NaturopathieNutrithérapie

Le Syndrome du Côlon Irritable est-il une maladie auto-immune?

Le syndrome du côlon irritable (SCI) a longtemps été considéré comme une maladie d’exclusion, une étiquette donnée au hasard aux patients souffrant de douleurs abdominales, de ballonnements, de diarrhée et de constipation, mais aucun signe visible de lésion ou de maladie intestinale. Heureusement, de nouvelles recherches sont sur le point de changer ce paradigme frustrant.

Résultat de recherche d'images pour "Irritated Bowel Syndrome"Le travail novateur du gastro-entérologue et chercheur Mark Pimentel, MD, indique que le SCI, au moins chez certains patients, pourrait être une maladie auto-immune déclenchée par une intoxication alimentaire qui endommage les nerfs de l’intestin grêle.

SCI: Plus une maladie d’exclusion

Le SCI a la réputation d’être un diagnostic «ultime», donné aux patients souffrant de problèmes intestinaux qui ne correspondent à aucune description pour une maladie gastro-intestinale spécifique. En raison du manque de biomarqueurs diagnostiques validés, un diagnostic de SCI était établi uniquement lorsque d’autres affections gastro-intestinales avaient été exclues. Ce processus coûte aux patients des fortunes en frais médicaux, sans pour autant donner aucune indication utile concernant le traitement.

Le problème de savoir comment diagnostiquer et traiter efficacement le SCI a déconcerté les cliniciens pendant des décennies. Cependant, grâce aux recherches du Dr Mark Pimentel, nous pouvons maintenant avoir quelques réponses.

Des sous-ensembles de SCI sont causés par l’intoxication alimentaire et l’auto-immunité

Dans ses recherches, le Dr Pimentel a découvert que le SCI était caractérisé par la présence de deux auto  anticorps: les anticorps anti-vinculine et les anticorps anti-toxines distendantes anti-cytolétales (Cdt). ( 1 )

Mais que sont exactement la vinculine et la toxine qui distend le cytolétal? Pourquoi le corps crée-t-il des anticorps contre ces molécules et comment les anticorps contribuent-ils au SCI?

Toxine de distension de Cytolethal et Vinculin

La toxine distendue de Cytolethal (Cdt) est une toxine produite par des bactéries impliquées dans des intoxications alimentaires, notamment Campylobacter jejuni , E. coli , Shigella et Salmonella . Le Cdt provoque l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose des cellules intestinales (d’où le nom de «toxine distendante cytoléthale»). ( 2 , 3 ) Il est reconnu comme étranger par le système immunitaire, ce qui entraîne la production d’anticorps anti-Cdt.

Vinculin, en revanche, est une auto-protéine. C’est une protéine membranaire du cytosquelette qui réside dans les ganglions myentériques et les cellules interstitielles de Cajal, cellules nerveuses spécialisées de l’épithélium intestinal régulant la motilité de l’intestin. Bien que le corps soit normalement tolérant à la vinculine, les anticorps anti-Cdt produits lors d’une intoxication alimentaire provoquent une réaction croisée avec la vinculine. Cette réactivité croisée amène le corps à reconnaître par erreur la vinculine comme étant étrangère, ce qui déclenche une réponse immunitaire qui aboutit à la production d’anticorps anti-vinculine.

La séquence d’événements menant à une pathologie IBS auto-immune ressemble à ceci:

  1. Lors d’un épisode d’intoxication alimentaire, des agents pathogènes tels que  jejunilibèrent du cadmium dans la lumière de l’intestin.
  2. Le système immunitaire reconnaît le cadmium comme un corps étranger et crée des anticorps. Les anticorps anti-Cdt prolifèrent.
  3. Les anticorps anti-Cdt ont une réaction croisée avec la vinculine présente dans l’intestin, ce qui conduit à la production d’anticorps anti-vinculine. ( 4)
  4. Les anticorps anti-vinculine détruisent la vinculine, perturbant les protéines de jonction serrée épithéliales et endommageant les cellules nerveuses. Cela provoque des fuites intestinales et une dysmotilité. Une motilité intestinale défectueuse facilite la prolifération bactérienne dans l’intestin grêle et déclenche les symptômes du SCI. ( 5)
  5. Les anticorps anti-Cdt réagissent également avec la bêta-amyloïde, la zonuline, le récepteur de l’acétylcholine, la somatotrophine et la préséniline, ce qui suggère que le SCI peut également jouer un rôle dans l’auto-immunité au-delà de l’intestin. ( 6)

