Approche fonctionnelle pour perdre du poids définitivement

L’état des lieux

Vous n’avez pas besoin d’experts pour vous dire que nos société ont un gros problème de poids, mais les statistiques sur l’obésité sont plus stupéfiantes que vous ne l’imaginez. Les dernières informations de l’Enquête nationale sur la santé et la nutrition (NHANES) aux états unis montre que 39,6 % des Américains sont obèses. Dans l’ensemble, il y a plus de 100 millions de personnes obèses dans ce pays. Alors que ces chiffres continuent d’augmenter, ils estiment que près de la moitié de la population adulte mondiale sera en surpoids ou obèse d’ici 2030. L’obésité ne fait pas de discrimination entre les données démographiques: des études montrent que nous avons une épidémie mondiale d’obésité dans tous les groupes d’âge, tant pour les pays développés que pour les pays en développement. En 2017, The Guardian a rapporté qu’il y a maintenant 124 millions d’enfants obèses dans le monde.

Les chercheurs définissent l’obésité comme une condition dans laquelle la graisse s’accumule dans le corps pour devenir un facteur de risque ou un marqueur de nombreuses maladies chroniques, notamment le diabète, les maladies cardiovasculaires (MCV) et le cancer, et qu’elle a un impact négatif sur la santé globale.

Alors que les praticiens utilisent d’autres mesures pour déterminer si une personne est en surpoids ou obèse, l’indice de masse corporelle (IMC) est l’un des plus courants. Les chercheurs définissent un IMC de 25 à <30 comme un surpoids et un IMC ≥ 30 comme étant obèse.

Le problème

L’obésité n’est pas esthétique, mais elle ouvre également la voie à de nombreux problèmes physiques et psychologiques, notamment le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et presque toutes les autres maladies de la planète. La recherche montre que l’obésité est souvent un facteur de risque majeur de développement de maladies, d’incapacité importante et de décès prématuré.

L’obésité a également un coût financier. Les chercheurs constatent que les soins de santé américains pour les problèmes liés à l’obésité coûtent environ 147 milliards de dollars par an . En 2014, l’impact économique mondial de l’obésité était estimé à deux mille milliards de dollars.

Mis à part les coûts des soins de santé, l’obésité entraîne également une perte de productivité et une perte de croissance économique en raison de choses comme les journées de travail perdues, la baisse de la productivité du travail, la mortalité et l’invalidité permanente.

L’approche conventionnelle de la perte de poids

L’obésité pose un réel problème, mais les experts ne savent pas exactement comment gérer cette condition. Chaque année, de nouveaux livres diététiques apparaissent, les régimes à la mode ou «superaliments» se positionnent comme des «remèdes miracles» pour faire fondre les graisses, le gouvernement nous dit de ne pas manger de graisses alimentaires et les gymnases regorgent de personnes déterminées à perdre du poids une fois pour toutes.

Et pourtant, les taux d’obésité continuent de monter en flèche.

Les professionnels de la santé reconnaissent l’obésité comme une maladie chronique aux conséquences considérables et potentiellement mortelles, mais ils semblent ne pas savoir comment traiter cette maladie. Un médecin conventionnel peut offrir des conseils diététiques, notamment réduire les calories, réduire les graisses alimentaires ou manger des aliments spécifiques. Il ou elle pourrait également suggérer d’augmenter l’activité physique.

De nombreux médecins conventionnels manquent de temps et de connaissances pour traiter efficacement l’obésité. Voir un patient pendant seulement 10 minutes ne permet pas beaucoup d’éduquer quelqu’un sur la façon de manger sainement. Et certains médecins sont eux-mêmes en surpoids ou obèses.

Au lieu de cela, les praticiens conventionnels sous-traitent souvent les patients à des diététistes ou à d’autres professionnels de la santé. Ils pourraient également suggérer un certain nombre de médicaments en vente libre ou pharmaceutiques qui traitent de divers aspects de la perte de poids, y compris la suppression de l’appétit ou le blocage de l’absorption des graisses.

