NaturopathieNutrithérapie

C’EST LA RÉSISTANCE À L’INSULINE, IDIOT: PARTIE 6

Par le professeur Timothy Noakes le 31 octobre 2019 traduit par A. El Mansouri N.D.

Comme je l’ai détaillé dans l’article précédent (2), le manuel sur les maladies cardiaques rédigé par le Dr Paul Dudley White (3), premier cardiologue au monde, montre que, dès 1946, ni lui ni personne n’avait encore avancé de théorie sur les facteurs alimentaires qui pourraient influencer le développement de l’athérosclérose coronarienne.

Pourtant, lorsqu’il a été convoqué au chevet du président Dwight D. Eisenhower le 25 septembre 1955, White était conscient du fait que le régime à faible teneur en matières grasses et en cholestérol et riche en glucides qu’il prescrivait était expérimental. Alors que s’est-il passé en si peu de temps pour convaincre White que ce régime expérimental était suffisamment sûr et efficace pour que l’un des politiciens les plus puissants du monde puisse être un cobaye idéal pour le tester?

L’ARRIVEE  D’ANCEL KEYS

La réponse est que c’est dans ce vide de connaissances nutritionnelles au début des années 50 que s’insérerait l’animateur principal du Laboratoire d’hygiène physiologique de l’Université du Minnesota à Minneapolis / St. Paul, Ancel Keys. Le résultat fut que non seulement le président Eisenhower se verrait prescrire le régime non testé, mais que le régime «scientifique» avait été imaginé, mais que, pendant les 70 années à venir et peut-être même au-delà, l’influence de Keys serait le facteur le plus déterminant pour ce qui pourraient être envisagé comme une alimentation saine pour les humains à l’avenir.

Keys n’avait aucune formation médicale et sa contribution académique majeure était une étude monumentale, voire classique, de la famine humaine chez les objecteurs de conscience aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale (4). Je pense – peut-être injustement, peut-être pas – que Keys s’est intéressé à la recherche sur les maladies cardiaques chez l’homme pour une raison très pragmatique.

Le 16 juin 1948, le président Harry Truman a promulgué la loi nationale sur les maladies du coeur. La loi a créé le Conseil consultatif national du cœur et l’Institut national de cardiologie (INSA). Six semaines plus tard, l’INSA est devenu l’un des six Instituts nationaux de la santé (NIH) nouvellement créés, avec pour mission «d’administrer toutes les activités de recherche et de formation liées aux maladies du cœur» (5, p. 219). La création de l’INSA a généré un afflux d’argent soudain à la poursuite de ce qui était alors un petit groupe de chercheurs en maladies cardiaques. Comme l’explique TM Olszewski, «lorsque le président Truman a promulgué la loi nationale sur le cœur, il a effectivement souscrit à cette perception d’une crise de la santé publique et ouvert les vannes du financement aux chercheurs qui étudient le diagnostic, le traitement et la prévention des maladies cardiaque» (p. 220). .

Keys y a probablement vu sa chance ; il n’a certainement pas perdu de temps. En fait, il était même un peu en avance sur le match. Sa première étude sur les facteurs potentiels liés aux maladies cardiaques, la Minnesota Business and Professional Men Study (6), a été lancée en 1947 avec un financement important du gouvernement, de même que sa précédente étude sur la famine (4).

Au début, Keys avait écarté tout rôle potentiel du régime dans le développement de la maladie coronarienne. Il ressort de sa déclaration d’octobre 1949 qu’il est prouvé qu’un régime très pauvre en graisses et en cholestérol «réduit le cholestérol sanguin en quelques semaines, mais que le régime ne permet pas à la vie de durer indéfiniment, même s’il peut être toléré – pas de viande, de poisson, d’œufs, de lait, de fromage et tout ce qui est fabriqué à partir de ces matières.  »

«Nous concluons, a-t-il expliqué, que le contrôle du cholestérol dans le corps doit être généralement recherché dans le corps même et non par des mesures diététiques. Les dommages causés par l’élimination de la viande, des œufs et des produits laitiers peuvent constituer un réel danger. La possibilité d’effet utile sur l’artériosclérose d’un tel régime semblait en effet très lointaine »(7, c’est moi qui souligne). Il a poursuivi: «Et voilà. Si vous êtes végétarien pour maîtriser le cholestérol, vous vous végétez dans un champ de délire. »

Mais au cours des prochaines années, la pensée de Keys changera radicalement, peut-être pour la dernière fois.

Ainsi, en l’espace de trois ans à peine, Keys s’est converti de ce qui serait désormais qualifié de «négateur du cholestérol» en défenseur le plus vigoureux du monde de l’inverse: le concept selon lequel trop de cholestérol et de graisse dans l’alimentation est le principal facteur de la maladie cardiaque (le régime alimentaire) (hypothèse diète cœur) par son action (supposée) dans la régulation de la concentration du cholestérol dans le sang. Selon l’hypothèse de Keys proposée pour la première fois dans son article de 1953 désormais classique (8), une concentration élevée de cholestérol dans le sang causée par un régime riche en graisses «obstrue» les artères coronaires, provoquant une coronaropathie (hypothèse lipidique).

Sur une distance de 66 ans et sans la possibilité d’interroger personnellement Keys, je suggère que deux facteurs ont conduit Keys à opérer ce changement radical dans sa façon de penser.

Il n’y a aucune preuve que, qu’à aucun moment de sa vie, Keys ait été prêt à changer d’avis en réponse à de nouvelles informations sur l’alimentation et la santé. En fait, tout le contraire. Il était obstiné face à toute preuve qui désapprouvait ses partis pris, et hostile et méprisant envers quiconque contestait ses hypothèses. Comme Gary Taubes l’a expliqué, «Keys, Stamler et leurs partisans ont fondé leur conviction sur le caractère convaincant de l’hypothèse complétée uniquement par les éléments de preuve à l’appui. Toute recherche qui ne soutenait pas leur hypothèse était dite mal interprétée, non pertinente ou basée sur des données non fiables »(9, p. 25).

Quels sont donc les deux facteurs clés qui ont amené Keys à changer d’avis de façon aussi radicale entre 1949 et 1953?

Le premier a été l’adoption de la loi sur le cœur, qui a soudainement débloqué des fonds pour soutenir les chercheurs américains intéressés par la coronaropathie. Keys avait achevé ses recherches épiques sur la famine humaine en temps de guerre (4) et avait besoin d’une nouvelle direction. Quelle meilleure option que de suivre l’argent dans la recherche sur les maladies cardiaques?

La seconde était que d’autres étaient en train de formuler les idées originales, les hypothèses de régime, du cœur/lipides pour lesquelles Keys allait finalement s’attirer la notoriété mondiale. Pour être célébre, Keys aurait eu besoin d’usurper ces idées et, peut-être, de supprimer de l’histoire les noms de leurs concepteurs, d’autant plus que la plupart de ses concurrents étaient plutôt plus qualifiés que lui pour entreprendre ces recherches.

De toute évidence, sa lecture (10) d’une série d’articles (11 à 16) de différents auteurs, dont certains établissent un lien entre la réduction des taux de coronaropathie et les privations alimentaires causées par la Seconde Guerre mondiale, a clairement stimulé son intérêt pour dans le fait que les graisses animales et le cholestérol pourraient être liés à la hausse des taux de coronaropathie aux États-Unis et ailleurs. Mais quand il a lu les recherches entièrement novatrices issues du laboratoire du Dr John Gofman à l’Université de Californie à Berkeley depuis août 1950 (17 au 22), il savait qu’il se dressait face une adversité titanesque.

Gofman était beaucoup plus qualifié pour étudier les facteurs alimentaires contribuant à la coronaropathie. Après tout, en août 1950 (17), Gofman avait découvert et décrit les lipoprotéines, les molécules qui transportent le cholestérol et les triglycérides dans le sang. Il avait également montré qu’une fraction particulière de lipoprotéines était surreprésentée chez les personnes souffrant d’une maladie cardiaque et que cette fraction pouvait être réduite par un régime alimentaire faible en gras et en cholestérol. De plus, Gofman disposait d’un laboratoire de recherche complet et d’un flux de financement dédié pour faire avancer rapidement cette direction de recherche. Si quelqu’un était parmi les premiers à recevoir le soutien financier de l’INSA et à être le leader choisi dans ce domaine, Gofman devait être ce candidat.

Keys devait savoir qu’il fallait agir très vite s’il voulait qu’on se souvienne un jour du prix Nobel qui a sauvé le monde de l’épidémie croissante de coronaropathie. Le temps était compté, il ne devait pas le gaspiller.

LE DR HAQVIN MALMROS DE SUÈDE PROPOSE UNE HYPOTHÈSE RUDIMENTAIRE DE RÉGIME ALIMENTAIRE

Le paragraphe suivant, présenté pour la première fois en mars 1954, constitue la principale preuve dans les premiers écrits de Keys, qui montre où il a «emprunté» pour la première fois les hypothèses de régime alimentaire – cœur et lipides:

Vu l’importance évidente de la concentration sérique de cholestérol, il est intéressant de noter que celle-ci est réduite dans les populations recevant des rations courtes et que les victimes de la famine ont presque toujours une très faible concentration sérique de cholestérol. Le fait que la cardiopathie athéroscléreuse ait fortement diminué pendant la Seconde Guerre mondiale (11-13) dans de nombreux pays recevant une ration alimentaire restreinte revêt sans aucun doute une importance majeure… chaque fois qu’une population est confrontée à un approvisionnement en nourriture restreint, le régime alimentaire a tendance à changer encore plus que son contenu calorique total. Le changement alimentaire le plus important et le plus invariable dans la famine et dans des conditions telles que celles de la Seconde Guerre mondiale dans une grande partie de l’Europe, est le remplacement des graisses par des glucides (4, 12). (10, mon emphase)

Sa référence à l’article de Haqvin Malmros de 1950 (11) revêt une importance capitale. Là, Malmros décrit le fondement intellectuel de ce qui allait devenir connu pour des générations après comme hypothèse de régime-cœur de Keys. Malmros a écrit:

La consommation de lait et de produits laitiers ainsi que d’autres produits alimentaires riches en cholestérol est très différente, même dans des conditions pacifiques dans diverses régions du monde. Il devrait donc y avoir moins d’artériosclérose parmi les populations qui vivent principalement avec un régime végétal…. Après une offre abondante d’aliments riches en cholestérol, il semblerait que l’on puisse s’attendre à une apparition précoce de l’athérosclérose…. Si la teneur en cholestérol des aliments joue un rôle important dans l’origine et l’évolution des maladies vasculaires artérioscléreuses, les années critiques associées à la guerre devraient se refléter dans les courbes de mortalité de certains pays, alors qu’elles n’auraient aucun effet sur les courbes des pays en question. L’approvisionnement en denrées alimentaires a été normal. (139-140)

Malmros a commencé par décrire comment le Dr F. Henschen (14) a associé le déclin des taux de mortalité CHD à Stockholm pendant la Seconde Guerre mondiale au «rationnement des denrées alimentaires qui, dans les années 1942 à 1943, a entraîné une réduction de la consommation de beurre, d’œufs et de viande». viande »(11, p. 140-141).

Malmros a ensuite présenté un graphique (Figure 1) montrant que «le taux de mortalité par artériosclérose» avait diminué en Suède, en Finlande et en Norvège pendant la Seconde Guerre  mondiale, mais qu’il avait continué à augmenter aux États-Unis au cours de la même période, tout en restant relativement inchangé au Danemark.

Figure 1: Les taux de mortalité dus à l’artériosclérose ont diminué progressivement au cours des années de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) en Suède, en Finlande et en Norvège, mais n’ont pas diminué aux USA. Les taux de mortalité n’ont pas non plus diminué au Danemark (données non présentées). Reproduit de la référence 11.

Malmros a ensuite montré que, tandis que la consommation d’œufs et de produits laitiers (à l’exclusion du beurre) augmentait aux États-Unis, tandis que la consommation totale de matières grasses restait relativement constante (Figure 2, en bas à gauche), la situation contraire s’observait en Suède, en Norvège et en Finlande panneau). Le Danemark a présenté une image mitigée.

Figure 2: La consommation annuelle totale par habitant de matières grasses, d’œufs et de produits laitiers, à l’exclusion du beurre, a augmenté ou est demeurée inchangée pendant la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis (panneau de gauche), mais a fortement baissé en Finlande (panneau de droite) au cours de la même période. L’évolution de la consommation de ces denrées alimentaires en Suède et en Norvège, mais pas au Danemark, a suivi le même schéma qu’en Finlande. Reproduit de la référence 11.