Les personnes atteintes du SCI-D et du SCI-M ont des taux d’anticorps anti-Cdt et anti-vinculine significativement plus élevés que celles atteintes de la maladie coeliaque, d’une maladie inflammatoire de l’intestin et d’individus en bonne santé; dans la mesure où ces anticorps distinguent le SCI-D et le SCI-M des autres pathologies de l’intestin, ils sont maintenant considérés comme des biomarqueurs distincts pour le SCI. ( 7 ) Cependant, les anticorps ne semblent pas être significativement élevés chez les personnes atteintes du SCI-C (IBS à constipation prédominante) et ne peuvent donc pas être utilisés pour diagnostiquer cette forme particulière du SCI.

Recherche d’anticorps dans le SCI

Le Dr. Pimentel a mis au point un test innovant, basé sur ses recherches, qui détecte les anticorps anti-Cdt et anti-vinculine. Le test, IBS-Smart , permet de prédire à 90% SCI-D et S CI-M. ( 8 ) Il est important de relever que le Dr Pimentel note qu’il n’est pas nécessaire d’avoir subi une crise de diarrhée grave et aiguë pour que le SCI soit provoqué par une intoxication alimentaire. En fait, il note que la plupart des intoxications alimentaires sont «peu mouvementées».

IBS-Smart est destiné à être utilisé en conjonction avec les tests respiratoires, couramment utilisés pour explorer la physiopathologie du SIBO. Un test IBS-Smart positif pour les anticorps vous indique la cause sous-jacente de votre IBS: l’intoxication alimentaire. Il prédit la probabilité que les procinétiques (médicaments qui stimulent la motilité) devront faire partie de votre protocole de traitement et éventuellement être pris indéfiniment; plus les anticorps sont élevés, plus il faudra probablement recourir à une prokinétique. Il fournit également un pronostic de réussite du traitement; plus vos anticorps anti-vinculine sont élevés, plus vous avez de risques de rechute et plus votre risque de contracter une nouvelle intoxication alimentaire est élevé.

Le test respiratoire, en revanche, indique à votre médecin comment aborder votre traitement. L’antibiotique rifaximine est indiqué dans le cas d’un test respiratoire à haute teneur en hydrogène, tandis qu’une teneur élevée en méthane suggère un besoin en rifaximine plus néomycine ou métronidazole. ( 9 , 10 )

Trois options de traitement pour le SCI

  1. Antibiotiques

La rifaximine est un antibiotique non systémique, ce qui signifie qu’il agit dans la lumière intestinale sans atteindre la circulation systémique. Plusieurs essais contrôlés randomisés ont démontré son efficacité dans le traitement du SCI-D et du SCI-M. ( 11 )

En revanche, un test respiratoire à teneur élevée en méthane indique un besoin en rifaximine plus néomycine ou métronidazole. Le méthane élevé est généralement plus difficile à traiter que l’hydrogène élevé en raison de la résistance des archées produisant du méthane; SIBO et SCI à prédominance méthane ont ainsi un taux de récurrence élevé. Toutefois, de tels cas de SCI ne sont pas causés par l’auto-immunité, selon les recherches du Dr Pimentel.

  1. Prokinetics

Les procinétiques sont des médicaments qui améliorent la motilité gastro-intestinale en augmentant la force et / ou la fréquence des contractions musculaires de l’intestin, appelées péristaltisme. Le péristaltisme est essentiel à la gestion des taux de bactéries dans l’intestin; Un péristaltisme insuffisant augmente considérablement le risque de prolifération bactérienne.

