Naturopathie

RGO : Une maladie auto immune ?
3 (2)

Théorie de la « brûlure chimique »

Le RGO est un problème extrêmement courant dans le monde. 44% des Américains en souffrent au moins une fois par mois et 20% en souffrent chaque semaine. (1) La prévalence globale (indépendamment de la fréquence des symptômes) du RGO en France est de 31,3 %. La prévalence du RGO fréquent est de 7,8 % (6 % avant 50 ans, 10 % au-delà). Les sociétés pharmaceutiques gagnent 7 milliards de dollars par an en vendant des médicaments antiacides – principalement des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) comme Omeprazole, Prilosec et Aciphex.

La popularité de ces médicaments repose sur l’idée que le RGO est causé par l’acide gastrique brûlant l’œsophage. C’est ce qu’on appelle la théorie de la « brûlure chimique ». Elle soutient que le RGO se développe à partir de lésions chimiques caustiques qui commencent aux couches superficielles de l’œsophage et progressent à travers les tissus jusqu’aux couches plus profondes (la lamina propia et la sous-muqueuse). (2)

Les premières recherches sur les animaux semblaient le soutenir. Des études ont montré que de grandes quantités d’acide gastrique avec un pH inférieur à 2 endommagent l’œsophage. (3) Cependant, les concentrations d’acide utilisées dans ces études sont beaucoup plus élevées que celles normalement trouvées dans les épisodes de reflux humains. En fait, la grande majorité des épisodes de reflux humains ont un pH supérieur à 2 et sont incapables de provoquer des lésions œsophagiennes. (4)

Que faire si le RGO n’est pas causé par l’acide brûlant l’œsophage ?

Dans une étude de 2009, Souza et ses collègues ont connecté l’œsophage directement au duodénum (la partie supérieure de l’intestin grêle) dans un groupe de rats, permettant ainsi à l’acide de refluer librement dans l’œsophage. (5) À leur grande surprise, il a fallu 3 semaines pour que des dommages à l’œsophage se produisent. Commentant les résultats, l’auteur principal Stuart Spechler a déclaré :

« Cela n’a pas de sens si le RGO est vraiment le résultat d’une brûlure à l’acide, comme nous l’avons tous appris à la faculté de médecine. Les blessures chimiques se développent immédiatement. Si vous renversez de l’acide de batterie sur votre main, vous n’avez pas à attendre un mois pour constater les dommages.

Si l’acide lui-même causait les dommages, nous nous attendrions à ce que les dommages commencent au niveau des couches superficielles du tissu œsophagien, puis s’aggravent progressivement. Au lieu de cela, cette étude a révélé le contraire. 3 jours après l’exposition initiale à l’acide, il n’y avait pas de dommages à la surface – mais l’inflammation avait déjà commencé à se développer au niveau de la couche la plus profonde du tissu. Cette inflammation n’a atteint les couches superficielles qu’environ 3 semaines après l’exposition initiale à l’acide. »

Le RGO est une maladie auto-immune

Le reflux acide dans l’œsophage n’endommage pas la muqueuse. Au lieu de cela, il amène l’œsophage à libérer des cytokines inflammatoires qui attirent les cellules inflammatoires comme l’interleukine-8, l’interleukine-6 ​​et d’autres. Ce n’est pas l’exposition initiale à l’acide gastrique qui cause les lésions tissulaires caractéristiques du RGO; c’est ce processus inflammatoire qui est caractéristique de l’ auto – immunité .

Avez-vous un RGO – ou un NERD ?

La théorie selon laquelle le RGO n’est pas causé par une lésion chimique est étayée par le fait que 70% des Occidentaux diagnostiqués avec un RGO n’ont pas de lésions tissulaires visibles.

En fait, ces personnes n’ont pas du tout de RGO. Ils ont NERD, ou maladie de reflux non érosif. La biopsie tissulaire de leur œsophage montre une inflammation se développant au niveau des couches de base de l’œsophage comme les personnes atteintes de RGO, mais aucun dommage aux couches superficielles comme le prévoit la théorie conventionnelle. On ne sait pas à ce stade pourquoi la lésion tissulaire progresse vers les couches superficielles des personnes atteintes de RGO – mais pas de NERD -, mais cette étude suggère que la réponse pourrait être un mécanisme auto-immun.

Alors qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Comment éviter le RGO et le NERD en premier lieu ?

Même si le RGO est causé par un processus auto-immun, comme le suggère cette étude, le déclencheur initial semble être l’acide se déplaçant de manière inappropriée de l’estomac à l’œsophage. Mais cela ne signifie pas que le RGO et le NERD sont causés par trop d’acide gastrique, comme le veut le dogme commun.

Plusieurs revues et articles apportent les preuves que le reflux acide n’est pas causé par trop d’acide gastrique, mais au contraire pas assez de ce dernier. Ils font valoir qu’un faible taux d’acide gastrique provoquait une prolifération bactérienne dans l’intestin, qui à son tour produit un gaz qui exerce une pression sur le sphincter œsophagien inférieur, le faisant s’ouvrir et laisser, de manière inappropriée, passer l’acide dans l’œsophage.

Je propose dans ma pratique un protocole simple en 3 étapes pour traiter le reflux et le RGO sans médicaments (adaptation alimentaire, traitement à base de plantes, enzymes et probiotiques), j’ai même accompagné les personnes qui prenaient des médicaments antiacides depuis 20 ans ou plus. Ceci est important car les médicaments antiacides ont de nombreux effets secondaires et complications.

Pourquoi devriez-vous réfléchir à deux fois avant de prendre des IPP ?

Les médicaments antiacides favorisent la prolifération bactérienne, affaiblissent notre résistance aux infections, réduisent l’absorption des nutriments essentiels et augmentent la probabilité de développer le SCI, d’autres troubles digestifs et le cancer. Les laboratoires pharmaceutiques ont toujours été conscients de ces risques. Lorsque les médicaments antiacides ont été introduits pour la première fois, il a été recommandé de ne pas les prendre pendant plus de six semaines. Il est clair que ce conseil prudent a été écarté, car il n’est pas rare aujourd’hui de rencontrer des personnes qui prennent ces médicaments depuis des décennies, et non des semaines.

De plus, une étude récente a montré que les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) – la classe la plus populaire de médicaments antiacides – induisent un « reflux acide de rebond » chez les personnes en bonne santé.

Les chercheurs ont pris un groupe de personnes sans antécédents de reflux et les ont mis sous IPP pendant 8 semaines (où ont-ils trouvé ces volontaires ???) Plus de 40% des volontaires en bonne santé ont développé des symptômes liés à l’acide de rebond comme des brûlures d’estomac, des régurgitations acides et la dyspepsie une fois qu’ils ont cessé de prendre les médicaments. (6) Les auteurs de l’étude ont déclaré :

« Si l’hypersécrétion acide de rebond (RAHS) induit des symptômes liés à l’acide, cela peut entraîner une dépendance aux IPP et donc avoir des implications importantes.

Je pense que si vous souffrez de reflux acide, vous devriez nous contacter (cliquez ici), nous avons une clinique en ligne dédiée aux gens qui n’ont pas accès à des praticiens de la naturopathie fonctionnelle.

Références:

  1. http://www.encognitive.com/files/MELATONIN%20FOR%20THE%20TREATMENT%20OF%20GASTROESOPHAGEAL%20REFLUX%20DISEASE.pdf
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19660463
  3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/4884956
  4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19660463
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19660463
  6. http://www.infekt.ch/updown/documents/jc/jc_november09_rosa.pdf
Qu'avez-vous pensé de l'article ?
Notez cet article.