Vitamine-D cofacteurs-magnésium

Magnésium, Vitamine D : interaction primordiale.

Quelle interaction entre le magnésium et la vitamine D ?

Une carence en magnésium est généralement associée à une faible production des métabolites actifs de la vitamine D. Le magnésium est nécessaire pour activer toutes les enzymes qui métabolisent la vitamine D. Par exemple, il est maintenant connu que la vitamine D régule des centaines de gènes, y compris les gènes liés à des maladies majeures telles que le cancer et le diabète. Le magnésium est nécessaire à la synthèse de l’ADN, le code génétique de nos cellules, et il est également nécessaire pour les actions de la vitamine D dans la communication de certains gènes (activation ou désactivation). L’absorption intestinale du magnésium se fait tant au niveau du jéjunum que de l’iléon par voie active ou facilitée. Elle dépend de nombreux facteurs : favorisée par un régime riche en protéines, l’acidité gastrique, la sécrétion d’hormone parathyroïdienne et la présence de vitamine D, l’absorption est gênée par un excès de calcium, la richesse en graisses et en acides gras du contenu intestinal, la présence de phytates dans les aliments végétaux. La vitamine D joue un rôle dans l’absorption intestinale du magnésium. Ainsi, plus de la moitié (40 à 50 %) du magnésium ingéré est rejetée par les matières fécales. Au magnésium non résorbé s’ajoute une excrétion suite à divers facteurs (stress, caféine….). Un bon complément de magnésium tel que le glycérophosphate est un atout majeur car il est l’un des sels de magnésium qui possède la meilleur absorption.

Vitamine-D cofacteurs-magnésium

Le problème des xénobiotiques

Le métabolisme de la vitamine D peut être également compromis par tout ce qui peut perturber son hydroxylation hépatique. Cette réaction est sous la dépendance d’un cytochrome, le P450, qui sert en outre à éliminer les xénobiotiques (substances chimiques), au premier rang desquels se trouvent les médicaments de synthèse et justement la forme synthétique de la vitamine D. Toute prise de médicaments, quels qu’ils soient, mobilise le cytochrome et le détourne de sa fonction. Plus grave, certains médicaments et parmi eux des antifongiques, des antibiotiques et des antihypertenseurs comme les inhibiteurs calciques, pourraient bloquer le cytochrome et être  la cause directe de la carence en vitamine D active. Dans tous ces cas, plus on prend de médicaments chimiques plus il y a risque de voir la carence de vitamine D s’aggraver. Il en va de même lorsqu’on ingère des produits phytosanitaires. En fait, plus on est soumis à de la pollution, plus ce cytochrome est sollicité, et moins il peut assurer l’hydroxylation de la vitamine D nécessaire à son activation.Une troisième cause de manque de vitamine D est l’exacerbation de son catabolisme (élimination hépatique) sous l’effet encore de certains médicaments comme les corticoïdes ou les antiépileptiques. Ce qui fait qu’il est absolument indispensable de supplémenter les personnes qui prennent ces médicaments. Par exemple il faudrait donner plus de compléments naturels à base de vitamine D aux enfants asthmatiques ou aux épileptiques.Ainsi l’association Vit D3 et magnésium est important pour une bonne activation du VDR.

Que faire ?

Nous l’avons vue magnésium est nécessaire pour convertir la vitamine D en sa forme active dans le sang. Par conséquent, la supplémentation en vitamine D (en particulier à forte dose) peut en fait provoquer ou exacerber une carence en magnésium.   Cela peut être une perturbation majeure dans votre quête à la santé quand vous commencez à utiliser un supplément de vitamine D, surtout si vous commencez soudainement à avoir des crampes musculaires, un reflux acide, de la constipation ou des maux de tête !

Lorsque vous cherchez à comprendre votre niveau de vitamine D, je vous encourage à demander en même temps un niveau de « magnésium RBC » (vs. magnésium sérique) . Comme pour tous les travaux de laboratoire sur les minéraux, il est préférable de viser le tiers supérieur de la plage de référence , compte tenu de la forte incidence des carences en nutriments minéraux. N’oubliez pas que les niveaux de minéraux érythrocytaires reflètent mieux les niveaux de nutriments continus sur une période de 3 à 4 mois (par rapport aux niveaux sériques typiques qui ne reflètent que l’apport alimentaire/supplémentaire des derniers jours au maximum).

En l’absence de travaux de laboratoire (et en supposant qu’il n’y a pas de maladie rénale manifeste), je recommande d’inclure une supplémentation en magnésium lorsqu’un client utilise un supplément de vitamine D, surtout s’il contient plus de 1000 UI de vitamine D3 par jour (des niveaux plus élevés dont la plupart de nos clients besoin d’octobre à avril).

Références :

(Vitamin D Receptor)Kelishadi R, Ataei E, Ardalan G, et al. Relationship of Serum Magnesium and Vitamin D Levels in a Nationally-Representative Sample of Iranian Adolescents: The CASPIAN-III Study. International Journal of Preventive Medicine. 2014;5(1):99-103.