Un taux élevé d’anticorps anti-vinculine peut indiquer un besoin de procréation après un traitement antibiotique. En augmentant le péristaltisme, les prokinétiques inhibent la prolifération bactérienne, cause sous-jacente du dysfonctionnement intestinal chez jusqu’à 80% des patients atteints du SCI. ( 12 ) Si le taux d’anticorps anti-vinculine est extrêmement élevé, votre médecin voudra peut-être incorporer une procinétique à votre protocole de traitement en même temps qu’un traitement antibiotique.

Quels médicaments procinétiques sont utiles pour le SCI? L’érythromycine est utilisée comme antibiotique à fortes doses, mais à faibles doses, elle agit plutôt comme un agent procinétique. ( 13 ) À la faible dose utilisée pour les effets procinétiques, l’érythromycine ne semble pas avoir d’effet indésirable sur le microbiote intestinal.

Le prucalopride (métabolite) et le tégaserod (Zelnorm) sont deux autres options procinétiques potentielles. Les deux médicaments sont des agonistes de la sérotonine, ce qui signifie qu’ils se lient aux récepteurs de la sérotonine dans l’intestin et les activent. L’activation des récepteurs de la sérotonine augmente la motilité intestinale. Bien que ces médicaments soient prometteurs, des recherches supplémentaires sur leur sécurité à long terme sont nécessaires. Des études récentes suggèrent que les préoccupations antérieures concernant Zelnorm pourraient avoir été sans fondement.

  1. Lovastatine

Des recherches récentes suggèrent qu’un médicament improbable, la lovastatine , pourrait être particulièrement bénéfique dans le traitement du SCI à prédominance constipation, ou SCI-C, une forme de SCI non auto-immune associée à des taux de méthane intestinaux élevés. La lovastatine peut sembler familier: c’est le premier membre de la famille des statines à avoir été commercialisé depuis 1987. Une nouvelle formulation de ce médicament, appelée SYN-010, a été optimisée pour aider les patients atteints du SCI-C. Le SYN-010, qui fait encore l’objet d’essais cliniques et n’a pas encore été approuvé par la FDA, n’est pas absorbé par la circulation systémique et n’affecte donc pas le cholestérol ni les effets secondaires normalement associés aux statines. Au lieu de cela, SYN-010 agit localement dans l’intestin, bloquant une enzyme dans Methanobrevibacter smithii cela conduit à la production de méthane; la baisse de méthane intestinale qui en résulte améliore les symptômes gastro-intestinaux chez les patients atteints du SCI-C. 14 , 15 )

Développements supplémentaires dans le SCI

En plus de notre nouvelle compréhension des SCI-D et du SCI-M en tant que troubles auto-immuns, plusieurs autres découvertes ont récemment émergé dans le domaine du SCI.

  • De manière surprenante, les IPP peuvent ne pas être nocifs pour l’intestin:Dans notre entretien, le Dr Pimentel a cité des recherches suggérant que les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) n’affectent pas négativement le microbiote intestinal. Cependant, étant donné le grand nombre de preuves liant les IPP aux changements du microbiote intestinal et à d’autres problèmes de santé, j’examinerai d’un œil critique ces nouvelles découvertes.
  • La prolifération fongique de l’intestin grêle (SIFO) est impliquée dans le SCI: lesbactéries ne sont pas les seuls «méchants» dans le SCI; la recherche indique que la prolifération fongique joue également un rôle. ( 16 ) À l’heure actuelle, il n’existe pas de test commercial disponible spécifiquement pour détecter SIFO, bien que des tests de microbiote intestinal tels que le GI-MAP puissent être utiles pour identifier les champignons de l’intestin dysbiotiques.
  • Les protéobactéries déclenchent un IBS à prédominance hydrogène: Lesprotéobactéries comprennent un important phylum de bactéries à gram négatif, notamment Escherichia , Helicobacter , Legionellales , Salmonella , Vibrio et Yersinia . Des études suggèrent que ces bactéries jouent un rôle central, en particulier dans le SCI à prédominance d’hydrogène. ( 17 )
  • Le SCI est associé àune diversité plus faible des bactéries intestinales : Bien que la prolifération bactérienne soit une cause fréquente du SCI, les recherches indiquent qu’une diversité globale plus faible des bactéries intestinales joue également un rôle. ( 18 )

Chriss Kresser traduit pae A ElMansouri N.D