Non classé

INSULINORÉSISTANCE, DIABÈTE ET ENDOTOXÉMIE

Gorki mars 1988 à janvier 2001

Ce sujet me tient à cœur en raison de la beauté de ce beau chien sur la photo. Mon animal de compagnie, Gorki, était un Husky de Sibérie d’une beauté exceptionnelle, avec des yeux bleus perçants et la personnalité d’un homme adorable.

Malheureusement, à l’âge de dix ans, il a été diagnostiqué avec le diabète. Il nous a fait savoir en faisant pipi devant la télévision un soir juste avant le dîner. N’ayant jamais rien fait de tel auparavant, nous savions que quelque chose n’allait pas du tout. Le vétérinaire nous a annoncé la mauvaise nouvelle peu de temps après.

Des injections d’insuline deux fois par jour ont suivi pendant près de trois ans jusqu’à ce que sa qualité de vie se soit détériorée à un point tel que nous avons jugé préférable de dire au revoir. Un morceau de mon coeur est allé avec lui.

Aussi terrible que soit cette expérience, je pense que la maladie de Gorky a suscité mon intérêt pour la santé et la nutrition. Jusque-là, je n’avais jamais beaucoup réfléchi au sujet. Manger, boire et faire caca étaient l’ampleur de mon intérêt pour le sujet. Il a changé cela et je suis toujours reconnaissant.

Jusqu’à son diagnostic, Gorki mangeait une croquette à base de céréales contenant du blé. Il avait également reçu plusieurs traitements antibiotiques pour traiter diverses infections. En outre, il avait des points chauds terribles. Ce sont des épidémies de démangeaisons qui le rendraient fou au point de lui faire arracher les poils avec les dents. Des tests d’allergie et des injections ont finalement permis de maîtriser la situation, mais pas avant l’administration de nombreuses injections de prednisone.

Il avait aussi régulièrement pris du poids, mais nous l’avons mis sur le compte du vieillissement normal et de moins d’exercice, alors même qu’il était un artiste de l’évasion accompli qui aimait se promener seul à notre grand désarroi.

À un moment donné, il a été emmené chez le vétérinaire parce qu’il n’avait pas fait ses besoins depuis des jours. Il a été trouvé avoir un colon touché et traité. Cela nous a paru d’autant plus  étrange qu’il était promené deux fois par jour et pouvait sortir le long de la cour.

Nous ne savions pas ce qui causait son diabète et aucun des vétérinaires qu’il a vus n’avait d’autre indice que de blâmer la génétique. Je trouve qu’en médecine, blâmer la génétique a pris la place de dire que c’est «la volonté de Dieu»; c’est-à-dire qu’ils n’ont aucune idée de la cause de la maladie ou de la maladie, mais estiment qu’il est préférable de dire quelque chose de «science», de peur que le patient ou le client ne doute de ses capacités ou ne remette en cause la facture.

À cause de cette expérience, j’ai toujours été fasciné par la résistance à l’insuline et le diabète. Comme vous vous en souvenez, la résistance à l’insuline humaine est un acteur majeur de la stéatose hépatique non alcoolique . C’est également un acteur majeur des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, de la maladie d’Alzheimer et de nombreux autres troubles regroupés sous le terme de syndrome métabolique.

Aujourd’hui, je souhaite publier un article sur une expérience humaine intéressante qui peut être considérée un jour comme révolutionnaire, car pour la première fois, des chercheurs ont pu induire une résistance à l’insuline transitoire chez un groupe d’humains en bonne santé.

Cette étude a été menée à l’Université de Pennsylvanie et publiée dans la revue Diabetesen 2010. Elle cherchait à répondre à la question suivante: Une endotoxémie modéréeinduirait-elle les mêmes symptômes et marqueurs de la résistance à l’insuline chez l’homme que ceux observés dans de nombreuses études sur des rongeurs jusqu’à ce moment-là?

Pour répondre à cette question, vingt sujets de race blanche en bonne santé, tous âgés de 20 ans – 10 hommes et 10 femmes – ont été inclus dans l’essai.

Leur première visite consistait en un examen médical où tous les volontaires avaient une tension artérielle et un cholestérol sains, un IMC et une répartition des graisses adipeuses adaptés à l’âge, une fonction bêta cellulaire pancréatique appropriée (les cellules bêta produisent de l’insuline) et un contrôle glycémique normal.

Lors de leur deuxième visite deux semaines plus tard, leur régulation du glucose a été mesurée à l’aide d’un test de tolérance au glucose par voie intraveineuse, fréquemment échantillonné, ou FSIGT. Cela servirait de base à partir de laquelle tout écart de glucose futur serait mesuré.

La troisième visite a consisté en une nuit au centre d’essai. Les 24 premières heures du traitement consistaient en un goutte-à-goutte intraveineux de solution saline suivi d’une perfusion intraveineuse unique de lipopolysaccharide (LPS), suivie d’une autre phase d’étude de 24 heures visant à mesurer divers marqueurs inflammatoires et mesures de la glycémie.

Résultats

Il n’est donc pas surprenant que l’endotoxine ait provoqué une réaction immunitaire sous la forme d’une augmentation de la température, de la fréquence cardiaque et du nombre de globules blancs dans le sang, laquelle a disparu 8 à 12 heures après l’exposition au LPS.

Mais comme le montrent les graphiques suivants, ceux-ci ne sont pas les seuls effets observés:

Cliquez pour agrandir l’image. 
Reproduit à partir de: 
Endotoxémie expérimentale induit une inflammation adipeuse et une résistance à l’insuline chez l’homme.

Les concentrations plasmatiques du facteur de nécrose tumorale (TNF) et de l’interleukine 6 (IL-6) des cytokines ont rapidement augmenté peu de temps après l’exposition à l’endotoxine.

D’autres marqueurs inflammatoires tels que MCP-1 et la protéine C-réactive, les acides gras libres et les hormones cortisol et hormone de croissance sont également dopés.

L’augmentation soutenue des acides gras libres ou de la toxicité lipidique est reconnue comme une cause de la perte de la fonction des cellules bêta du pancréas entraînant un diabète insulino-dépendant.

L’augmentation du cortisol et des hormones de croissance a également attiré l’attention.

Le cortisol est une hormone de stress. Le stress a toujours été un facteur de risque de maladie cardiovasculaire, d’où la recommandation de toutes les autorités de santé sous le soleil de contrôler ces niveaux par la relaxation et l’exercice modéré.

Je suis tout à fait en faveur de la réduction du stress, mais comme le montre cette étude, vous n’êtes pas entièrement sous son contrôle. Les infections, tant aiguës que chroniques, augmentent les niveaux de cortisol, ce qui entraîne une augmentation des taux de glucose sanguin par le biais de la gluconéogenèse Une élévation chronique des niveaux de cortisol peut également entraîner une perte musculaire au travers de la dégradation des acides aminés.

Et l’augmentation de l’hormone de croissance rappelle un article de revue publié en 2004 qui montrait que les personnes de petite taille, même après ajustement en fonction du revenu, de l’âge, du statut social et du lieu d’origine, présentaient des taux de mortalité par maladie cardiovasculaire et des taux d’AVC dont la fatalité était modérément plus bas.

Les populations primitives en bonne santé, comme les Kitavans, sont généralement plus courtes de taille que leurs homologues modernes. Des augmentations de l’hormone de croissance induites par une endotoxémie au début de la vie pourraient-elles être à l’origine de la grande taille si prisée par les sociétés occidentales et serviraient également de marqueur d’un risque cardiovasculaire accru plus tard dans la vie? Cette étude semble suggérer que la réponse est oui.

Les niveaux de résistine ont également augmenté. La résistine est une hormone produite dans les tissus adipeux ou adipeux qui inhibe l’action de l’insuline, d’où son nom.

On a également noté des augmentations tardives mais significatives de la leptine. La leptine est également une hormone du tissu adipeux qui communique avec l’hypothalamus pour réguler le poids à long terme. Les niveaux élevés de leptine sont une caractéristique de l’obésité.

Mais la découverte la plus importante de l’étude est que la sensibilité à l’insuline dans le foie, les muscles et les cellules adipeuses a diminué de 30% par rapport à la valeur initiale chez ces sujets sains.

Cliquez pour agrandir.

Dans le coin supérieur gauche, vous pouvez voir comment la sensibilité à l’insuline a diminué et dans le coin inférieur gauche, une mesure de la résistance à l’insuline a augmenté. Aucune modification de la fonction pancréatique n’a été constatée, comme indiqué dans les graphiques à droite.

Ainsi, pour la première fois chez l’homme, les chercheurs ont pu montrer comment le LPS pouvait initier une cascade inflammatoire provoquant une résistance à l’insuline transitoire après 24 heures sans aucun effet sur la fonction pancréatique.

Pour étayer davantage cette hypothèse, les auteurs ont noté:

  • L’observation commune de l’inflammation et du développement du diabète de type 2 pouvant survenir chez les patients lors d’infections humaines aiguës et de sepsis.
  • Modèles animaux expérimentaux d’endotoxémie provoquant à la fois une inflammation des tissus adipeux et des modifications des lipides sanguins ressemblant à celles observées dans le syndrome métabolique.
  • Expériences sur des animaux dans lesquelles le blocage génétique et médicamenteux des récepteurs de cytokines supprime la réponse inflammatoire aux endotoxines et bloque l’apparition de la résistance à l’insuline.
  • Les études sur l’animal induisent des modifications génétiques dans les tissus adipeux remarquablement similaires à celles observées dans la graisse viscérale des personnes atteintes de diabète de type 2.

Alors imaginons maintenant un scénario de translocation de bas grade de LPS de l’intestin vers la circulation systémique, jour après jour, année après année. Combien de temps faudrait-il pour développer une résistance à l’insuline qui se manifeste par un diabète de type 2 ou une maladie cardiovasculaire?

Cela dépend de la prédisposition génétique de la personne ou de l’animal, de la quantité d’agents pathogènes établis dans l’intestin et de la vitesse à laquelle ces endotoxines traversent la paroi de l’intestin.

Si cette hypothèse est vérifiée, cela signifie-t-il que le LPS est la seule cause de résistance à l’insuline? Peut-être mais j’en doute. Une fois que la fonction de barrière intestinale est altérée, tout ce qui apparaît dans la lumière de l’intestin peut potentiellement pénétrer dans la circulation sanguine et jouer un rôle complémentaire: levure, bactéries à Gram positif, virus, molécules alimentaires ou xénobiotiques comme les métaux lourds ou les polluants.

L’analogie que j’aime utiliser est celle d’une plaie ouverte n’importe où sur votre peau. Une fois sur place, votre circulation sanguine est vulnérable à tout ce qui peut entrer en contact avec cette ouverture.

Rappelez-vous que, bien que votre tube digestif soit à l’intérieur de vous, en ce qui concerne votre corps, son contenu est aussi extérieur que tout ce avec quoi votre peau entre en contact. Et il n’existe aucun moyen de garder cette «peau» interne en bonne santé sans les microbes intestinaux commensales qui en font sa maison et sa lumière. Dérangez les et vous pouvez être assuré que tôt ou tard l’inflammation et l’endotoxémie suivront.

Je crois vraiment que Gorki a payé le prix de sa flore intestinale désordonnée. Je n’ai pas l’intention de faire la même erreur avec ma famille, moi-même ou mes autres animaux de compagnie.

Références:

Mehta NN, FC McGillicuddy, PD Anderson, CC Hinkle, Shah R., Pruscino L., Tabita-Martinez J., Sellers KF, Rickles MR, Reilly MP (2010), une endotoxémie expérimentale induit une inflammation et une résistance à l’insuline chez les humains, le diabète , 59: 172-181.

Samaras TT, Elrick H., Storms LH (2004) La petite taille est-elle vraiment un facteur de risque de coronaropathie et de mortalité par AVC? Une critique. Medical Science Monitor, 10 (4): RA63-76.

par Ray Medina Traduit par A. El Mansouri N.D.