NaturopathieNutrithérapie

Le retournement: l’importance de revenir au mode de vie ancestral ?

L’avenir est là: voitures autonomes, assistants virtuels et technologies médicales révolutionnaires – avec des taux obstinément élevés et croissants de maladies cardiovasculaires , de diabète , d’ obésité , de maladies auto – immunes , d’ allergies , d’ asthme …

Nous vivons à une époque d’innovations et d’avancées incroyables, mais nous sommes plus malades et plus en surpoids que jamais. Et malheureusement, tout indique que, sur la base des statistiques projetées, de nombreuses personnes ne seront jamais en bonne santé et resteront ainsi.

Parfois il semble qu’il n’y ait pas de solution à nos problèmes de santé, sans parler de la douleur et de la souffrance causées par le fardeau financier de la maladie chronique. Mais je peux vous assurer que c’est loin d’être le cas et que nous pouvons briser ce cycle.

Il est possible d’arrêter et même d’inverser l’épidémie de maladie actuelle – en utilisant une stratégie à laquelle nous avons accès en ce moment. Ce n’est pas un tout nouveau médicament, appareil ou une nouvelle intervention chirurgicale. La solution c’est le mode de vie ancestral. En suivant le modèle de vie sain que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ont suivi avant nous, nous pouvons éviter la longue liste de maladies chroniques spécifiquement modernes, rester naturellement svelte et en forme, et surtout vieillir gracieusement.

La maladie chronique est courante, mais elle n’est pas pour autant normale

Il y a de fortes chances que l’un de vos proches souffre d’une maladie chronique ou que vous en souffriez vous-même, sinon les deux. La maladie chronique est si répandue maintenant qu’il est presque impossible d’imaginer la vie sans elle: six adultes américains sur dix souffrent d’une maladie chronique, tandis que quatre sur dix souffrent de deux maladies chroniques ou plus. ( 1 ) En France, 20 millions de patients souffrent de maladies chroniques, soit un tiers de la population. (1.1)

  • Près de six millions d’Américains vivent actuellement avec la maladie d’Alzheimer. ( 2 ) Aujourd’hui, la maladie d’Alzheimer est la plus fréquente des maladies neurodégénératives. En 2015, 900 000 personnes sont atteintes par la maladie en France et chaque année 225 000 nouveaux cas sont recensés. En 2020, 3 millions de personnes seront concernées par la maladie d’Alzheimer (malades et proches aidants). (2.1)
  • Plus de 100 millions d’Américains souffrent de prédiabète ou de diabète. ( 3 ) En France plus de 3,3 millions de personnes sont traitées pharmacologiquement pour un diabète, soit 5 % de la population. (3.1)
  • Aux USA quelque 50 millions de personnes souffrent d’une maladie auto-immune comme celle de Hashimoto , la polyarthrite rhumatoïde ou la sclérose en plaques. ( 4 ) Elles touchent environ 5 millions de personnes en France et constituent le troisième groupe de maladies en terme de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés, après les cancers et les maladies cardiovasculaires. (4.1)
  • Dans le monde, environ 2,2 milliards de personnes sont en surpoids ou obèses; parmi les pays les plus peuplés, la prévalence la plus élevée de l’obésité peut être trouvée, vous l’avez deviné, aux États-Unis. ( 5 , 6 )
  • Un tiers des Américains souffrent d’hypertension artérielle, certaines statistiques suggérant que l’hypertension pourrait en fait toucher la moitié de tous les adultes américains. ( 7 , 8 , 9 ). En France l’hypertension artérielle est la maladie cardiovasculaire la plus fréquente, et constitue même la première pathologie chronique dans le pays. On estime qu’un adulte sur trois est touché. Son incidence. augmente avec l’âge : elle concernerait ainsi moins de 10% des 18-34 ans contre plus de 65% après 65 ans. (9.1)

Pourtant, pendant la majeure partie de l’existence durable de notre espèce, les humains ont vécu en grande partie sans ces maladies qui aujourd’hui raccourcissent notre durée de vie et nous rendent misérables. La maladie chronique est peut-être notre «nouvelle normalité», mais ce n’est certainement pas notre «norme».

Les découvertes paléontologiques et archéologiques l’ont confirmé, mais la meilleure preuve est peut-être le fait que les sociétés de chasseurs-cueilleurs restantes – qui vivent aussi près que possible de la façon dont nos ancêtres paléolithiques le faisaient il y a des centaines de milliers d’années – ne souffrent généralement pas de la maladies chroniques les plus courantes .

