Nutrithérapie

Une nouvelle révolutionnaire: Selon une étude les régimes pauvres en graisses augmentent le risque de décès.

Résultat de recherche d'images pour "les graisses saturés "

Comme vous le savez probablement, je défend l’idée d’avoir beaucoup de graisses saines dans votre alimentation. Les gens abaissent  à tort les graisses à des niveaux dangereusement bas depuis trop longtemps.

Cette vieille école et ces conseils précaires sont survenus parce qu’il était trop facile pour nous de croire cette équation simple et trompeuse: apport en graisse = graisse dans le corps.

Mais nous savons maintenant que cette grosse fable n’est pas vraie.

Nos corps sont beaucoup plus complexes que cela. Nous avons besoin de graisse pour créer des hormones, maintenir des membranes cellulaires saines et avoir une excellente fonction neurologique.

Remarquez que je n’ai pas dit décente ou bonne fonction neurologique, et c’est parce qu’il a été démontré que la graisse anéantie les troubles neurologiques.

Je veux le crier des toits: LE GRAS C’EST BON!

Une étude qui a été publiée le 29 août 2017 a examiné les habitudes alimentaires de 135 000 personnes et est arrivée à la conclusion retentissante que…

« Un apport élevé en graisses – y compris les graisses saturées – était associé à un risque réduit de mortalité. »

De plus, cette étude a montré qu’un régime riche en glucides augmentait le risque de mortalité. Bien qu’elle ne fasse pas la distinction entre les glucides traités et non traités.

C’est une excellente nouvelle parce que c’est une reconnaissance cruciale de ce que mes collègues et moi-même recommandions au grand public.

Il est essentiel pour la santé de notre société de détruire la conviction que les matières grasses sont vraiment mauvaises.

Vous vous souvenez le retour de bâton que le récent rapport de l’American Heart Association a reçu quand il recommandait contre la graisse et l’huile de coco? Cette nouvelle étude contredit directement les principaux points de ce rapport et soutient les concepts que les nutrithérapeutes savent être vrais.

Cette étude est une nouvelle énorme!

Alors, sans plus tarder, creusons un peu et découvrons ce que cette étude signifie pour vous et votre santé.

Qu’est-ce que l’étude PURE signifie pour vous…

3 faits rapides

L’un des aspects les plus puissants de l’étude PURE est son ampleur. L’étude PURE a suivi 135 000 personnes de 18 pays sur 7 ans.

Et tout au long de cette période, comme nous venons de l’apprendre, les résultats globaux ont mis en évidence une mortalité accrue chez les personnes ayant un régime riche en glucides et un risque de mortalité réduit chez celles ayant un régime riche en graisses.

De plus, cette étude a révélé que «les graisses saturées avec modération semblent être bonnes pour vous».

Cette étude ne fait pas de distinction entre les causes de décès et souligne que les résultats en matière de graisses saturées «n’ont eu aucun effet sur les maladies cardiovasculaires dans le modèle».

Les graisses saturées sont les méchants injustifiés de la santé cardiovasculaire depuis plus de 60 ans. Nous savons que les maladies cardiovasculaires sont causées par l’inflammation, et non par l’accumulation de graisse dans les artères. Pourtant, beaucoup de gens restent induit en erreur.

Au-delà des avantages d’un régime riche en graisses et en glucides, voici trois autres conclusions importantes de cette étude:

Trois ou quatre portions quotidiennes de fruits et légumes semblent avoir des avantages similaires à la recommandation actuelle de cinq. Ce qui signifie, qu’il n’est pas nécessaire de trop stresser pour obtenir exactement cinq portions de fruits et légumes chaque jour. Dans cette étude, trois à quatre portions atteignaient 375-500 grammes. À titre de référence, 100 grammes de fruits et de légumes équivalent à deux poignées crues de fruits ou de légumes coupés en dés. Cela signifie que vous devriez essayer d’avoir au moins 8 poignées de fruits et de légumes par jour.

Les avantages des fruits, des légumes et des légumineuses sont plus importants s’ils sont consommés crus. La science derrière l’idée que le crue est meilleur est assez compliquée. Mais le plus important est que vous mangiez beaucoup de légumes et de fruits, même cuits.