Alors que les taux d’obésité continuent d’augmenter, les sociétés pharmaceutiques développeront probablement de nouveaux médicaments pour lutter contre cette épidémie. Ce que ces sociétés pharmaceutiques et praticiens de la santé conventionnelle négligent souvent de se demander, c’est pourquoi une personne devient obèse au départ.

Le corps est un mécanisme merveilleusement complexe, et adopter une approche unique axée sur la consommation en termes de calories, la réduction des graisses alimentaires, l’utilisation d’un médicament pour résoudre le problème – quoi qu’il en soit – surpasse la condition sous-jacente. La suralimentation peut-être la raison pour laquelle un patient est obèse, mais je trouve que quelque chose de plus profond et de plus complexe crée souvent cette condition.

L’approche en naturopathie fonctionnelle pour perdre du poids

Pourquoi les statistiques sur l’obésité continuent-elles d’augmenter ? J’ai quelques idées : nous mangeons moins d’aliments entiers et plus d’aliments transformés, plus d’aliments inflammatoires et nous absorbons plus de toxines environnementales. Beaucoup d’entre nous ont des emplois sédentaires et ne font pas assez d’exercice. Nous ne mangeons pas suffisamment d’aliments riches en probiotiques et en prébiotiques qui favorisent la santé intestinale.

En même temps, ce sont des réponses simples à un problème complexe. Comme de nombreuses maladies, l’obésité est multifactorielle. L’adresser avec l’approche de la médecine traditionnelle – prendre un médicament, bouger plus, réduire votre consommation de nourriture – simplifie considérablement la solution.

En utilisant l’approche fonctionnelle, j’adopte une approche radicalement différente de l’obésité. Je regarde la personne dans son ensemble pour déterminer les raisons sous-jacentes de son surpoids. Même si cela «est quelque chose de familial pour vous », la génétique est loin d’être une question d’obésité.

Au lieu de cela, je regarde les facteurs métaboliques, hormonaux, environnementaux et autres qui pourraient vous empêcher de perdre du poids. Bien que cela semble complexe, l’approche sous-jacente de la perte de poids est vraiment simple : éliminer le mauvais et ajouter le bon.

La solution

La recherche montre ce que j’ai vu depuis longtemps dans ma pratique : la perte de poids offre des avantages importants pour la santé et l’économie . Vous avez une meilleure apparence, vous vous sentez plus confiant, réduisez votre risque de presque toutes les maladies, y compris le diabète de type 2, et augmentez votre longévité. Tant que vous le faites intelligemment et sainement, il n’y a aucun inconvénient à atteindre votre poids idéal.

Chaque client est différent. Je prends le temps de vraiment les connaître, de comprendre pourquoi l’obésité est devenue un problème et de créer un protocole personnalisé en fonction de leur budget, de leurs préférences et de leurs besoins particuliers. Cela prend du temps et des efforts, mais cette approche globale vous aide non seulement à atteindre votre objectif de poids, mais également à le maintenir et à rester en bonne santé pendant toute votre vie.

Voici quelques-uns des principes sous-jacents que j’ai utilisés avec des dizaines de patients pour perdre des centaines de kilos et les empêcher de revenir ! Perdre du poids commence par votre alimentation, mais les modifications de votre style de vie sont également essentielles pour perdre du poids et le maintenir. De ce point de vue, j’ai trouvé que ces 10 stratégies fonctionnent pour presque tout le monde :