Dans les figures 1 et 2, Malmros souhaitait naturellement que nous concluions que la réduction de la consommation d’œufs et de beurre expliquait la baisse du taux de maladies cardiaques en Suède, en Norvège et en Finlande, mais pas au Danemark et aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Malmros a fait valoir un autre point important qui continue à être passé sous silence ou ignoré. Il a écrit:

Il est remarquable qu’aucune période de latence de longueur appréciable ne soit trouvée entre les modifications de la composition du régime et les déplacements dans le cours des courbes de mortalité…. Autrefois l’artériosclérose était considérée comme un phénomène qui s’est développé lentement avec l’âge… peut-être aussi commence-t-elle de manière aiguë… Il est concevable que des plaques d’une apparence si extrême puissent se développer en un temps relativement court et peut-être après quelques mois seulement, provoquer de graves perturbations locales de la circulation, par exemple dans les vaisseaux coronaires. (150-152)

[En fait, il est maintenant entendu que le développement d’une crise cardiaque aiguë nécessite la rupture d’une plaque athéroscléreuse dans l’une des trois artères coronaires, induisant un thrombus (caillot) dans l’artère coronaire touchée (thrombose coronarienne). Le fait est que la rupture de la plaque est un phénomène biologique différent du développement de la plaque athéroscléreuse coronaire sous-jacente. Il est tout à fait possible que les conditions engendrées par un régime modifié et d’autres privations de guerre puissent protéger contre la rupture de la plaque sans altérer l’athérosclérose coronaire sous-jacente. Ce point est assidûment ignoré dans la plupart des analyses sur la manière dont différentes interventions, y compris l’alimentation, pourraient réduire le risque de crise cardiaque sans nécessairement modifier l’athérosclérose coronarienne.

Il est intéressant de noter que les taux de maladies cardiaques aux États-Unis ont commencé à baisser fortement dans les années 1960, après quatre décennies d’augmentation progressive. Cette baisse correspond à la réduction de la consommation de cigarettes et, après 1968, à la réduction de la consommation de gras trans alimentaires. Mais la réduction des taux de maladies cardiaques est survenue trop tôt après ces deux interventions pour suggérer qu’elle était due à un renversement immédiat de l’athérosclérose coronarienne existante. Il est plus probable que le fait d’éviter le tabagisme et les gras trans ait réduit les taux de crise cardiaque en agissant sur les processus de rupture de la plaque et de thrombose coronaire.]

Malmros a conclu: «Nous devons éviter toute consommation luxurieuse d’aliments contenant beaucoup de cholestérol. Surtout la combinaison d’œufs et de crème, de beurre et d’autres matières grasses semblerait risquée…. De nombreuses informations montrent qu’au Danemark, en Suède et aux États-Unis, la consommation d’œufs, de beurre, de lait et d’autres graisses animales est actuellement trop élevée et peut entraîner des risques graves pour la santé publique »(p. 153). Cela ressemble plutôt au message que Ancel Keys commencerait à prêcher trois ans plus tard (8).

En janvier 1951, en décrivant la réduction du nombre de décès dus à une maladie cardiaque en Norvège, A. Strom et AR Jensen ont ajouté de nouvelles preuves à l’appui de l’hypothèse évolutive de Malmros en matière de régime coeur:

[Strom 1948] (15) montre qu’au cours de la guerre, la consommation de viande et de produits à base de viande, de lait entier, de crème, de margarine et d’autres matières grasses (à l’exception du beurre), de fromages, d’œufs, de fruits et de baies, de sucre et de café a fortement diminué. Par ailleurs, la consommation de poisson, de lait écrémé, de céréales, de pommes de terre et de légumes a augmenté. La teneur moyenne en calories des aliments consommés est passée de 3470 en 1936-1937 par personne et par jour à 2850 en 1942-1945. Cela a conduit à une perte de poids généralisée. La réduction des calories était principalement dans le composant gras, qui est tombé de 159 à 71 g par jour; et la teneur en cholestérol a été réduite en conséquence. La teneur moyenne en protéines du régime alimentaire est tombée de 115 à 93 g par jour, tandis que la consommation de glucides est passée de 395 à 429 g (13, p. 128)

Ils ont continué: «Comme le montre la figure 4 (reproduite comme figure 3), il existe une corrélation étroite entre la courbe de consommation de graisse contenue dans ces aliments et la courbe de mortalité par maladies circulatoires, avec correction en fonction de l’âge »(p. 128).

Figure 3: La réduction spectaculaire de la mortalité par maladies circulatoires en Norvège pendant la Seconde Guerre mondiale a été associée à une réduction de la consommation totale de graisses alimentaires. Reproduit de la référence 13.

Ensuite, Strom et Jensen ont ajouté la réserve qui disparaîtrait une fois que Keys aurait pris en charge l’hypothèse: « Nous devons toutefois nous garder de considérer les preuves comme décisives. Des corrélations similaires pourraient sans aucun doute être démontrées entre la mortalité et les tendances d’autres produits, tels que le sucre, le café, le tabac, les textiles et les chaussures; pourtant, les deux derniers ne peuvent guère avoir d’influence sur la mortalité »(p. 128).

