génétique exposome

Pourquoi vos gènes ne sont pas une fatalité ?

À une certaine époque, les scientifiques croyaient que notre ADN détenait la clé pour prévenir et inverser la maladie. Mais nous savons maintenant que notre environnement (notre épigénétique ou exposome), et non nos gènes, est le principal moteur de la santé et de la longévité.

Le XXe siècle a été l’âge d’or de la génétique. Il a inauguré la découverte de la structure en double hélice de l’ADN, la méthode de réaction en chaîne par polymérase (PCR) d’amplification de l’ADN et, finalement, le séquençage du génome humain complet.

De manière assez compréhensible, ces découvertes remarquables ont conduit au « déterminisme biologique », la croyance que le comportement et la santé humains sont principalement, sinon entièrement, contrôlés par nos gènes. Et cela a généré des proclamations assez audacieuses :

« Nous avons maintenant la possibilité de réaliser tout ce que nous avons toujours espéré de la médecine. »

Lord Sainsbury,  ancien ministre britannique des sciences

« Cartographier le génome humain a été comparé à mettre un homme sur la lune, mais je crois que c’est plus que cela. C’est la réalisation exceptionnelle non seulement de notre vie, mais en termes d’histoire humaine. » Michael Dexter,  The Welcome Trust

Michael Dexter,  The Welcome Trust

Mais il est vite devenu évident que ces promesses enivrantes n’allaient pas se concrétiser. Même Craig Venter, l’un des premiers scientifiques à séquencer le génome humain, a reconnu les limites de l’utilisation des gènes pour prédire et prévenir les maladies :

« Nous n’avons tout simplement pas assez de gènes pour que cette idée de déterminisme biologique fonctionne. »

Craig Venter,  président-directeur général de l’Institut J. Craig Venter

Nous savons maintenant que les gènes sont responsables d’environ 10 % des maladies humaines .

Donc, si nos gènes ne sont pas à l’origine de la maladie, qui pouvons-nous incriminer ?

L’« exposome » est un concept initialement proposé par le Dr Christopher Wild en 2005. (1) Il fait référence à la somme de toutes les expositions non génétiques au cours d’une vie individuelle, à partir du moment de la conception. Cela englobe tout, de la nourriture que nous mangeons à l’eau que nous buvons, à l’air que nous respirons, aux interactions sociales que nous avons, aux choix de mode de vie que nous faisons, à la santé de nos parents au moment de notre conception.

En bref, c’est le mot qu’utilisent les scientifiques pour décrire toute la gamme des expositions environnementales qui influencent notre santé.

Les gènes peuvent charger le pistolet, mais l’environnement appuie sur la gâchette.

L’exposome a été divisé en trois catégories :

  • Environnement extérieur spécifique . Cela comprend l’alimentation, l’activité physique, l’eau, les produits de consommation et de soins personnels, les choix de mode de vie comme le tabagisme, les agents infectieux, les polluants chimiques, etc. Cela comprend également notre environnement aux premières étapes de notre vie, y compris la santé de notre mère et de notre père à l’époque de notre conception et de notre gestation, la méthode de notre naissance, que nous ayons été allaités ou non, et notre lien précoce avec notre mère et d’autres influences sociales et psychologiques.
  • Environnement extérieur général. Cela inclut le climat; milieu urbain vs milieu rural; circulation; nos influences économiques, sociales et psychologiques plus larges, y compris le statut social, l’éducation, la situation financière et le stress.
  • Environnement interne. Cela inclut des facteurs biologiques internes tels que le métabolisme, le microbiome, l’inflammation, les hormones et le stress oxydatif. (2)

La raison pour laquelle l’exposome est important en tant que concept est que nous savons maintenant qu’il est le principal moteur de la santé et de la maladie humaines. Si les gènes causent moins de 10 % des maladies, il s’ensuit que l’exposome – notre alimentation, notre mode de vie et notre environnement – est à l’origine des 90 % restants.

En fait, des estimations récentes suggèrent qu’environ 50 % des décès prématurés dans le monde sont attribuables à quelques facteurs environnementaux, notamment l’alimentation, la pollution de l’air intérieur et extérieur et le tabagisme actif et passif. (3)

L’épigénome : là où nos gènes et notre exposome se rencontrent

Le débat « nature contre culture » ​​- la question de savoir si nos gènes (nature) ou notre environnement (culture) sont plus importants pour déterminer notre santé – fait rage depuis des décennies. Mais la distinction relativement simple que nous avons faite au fil des ans entre les gènes et l’environnement, comme s’il s’agissait de facteurs distincts et non liés, s’avère inexacte.

Selon le Dr Randy Jirtle :

 » L’argument nature contre culture s’avère rapidement non pertinent, car nous constatons que les deux forces interagissent de manière très spécifique qui modifie le comportement des gènes. « 

Dr Randy Jirtle

Le Dr Jirtle est un pionnier dans le domaine de l’épigénétique. L’épigénétique, qui signifie littéralement « au-dessus » de la génétique, est l’étude des modifications de notre matériel génétique qui changent la façon dont les gènes sont activés ou désactivés, mais qui ne modifient pas les gènes sous-jacents eux-mêmes.

Nous avions l’habitude de penser que notre ADN était comme un modèle ou un moule : si vous versiez 100 fois du matériel génétique brut dans ce moule, vous obtiendriez 100 copies identiques. Ceci est cohérent avec la philosophie du « déterminisme biologique » qui était en vogue à l’époque où le génome humain a été séquencé.

Mais une meilleure analogie pour les gènes pourrait être un scénario pour une production théâtrale ou un film. Nos gènes sont comme le scénario, et l’exposome et l’épigénome sont comme la production et la performance. Le scénario de Roméo et Juliette ne change pas d’une production à l’autre, mais la façon dont il est produit et interprété peut varier considérablement en fonction du réalisateur, de la distribution, de l’équipe, de la scénographie, des costumes et d’autres facteurs. Si un script est épouvantable, même une grande performance ne peut pas le sublimer. D’un autre côté, le meilleur scénario du monde n’aura pas de prestance avec une production épouvantable.

Cela explique pourquoi des jumeaux identiques sont similaires, mais pas identiques. Ils sont appariés pour les gènes, l’âge, le sexe, l’environnement pré-gestationnel (et souvent post-gestationnel), nous nous attendons donc à ce que leur risque d’avoir les mêmes maladies soit très élevé si les gènes dirigeaient le spectacle. Pourtant, dans la plupart des cas, les taux de discordance entre jumeaux, même pour des maladies hautement héréditaires comme la schizophrénie, peuvent atteindre 50 %. (4) En d’autres termes, si un jumeau identique souffre de schizophrénie, il n’y a que 50 % de chances que l’autre jumeau en soit atteint.

Le Dr Francis Collins, directeur des National Institutes of Health des États-Unis, a un jour résumé la relation entre la génétique et l’exposome en une seule phrase concise :

« Les gènes chargent le pistolet, mais l’environnement appuie sur la gâchette. »

Dr Francis Collins

Ne vous méprenez pas, les gènes ont une forte influence sur notre susceptibilité aux maladies, et il existe des situations où des informations sur votre constitution génétique particulière peuvent être utiles. Par exemple, il existe des gènes (tels que MTHFR, COMT, MTR, MTRR, etc.) qui affectent le cycle de méthylation, et des mutations dans ces gènes peuvent entraîner une désintoxication altérée, le métabolisme des neurotransmetteurs, la production d’énergie cellulaire et une gamme de symptômes tels que la dépression, la fatigue et l’infertilité. Mais dans la plupart des cas, les prédispositions génétiques ne se manifestent souvent qu’en présence de certains facteurs environnementaux.

L’épidémie d’obésité en est peut-être l’exemple le plus clair. Nos gènes n’ont pas changé de manière appréciable au cours des 40 dernières années, mais pendant cette période, nous avons assisté à une explosion des taux d’obésité. Cela suggère que la génétique n’est pas le principal moteur de l’obésité. Cependant, nous savons qu’il existe des gènes qui prédisposent certaines personnes à l’obésité plus que d’autres, et que tout le monde n’est pas également affecté par l’exposition au même environnement. Cela suggère que les gènes jouent un rôle important.

Comment réparer votre exposome.

La reconnaissance que l’environnement, et non la génétique, est le principal moteur de la santé et de la maladie humaines porte en elle un message fort d’autonomisation et de responsabilité personnelles. Si nos gènes étaient le seul déterminant de notre santé, il n’y aurait pas beaucoup de motivation pour optimiser notre environnement. Mais puisque nous savons que les choix que nous faisons au cours de notre vie prédisent 90 % de notre risque de maladie et de décès prématuré, nous avons une bonne raison d’agir pour améliorer notre santé.

Mais par où commencer ? Avec autant d’influences environnementales possibles, allant de l’alimentation à l’exposition aux produits chimiques en passant par la pollution de l’air et les produits de soins personnels, où en avez-vous pour votre argent ?

Je crois que, pour la plupart des gens, les quatre domaines suivants sont les plus importants sur lesquels se concentrer en premier :

  1. Diète
  2. Activité physique
  3. Sommeil
  4. La gestion du stress

Nous avons une quantité écrasante de recherches démontrant l’influence de ces quatre domaines sur notre santé. Et j’ai également constaté le plus grand impact en me concentrant sur eux dans mon travail avec des centaines de patients.

Pour info, la recherche a montré que vous augmentez considérablement votre capacité à faire de meilleurs choix quotidiens en matière de régime alimentaire et de mode de vie si vous bénéficiez d’un soutien social ou si vous êtes accompagnés. (5)

Références :

  1. http://cebp.aacrjournals.org/content/14/8/1847.full
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24906490
  3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23245609
  4. https://www.sciencedaily.com/releases/2011/03/110328151740.htm
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2729718/

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.