  1. Concentrez-vous sur les aliments entiers, réels et non transformés. Ce sont les aliments que votre arrière-grand-mère reconnaîtrait et mangerait régulièrement. Ils seront toujours la base d’un régime alimentaire de haute qualité et riche en nutriments. La majorité du contenu de votre assiette devrait idéalement être des aliments à base de plantes, y compris des légumes non féculents, des fruits en quantité limitée (oubliez les jus), les noix et les graines. Le reste devrait être constitué de fruits de mer sauvages, de bœuf, de mouton, d’agneau nourris à l’herbe ou d’une autre protéine animale de haute qualité.
  2. Eliminez le sucre acellulaire et les autres sensibilités alimentaires. Les chercheurs notent que nous consommons jusqu’à 68 kg de sucre chaque année, et cela n’inclut pas les féculents qui se transforment en sucre dans notre corps. Mais cela ne veut rien dire il vaut mieux raisonner en termes de sucre cellulaires (non transformés) et d’éviter les sucres acellulaires (transformés ex : sucre, farine blanche etc.). Ne pas faire d’excès et consommer ces sucres cellulaires (ex fruits etc) raisonnablement et plutôt la journée et pas le soir. Les sensibilités alimentaires, y compris les produits laitiers et le gluten, qui déclenchent un système immunitaire en cas de surmultiplication et d’inflammation, peuvent également vous maintenir en surpoids ou obèse. Une étude a révélé ce que je vois couramment dans ma pratique: un régime sans gluten avec beaucoup de vrais aliments entiers ( pas de malbouffe et sans gluten) réduit l’inflammation, l’excès de poids et la résistance à l’insuline.
  3.  Mangez beaucoup d’aliments intestinaux. Des études animales et humaines montrent que lorsque votre microbiome intestinal – qui se compose de milliards de bactéries – entre en dysbiose (devient déséquilibré), toutes sortes de problèmes, y compris l’obésité et le syndrome métabolique, peuvent survenir. Beaucoup de mes clients ne mangent pas assez d’aliments riches en fibres, et ils mangent peu ou pas d’aliments fermentés et cultivés comme le kimchi et la choucroute non pasteurisée. Un supplément probiotique de haute qualité contenant des milliards de micro-organismes peut vraiment aider ici. Je pense au kéfir de Ketosana de mon ami Gilbert Gaumerd
  4. Gérez l’inflammation. Dans l’ensemble, nous mangeons trop d’acides gras oméga-6 inflammatoires (dans des aliments comme les huiles végétales et le bœuf nourrie au grain) et trop peu d’acides gras oméga-3 anti-inflammatoires. Une inflammation chronique de bas grade contribue à l’obésité et à d’autres maladies métaboliques. Un cercle vicieux s’ensuit car l’inflammation fait que votre corps s’accroche à la graisse, ce qui vous rend plus enflammé. Pour modifier ce rapport d’oméga plus favorablement, réduisez les graisses inflammatoires et augmentez votre consommation d’aliments anti-inflammatoires, notamment du poisson sauvage, huile d’olive, avocats, du bon gras animaliers et des noix (en quantité raisonnable, éviter les cacahuétes).
  5. Gardez une bonne hygiène de sommeil. « Perdez le sommeil, prenez du poids : une autre pièce du puzzle de l’obésité », titre Angela Spivey une critique . Elle note que dans les études épidémiologiques, un sommeil plus court est corrélé à une augmentation de l’obésité, de l’hypertension et d’autres troubles métaboliques. Dans notre société chargée de technologies et de travail tardif, le sommeil est parfois négligé. La perte de poids devient plus facile lorsque les clients donnent la priorité au sommeil. Éteignez les appareils électroniques quelques heures avant le coucher, trouvez un rituel de sommeil qui vous aide à vous détendre et visez 8 à 9 heures de sommeil ininterrompu de qualité chaque nuit.
  6. Gérez les niveaux de stress. La recherche montre que le stress chronique peut contribuer à l’obésité pour plusieurs raisons : Vous êtes plus susceptible de soulager ce stress avec des aliments réconfortants. Et vous gardez les niveaux de votre cortisol, une hormone du stress, au moment où ils devraient diminuer, ce qui stocke la graisse du ventre. Vous ne pouvez pas éliminer le stress, mais vous pouvez apprendre à le gérer avec des stratégies telles que la respiration profonde, la méditation, la marche et le yoga.
  7. Préparez-vous au succès. Dans ma pratique, j’ai appris que les gens qui pensent à l’avenir – des choses comme préparer les ingrédients, planifier ce qu’ils apportent au travail pour le déjeuner et faire le plein de produits alimentaires essentiels – sont plus susceptibles de réussir à perdre du poids et à le maintenir. « Comme vous faîtes vos courses vous mangerez ». Il ne faut pas miser sur la volonté seule, ne pas avoir les aliments qui posent problèmes à la maison est plus simple.

