NaturopathieNutrithérapie

Coronavirus : Les accidents thrombo-emboliques principal cause de mortalité ?

 

Coronavirus : l'espoir depuis la découverte de Sandro Giannini ...

Les accidents thrombo-emboliques sont-ils le principal facteur létal des infections à Covid.19, ou seulement un facteur aggravant parmi d’autres ?

Le risque d’évènements thrombotiques, notamment pulmonaires serait élevé dans les infections à Covid-19 et une cause majeure de mortalité. Elle n’aurait pas toujours été prise en compte dans les formes graves et pourrait être l’objet d’une prophylaxie ciblée dans les formes précoces.

Le 16 mars dernier, un article paru dans la revue RSNA (Radiological Society of North America) rapporte les cas, à Wuhan, de deux chinois infectés par le virus Covid19, dont l’état respiratoire, avec la survenue d’une embolie pulmonaire aigüe, s’est brusquement aggravé. Cette publication n’émeut personne : le fait que des infections virales ou bactériennes, puissent favoriser des thromboses veineuses, c-a-d la formation au sein des veines de caillots de sang, eux-mêmes susceptibles de générer des embolies par migration d’un fragment de ceux-ci dans les poumons, est connu de longue date. Ce risque de surcroit est accru chez des patients hospitalisés et alités, tous les médecins le savent, pourquoi se focaliseraient-ils sur cet aspect de la maladie ?

Le 11 avril dernier le Pr italien Sandro Giannini (orthopédiste), directeur de l’institut d’orthopédie Rizzoli à Bologne (établissement réquisitionné pour accueillir des personnes infectées), déclare sans ambages et précaution verbale que la cause principale de mortalité des patients Covid19 est « la formation de multiples microthromboses dans les vaisseaux pulmonaires ». Elles sont difficiles à soupçonner précise-t-il, car pouvant survenir en l’absence de thrombose veineuse des membres inférieurs associée, leur cause habituelle. Difficiles aussi à voir en échographie au lit du malade (qui n’est pas transportable pour un autre examen quand il est intubé). Or ventiler un sujet quand le sang ne circule plus dans ses vaisseaux obstrués par des caillots, est évidemment inutile. Ce qui donc tuerait, poursuit le Pr Giannini, ne serait pas ventilatoire mais circulatoire, lié à une maladie thromboembolique pour laquelle existent des traitements efficaces qu’on aurait jusqu’à présent sous-utilisés.

Voici ce que dit le Pr Sandro Giannini;

« Je ne veux pas paraître excessif, mais je pense avoir démontré la cause de la létalité du coronavirus. Il n’y a à l’hôpital Saint-Mathieu que deux cardiologues qui surveillent 150 lits en faisant de l’échocardiographie avec un effort énorme et l’un des deux c’est moi. Une fatigue terrible !

Cependant, de ce que certains supposaient sans pouvoir en être sûrs, nous avons maintenant les premières données. Les gens se soumettent à la RCP pour une thromboembolie veineuse généralisée, principalement pulmonaire. Si c’est le cas, les réanimations et les intubations sont inutiles car il faut d’abord dissoudre, ou plutôt prévenir ces thromboembolies. Si vous ventilez un poumon où le sang n’arrive pas, c’est inutile ! En fait, 9 personnes sur 10 meurent. Parce que le problème est cardiovasculaire, et non respiratoire ! C’est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie, qui est à l’origine du décès !

Et pourquoi forment-ils des caillots ? Car l’inflammation, comme dit dans les manuels scolaires, induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique complexe mais bien connu. Et alors ? Contrairement à ce que la littérature scientifique, notamment chinoise, disait jusqu’à la mi-mars, aucun anti-inflammatoire ne devait être utilisé. Aujourd’hui, en Italie, on utilise des anti-inflammatoires et des antibiotiques (comme pour la grippe) et le nombre de personnes hospitalisées est en baisse. De nombreux décès, même à 40 ans, ont eu des antécédents de forte fièvre pendant 10-15 jours sans être traités correctement.

Ici, l’inflammation a tout détruit et a préparé le terrain pour la formation de caillots. Car le problème principal n’est pas le virus, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules où le virus entre. En fait, aucun patient atteint de polyarthrite rhumatoïde n’est jamais entré dans nos services COVID ! Parce qu’ils fabriquent de la cortisone, un puissant anti-inflammatoire !

Par conséquent, en Italie, les hospitalisations sont réduites et la maladie est en train de devenir une maladie qui se traite à domicile. Bien la traiter à domicile permet d’éviter non seulement l’hospitalisation, mais aussi le risque thrombotique. Il n’a pas été facile de le comprendre car les signes de micro-embolie sont flous, même à l’échocarde. Mais ce week-end, j’ai comparé les données des 50 premiers patients entre ceux qui respirent mal et ceux qui ne respirent pas et la situation est apparue très claire. Pour moi, vous pouvez retourner jouer et rouvrir l’entreprise. Fini la quarantaine. Pas tout de suite. Mais il est temps de publier ces données. Le vaccin peut venir tranquillement.

En Amérique et dans d’autres États qui suivent la littérature scientifique qui préconise de NE PAS utiliser d’anti-inflammatoires, c’est un désastre ! Pire qu’en Italie. Et ce sont de vieux médicaments qui coûtent quelques euros. »