Une étude sur les Tsimané en Bolivie a révélé qu’ils avaient une prévalence de l’athérosclérose 80% inférieure à celle des  États-Unis et que neuf adultes sur 10 Tsimané âgés de 40 à 94 ans ont des artères complètement propres et aucun risque de maladie cardiaque. Les chercheurs ont également découvert que le Tsimané, âgé de 80 ans, avait le même âge vasculaire qu’un Américain dans la cinquantaine. ( 10 ) Des études sur le Hadza de Tanzanie révèlent que moins de 2 pour cent des adultes Hadzan sont considérés comme en surpoids. Et le diabète de type 2 est si rare parmi ces populations et d’autres populations contemporaines de chasseurs-cueilleurs qu’il existe même peu de rapports sur sa prévalence. ( 11 )

Inadéquation: pourquoi votre santé est si différente de celle de vos ancêtres

Alors, qu’est-ce-qu’il s’est passé? Comment la majorité d’entre nous est-elle passée d’une inclination naturelle vers la santé à être apparemment assurée au moins un diagnostic débilitant?

En un mot: inadéquation – entre nos gènes (programmation génétique définie), notre physiologie et notre biologie d’une part et l’environnement moderne dans lequel nous vivons d’autre part.

Tous les organismes sont adaptés pour survivre et prospérer dans un environnement particulier. Lorsque cet environnement change plus rapidement que l’organisme ne peut s’adapter, une discordance se produit. C’est un principe fondamental de la biologie évolutive, et il s’applique aux humains autant qu’il s’applique à tout autre organisme dans la nature.

Notre environnement est presque méconnaissable de celui de nos ancêtres, et nous ne mangeons pas, ne bougeons pas ou ne nous reposons pas comme les chasseurs-cueilleurs que nous sommes encore, biologiquement parlant. Nous savons, par des preuves tangibles, que cette inadéquation – opposant l’environnement à la biologie – est le principal moteur des maladies chroniques.

Certains des exemples les plus frappants de ceci incluent des études et des observations de chasseurs-cueilleurs existants du 21ème siècle rapportant que lorsqu’ils quittent leurs villages et troquent leurs habitudes traditionnelles pour un style de vie occidental, ils développent le diabète, l’obésité et des complications cardiovasculaires. ( 12 , 13 )

Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs nous ont fourni un plan pour une vie saine, mais la façon dont vous construisez réellement votre chemin vers une meilleure santé dépend de vos besoins individuels uniques. Il n’y a vraiment pas d’approche universelle. Vous entendez des gourous du régime affirmer que tout le monde devrait suivre un régime faible en glucides ou que tout le monde devrait suivre un régime faible en gras, mais la clé du succès à long terme est la personnalisation ou l’adaptation personnalisée du régime pour répondre à vos besoins particuliers.

Comment décidez-vous quels aspects de la vie ancestrale correspondent le mieux à vos besoins? Certaines personnes peuvent comprendre cela d’elles-mêmes, mais beaucoup bénéficient du soutien d’un professionnel qualifié. Dans le paysage de la santé moderne, les éducateurs de santé sont particulièrement qualifiés pour fournir ce soutien. Les éducateurs sont des «agents de changement». Ils aident les gens à décider par où commencer et quelles premières étapes ont du sens. Ils aident également les gens à trouver la meilleure voie à suivre en se basant sur leurs expériences passées, à fixer des objectifs et à rendre des comptes.

Le programme de formation Innov’Naturopathie est l’un des seuls programmes de coaching dans le monde francophone qui vous enseigne la santé ancestrale. Non seulement cela, mais vous apprenez également à aider les gens à modifier leur régime alimentaire et leur mode de vie conformément à notre modèle ancestral. Cliquez ici pour en savoir plus.

Le programme de formation des éducateurs de santé Innov’Naturopathie est un programme de formation et d’éducation en santé et bien-être qui a fait ses preuves, non seulement nous l’enseignons mais nos éducateurs l’appliquent à leur clientèle avec des résultats époustouflants.

Retour à l’équilibre: les bases d’un mode de vie ancestral

C’est clair: le moyen le plus rapide de retrouver votre santé naturelle est de revenir à une façon de manger et de vivre qui correspond davantage à ce pour quoi vos gènes et votre biologie sont conçus. Nous postons de nombreux articles pour vous mettre sur la voie, et vous permettre dès maintenant, de récupérer votre vitalité grâce à la santé ancestrale.

Mangez des aliments vrais, nourrissants et de haute qualité

Nous savons, sans aucun doute, que nos ancêtres paléolithiques mangeaient des produits d’origine animale et c’est là un des facteurs qui nous différencie des autres écoles de formations en Naturopathie . En effet, la plupart des chercheurs pensent que la consommation de viande et de poisson est ce qui a conduit à notre cerveau d’être plus gros et à nos tripes plus petites que les autres primates. ( 14 , 15 , 16 ) Bien qu’aucune population ancestrale suivant un régime complètement végétarien ou végétalien n’ait jamais été découverte, il est évident que les chasseurs-cueilleurs appréciaient également les aliments végétaux, tels que les légumes-racines féculents. ( 17 ) Une des images qui me vient en tête c’est qu’on n’a encore jamais découvert de grottes avec des dessins de laitues ou de carottes, c’est plutôt des scènes de chasses que l’on découvre dessinées sur leurs parois.

Certaines cultures traditionnelles consommaient également des céréales et des légumineuses. Mais ceux qui l’ont fait se sont donné beaucoup de mal pour décomposer les inhibiteurs naturels des nutriments contenus dans ces aliments; ces méthodes comprenaient le trempage, la germination, la fermentation et la levée.

Nous savons aussi, sans aucun doute, que les chasseurs-cueilleurs n’ont pas consommé de sucre raffiné , de farine et d’ huiles de graines, ou ce que j’appelle «les trois cavaliers de l’apocalypse» parce qu’ils favorisent la suralimentation et l’inflammation, qui est à l’origine de tout maladie moderne. À mon avis, l’introduction de la transformation industrielle des aliments a eu l’effet le plus néfaste sur notre santé de tous les autres facteurs au cours des cent dernières années – et peut-être dans toute l’histoire de l’humanité.

En plus de la présence nocive de sucres raffinés, de farine et d’huiles de graines, les aliments transformés fournissent également des niveaux élevés d’additifs chimiques et de conservateurs. Certains de ces ingrédients ont des effets négatifs connus, allant des fuites intestinales et des maladies auto-immunes aux accidents vasculaires cérébraux et aux lésions rénales, tandis que les effets des autres sont encore inconnus. ( 18 , 19 , 20 )

Voici votre plan d’action pour une alimentation ancestrale :

  1. Evitez les emballages et tous autres conditionnements. Bien sûr, tous les aliments livrés dans des sacs et des boîtes ne sont pas nocifs, ce n’est donc pas censé être pris à la lettre. C’est juste un guide utile pour vous orienter vers la vraie nourriture (voir ci-dessous). Le beurre est souvent conditionnés et les légumes surgelés (et certains frais) sont emballés dans des sacs en plastique. Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas manger de beurre et de légumes. Mais en général, si vous suivez ce précepte, vous minimiserez votre consommation de farine, de sucre et d’autres édulcorants nocifs pour la santé, d’huiles de graines industrielles et d’autres ingrédients transformés et raffinés.
  2. Basez votre alimentation sur des aliments vrais, entiers et riches en nutriments comme la viande, les abats, le poisson et les crustacés, les œufs, les fruits et les légumes, les noix et les graines, les herbes et les épices, et les féculents comme les pommes de terre et les patates douces, ainsi que des graisses saines pour aide à l’absorption des nutriments.
  3. Soyez prudent avec les céréales et les légumineuses. Si vous choisissez de manger ces aliments, il est préférable de les faire tremper avant la cuisson pour maximiser la biodisponibilité des nutriments.
  4. Concentrez-vous sur la qualité plutôt que sur la quantité. Choisissez autant que possible des produits locaux et biologiques et des produits d’animaux d’élevage ou des poissons sauvages, qui ressemblent  le plus fidèlement aux aliments qui étaient disponibles pour nos ancêtres via la chasse et la recherche de nourriture dans la nature.

Asseyez-vous moins et bougez (beaucoup) plus – parfois intensément

Le mouvement jouait un rôle majeur dans la vie quotidienne des chasseurs-cueilleurs. Après tout, ils passaient la majorité de leur temps à chasser et à cueillir. Ils ont dû faire des efforts et souvent assez vigoureusement, pour survivre: nos ancêtres sprintaient, faisaient du jogging, grimpaient, portaient et sautaient par intermittence tout au long de la journée, en plus de marcher en moyenne 9 à 10 km et de courir jusqu’à 1 km/j. ( 21 )

En d’autres termes, ils ne restaient pas assis toute la journée comme tant d’entre nous. Nous passons des heures interminables à travailler sur des ordinateurs, à regarder la télévision et à nous déplacer en voiture. En fait, l’adulte occidental typique est maintenant sédentaire pendant environ 60% de sa vie éveillée et reste assis en moyenne six ou sept heures par jour. ( 22 , 23 ) La position assise a été appelée le nouveau tabagisme, et pour une bonne raison: elle est liée aux maladies cardiaques, à la résistance à l’insuline, au cancer et la liste est longue. De plus, la recherche a révélé ces mêmes résultats négatifs pour la santé chez ceux qui font de l’exercice mais passent encore la majorité de leur journée assis.

Votre plan d’action pour un mouvement ancestral :

  1. Se lever. C’est la façon la plus simple de s’asseoir moins. Je recommande de rester debout pendant la moitié de votre journée.
  2. Partez en promenade. En fait, faites beaucoup de promenades et pratiquez régulièrement d’autres activités de faible intensité. Envisagez de marcher ou de faire du vélo pour vous rendre au travail, de faire vos propres tâches ménagères et de trouver un passe-temps comme le jardinage qui vous émeut littéralement. Si vous pouvez intégrer une promenade quotidienne à votre journée de travail – vous garer plus loin de votre bureau, marcher pendant votre pause déjeuner ou marcher avec votre enfant ou un animal après le travail ou le dîner – cela devient une habitude facile à garder.
  3. Poussez-vous occasionnellement tout au long de la semaine avec des exercices plus intenses; n’en faites pas trop.

Dormez plus et stressez moins

Je suis sûr que si je vous demandais d’évoquer l’image d’un chasseur-cueilleur, il ou elle ne se prélasserait pas paresseusement sur un canapé. Bien qu’ils étaient presque toujours en mouvement, ces personnes se détendaient aussi. Nos ancêtres alternaient des journées d’activité physique pénibles et exigeantes avec des jours de repos, une réponse instinctive qui les protégeait des blessures et de la fatigue.

Notre mode de vie moderne est totalement inadéquat à cet égard. Nous vivons dans une culture qui valorise la productivité et l’activité avant tout et qui méprise presque le repos et la relaxation. Pour de nombreuses personnes, «se reposer» signifie naviguer sur Internet ou s’engager avec un autre type d’appareil électronique artificiel émettant de la lumière qui sape le sommeil et qui est tout sauf reposant pour le cerveau et le corps. Nous avons non seulement oublié la valeur du repos mais nous avons aussi oublié comment le faire.

Ainsi, nous sommes stressés. Constamment. Nos ancêtres étaient stressés lorsqu’ils fuyaient un prédateur ou partaient à la chasse. Mais, comme je l’ai partagé plus haut, ils ponctuaient ces moments stressants de moments de calme . Nous ne sommes tout simplement pas construits pour le stress chronique, comme en témoigne l’immense quantité de recherches illustrant qu’il fait des ravages totaux sur notre corps .

Votre plan d’action ancestral pour le repos vraiment reposant:

  1. Dormez profondément et pendant sept à huit heures par nuit. Vous ne pouvez pas être en bonne santé sans un sommeil suffisant . Période.
  2. Gérez votre stress. Il n’y a aucun moyen d’éliminer complètement le stress de votre vie, mais vous pouvez éviter le stress inutile en apprenant à dire non aux projets ou aux engagements que vous ne pouvez pas gérer, en restant à l’écart des personnes qui font bouillir votre sang et en éteignant les infos (ou à en limiter au moins votre exposition, surtout avec les infos en boucle) à titre d’exemples. Pour atténuer les effets nocifs des facteurs de stress que vous ne pouvez pas éviter, essayez des pratiques et des techniques de relaxation telles que la méditation, le yoga et la respiration calme.
  3. Donnez la priorité au plaisir. Écouter de la musique, jouer avec vos animaux de compagnie, rire avec des amis et passer du temps à l’extérieur peuvent vous aider à cultiver plus de plaisir dans votre vie, et le plaisir est l’antidote au stress chronique.