Voici quatre stratégies de réussite que j’utilise avec mes patients:

Faites de l’alimentation une priorité. Bloquez du temps dans votre emploi du temps pour profiter pleinement de votre repas. Ne travaillez pas en mangeant. Vous serez beaucoup plus productif après un repas sain et reposant.

Planifiez ce que vous allez manger. Si c’est une journée bien remplie loin de chez vous, prenez une « boîte à  repas » remplie de bons aliments nutritifs de votre menu diététique. Si vous quittez la maison sans nourriture et avec juste une carte de crédit, vous vous retrouverez dans cet endroit de perdition où échouent les bonnes intentions.

Identifiez vos déclencheurs alimentaires et évitez-les. Faites une liste des personnes, des lieux, des circonstances et des choses qui déclenchent votre faim et faites une liste des différentes options que vous pouvez choisir à la place.

Évitez toute alimentation compulsive spontanée. Ne prenez pas les restes de pizza sur le comptoir en sortant de la porte. Pesez-vous toujours ces trois questions avant de manger quoi que ce soit : est-ce le bon moment pour manger ? Est-ce un aliment sain à manger ? Si oui, ai-je faim ? Si toutes les réponses sont oui, prévoyez le temps, l’espace et le lieu pour manger et profiter. Prenez le contrôle de la nourriture, ne la laissez pas vous contrôler. Éliminer les conjectures de l’équation rend les choses tellement plus faciles lorsque, par exemple, vous rentrez chez vous après une longue journée de travail et que vous êtes tenté de commander des plats à emporter. Vous êtes beaucoup moins susceptible de succomber à la tentation lorsque vous avez un repas préparé au réfrigérateur. L’organisation et le maître mot, la volonté sans organisation ni intention échouera.

8. Déterminez le type de régime qui vous convient. L’individualité biochimique sous-tend l’approche fonctionnelle. Cela signifie que tout le monde est différent et que vous êtes plus susceptible d’adhérer à un régime alimentaire que vous appréciez et que vous pouvez maintenir à long terme. Certaines personnes se sentent mieux avec un régime principalement paléo, tandis que d’autres prospèrent avec un régime cétogène riche en graisses qui comprend beaucoup de légumes non féculents, d’autres ce sera carnivore, certains sont même végétariens (mais là c’est à mon humble avis une idéologie, je respecte, mais je ne pense pas que ce soit le mode alimentaire pour un humain). Trouver ce qui fonctionne pour vous peut nécessiter quelques essais et erreurs, mais vous avez plus de chances de réussir une fois que vous l’avez trouvé.

9. Évitez les combats de régimes. Mettez un défenseur du Cétogène et un végétalien dans la même pièce et la guerre civile pourrait éclater. Fait intéressant, la plupart des plans ne sont pas si différents lorsque vous considérez une base d’aliments entiers non transformés. Les adeptes purs et durs d’un plan particulier peuvent être enfermés dans la rigidité et une attitude plus dure envers quiconque n’est pas d’accord. Au lieu d’essayer d’adhérer à 100% à un régime, envisagez un régime hybride. Les extrêmes ne sont pas bons, la voie de la sagesse est toujours celle du milieu

10. Régime d’abord ; exercice ensuite. La recherche montre que vous ne pouvez pas vaincre une mauvaise alimentation juste en faisant du sport. Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas faire de sport. Dans ma pratique, j’ai des patients qui trouvent un programme d’entraînement qui leur convient pour perdre du poids et pour maintenir cette perte plus facilement que ceux qui ne font pas d’exercice. Trouvez une routine qui fonctionne pour vous et engagez-vous. Cela peut signifier une résistance au poids, un entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT), une marche rapide ou un cours de yoga au rythme soutenu. Pour réussir le changement, réduisez le changement, faites petit au début à votre rythme, cela doit rester un plaisir. Vous verrez une victoire après l’autre vous réussirez le changement!

Si vous souhaitez apprendre l’approche fonctionnelle ou vous faire accompagner pour une perte de poids réussie, vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien.