils ressentaient à propos de la dépression étaient déplacés et injustifiés.

Je ne veux pas dire que les facteurs émotionnels et psychologiques ne jouent pas un rôle important dans la dépression. Dans de nombreux cas, ils le font, cependant l’hypothèse de la médecine traditionnelle selon laquelle la dépression est exclusivement causée par ces facteurs n’est évidemment pas vraie et, trop souvent, ces autres causes sous-jacentes potentielles restent inexplorées. Le médecin prescrit un antidépresseur, le patient le prend, et c’est la fin de la discussion.

Dans cet esprit, que pouvez-vous faire si vous souffrez de dépression? Suivez ces deux étapes:

  1. Adoptez un régime et un mode de vie anti-inflammatoires . Cela signifie avoir une alimentation riche en nutriments et des aliments complets, dormir suffisamment, gérer le stress, pratiquer une activité physique appropriée (ni trop ni trop peu) et nourrir votre intestin. Pour plus d’informations sur la façon de procéder, consultez nous Innov’Naturopathie
  2. Recherchez les autres causes sous-jacentes de l’inflammation . Seul ou avec l’aide d’un bon praticien en médecine fonctionnelle , explorez d’autres causes possibles d’inflammation qui pourraient contribuer à la dépression. Ceux-ci incluent les problèmes intestinaux (SIBO, intestin qui fuit, dysbiose, infections, etc.), les infections chroniques (virales, bactériennes, fongiques), les faibles niveaux de vitamine D, les caries dentaires et les maladies parodontales, l’exposition aux métaux lourds et aux moisissures ou à d’autres biotoxines, obstructives l’apnée du sommeil, et plus encore.