Le remplacement des apports en acides gras saturés par des glucides a eu un effet indésirable sur les lipides sanguins. Cette étude a examiné l’impact des graisses, des glucides et des protéines sur le cholestérol total, le cholestérol LDL («mauvais») et le cholestérol HDL («bon») et l’apolipoprotéine A1 (apoA1) et B (apoB).

Il est important de noter que cette étude a examiné ces facteurs en tant que concept «global», car ils interagissent au sein du corps pour équilibrer les relations – leurs ratios sont des indicateurs de santé. Et regarder un facteur individuellement contribuerait à de l’information disproportionnée et trompeuse, ce qui est exactement ce que fait l’American Heart Association.

J’ai trouvé intéressant que cette étude s’en prenne directement au récent rapport de l’AHA. Les chercheurs ont mentionné les recommandations de l’AHA et ont déclaré que leurs conclusions étaient en contradiction directe avec leurs conseils.

L’étude PURE contredit directement le récent rapport de l’American Heart Association

Les participants à l’étude PURE qui avaient entre 10 et 13% de leur apport énergétique alimentaire en matières grasses saturées présentaient un risque de décès plus faible que ceux ayant un faible taux de graisses saturées dans leur alimentation. De plus, les personnes ayant un apport en graisses saturées très faible ont eu des conséquences néfastes.

Actuellement, l’apport en graisses saturées moyen des Américains est d’environ 14%, mais l’AHA recommande que la consommation de graisses saturées soit inférieure à 6% de l’apport énergétique total, ce qui est dangereusement faible. Cette étude a révélé des taux de graisses saturées faibles qui augmentent le risque de mortalité.

Le chef de l’étude PURE, le Dr Salim Yusuf, a fait le commentaire poignant: «Les directives de l’AHA ne sont pas basées sur les meilleures preuves: les graisses saturées ont été étiquetées il ya des années et l’église traditionnelle a continué de prêcher ce message. Ils ont résisté au changement.

Que doivent dire les sceptiques?

Comme toujours, il est préférable d’examiner les données avec une bonne loupe. Et même si je pense que cette étude apporte un soutien substantiel aux matières grasses, en particulier aux graisses saturées, il y a quelques problèmes à résoudre.

Tout d’abord, l’AHA a répondu directement à cette étude en disant que, parce qu’elle utilisait des questionnaires, elle devait être interprétée avec prudence. Mais la simple portée de cette étude, tant en termes de nombre de participants que de durée, permet aux statistiques de faire leur travail. Lorsque vous avez une étude avec des nombres de telles abondances, des informations statistiquement pertinentes et des valeurs aberrantes peuvent être éliminées, nous laissant des conclusions globales.

Deuxièmement, le Dr Laura Mauri a demandé comment cette étude pouvait être comparée à des essais randomisés tels que l’étude PREDIMED du régime méditerranéen. Les essais randomisés ont toujours été difficiles à mener à grande échelle, car la nutrition est intrinsèquement complexe. L’étude PURE est une étude d’observation massive avec des biomarqueurs et des ajustements statistiquement pertinents, ce qui lui donne autorité.

En fin de compte, cette étude est une analyse approfondie et un défi pour les recommandations nutritionnelles modernes.

Profiterions-nous d’essais bien conçus, randomisés et contrôlés? Absolument. Nous pourrions toujours utiliser plus d’études, mais jusqu’alors, l’étude PURE est un puissant opposant aux recommandations de régimes conventionnels.

J’espère que nous pourrons vivre mieux, disposer d’informations précises sur notre santé. Partagez cette étude importante avec vos amis et votre famille afin de pouvoir, ensemble, éliminer la croyance que la graisse est mauvaise!

Les références:

http://www.acc.org/latest-in-cardiology/journal-scans/2017/08/29/01/21/associations-of-fats-and-carbohydrate-intake-esc-2017

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2367001/

http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1200303#t=article

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11975814

https://www.scientificamerican.com/article/raw-veggies-are-healthier/