Leur commentaire est également instructif: «Le déclin en temps de guerre a coïncidé avec de sévères restrictions alimentaires. L’apport en calories a été réduit, et cette réduction concerne principalement les aliments contenant des matières grasses, y compris ceux riches en cholestérol »(p. 129, mon emphase).

JOHN GOFMAN UTILISE UNE NOUVELLE TECHNIQUE

En août 1950, John Gofman, MD, publia un article emblématique qui avait toutes les raisons de devenir un gagnant potentiel du prix Nobel (17). En exposant le sang humain à l’ultracentrifugation, qui produit des forces «plusieurs millions de fois la force de gravité» (p. 162), il a pu identifier une gamme de molécules de différentes densités ou, techniquement, différentes vitesses de flottation, mesurées de manière différente. Valeurs Svedberg (Sf). Ainsi, les lipoprotéines de densité inférieure telles que les chylomicrons et le cholestérol VLDL (que Gofman a été le premier à identifier et à séparer avec cette technique) ont des valeurs de Sf plus élevées et les lipoprotéines de densité supérieure telles que LDL et HDL-cholestérol des valeurs inférieures.

Déjà dans son article de 1950, Gofman était capable de montrer ce qui suit:

  • Les individus des deux sexes atteints d’infarctus du myocarde présentaient «une très grande fréquence d’apparition de molécules Sf 10-20 dans le sérum» (17, p. 170).
  • Le même résultat a été rapporté chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (17); chez les personnes souffrant d’angine de poitrine (un symptôme d’athérosclérose coronarienne avancée); et dans d’autres groupes de patients présentant un risque accru de développer une coronaropathie (syndrome néphrotique, hypothyroïdie, hypertension).
  • Il y avait «une tendance générale vers des concentrations de Sf 10-20 plus élevées avec des taux de cholestérol sériques plus élevés, mais pour un patient particulier, le taux de cholestérol sérique analytique n’a aucune valeur pour prédire la concentration de molécules de Sf 10-20» (p. 174).
  • Gofman et ses collègues ont donc fait valoir: «En supposant que notre hypothèse de relation entre les molécules de la classe Sf 10-20 et l’athérosclérose soit correcte, toutes ces observations combinées peuvent révéler la difficulté d’établir une corrélation entre les niveaux de cholestérol sérique analytique avec la présence ou la gravité de l’athérosclérose. « 
  • Un seul repas de graisse et de cholestérol n’a pas d’incidence sur les concentrations de Sf dans le sang.
  • «Il n’y avait pas de relation cohérente entre l’apport alimentaire en cholestérol ou en lipides et le taux sanguin de molécules Sf 10-20 dans l’ensemble du groupe. Cela suggère qu’il existe un large éventail de tolérances individuelles aux niveaux habituels de ces substances dans le régime alimentaire »(p. 176).
  • Un groupe de patients à qui on avait prescrit «un régime strict à faible teneur en matières grasses et en cholestérol pendant des périodes allant de trois mois à trois ans… (avait) une concentration plus faible de molécules de la classe Sf 10-20 que les patients normaux ou… autres atteints d’un infarctus du myocarde catégories d’âge et de sexe correspondantes. Cela représente une preuve indirecte de l’efficacité de la restriction alimentaire dans la réduction de la concentration des molécules de Sf 10-20 dans le sérum »(p. 176-177).

Dans des études ultérieures, Gofman a étendu la gamme des lipoprotéines «athérogènes» à celles présentant des valeurs de Sf comprises entre 12 et 100 (19). Il a également proposé un indice athérogène (AI) basé sur la concentration des lipoprotéines Sf 0-12 et Sf 12-400 (22). Dans une étude, il a constaté que l’IA était élevée chez les personnes souffrant de coronaropathie et qu’elle pouvait prédire le pronostic chez les patients souffrant d’angine de poitrine et après un infarctus du myocarde.

Gofman et ses co-auteurs ont fait valoir que l’IA était «bien supérieure à la mesure du cholestérol sérique en tant qu’indicateur du désordre lipidique dans la maladie coronarienne» (p. 325). Ils ont également découvert que le régime alimentaire pauvre en graisses et en cholestérol maintenait efficacement «les valeurs chroniquement réduites des lipoprotéines de l’IA» (p. 325). Ils ont écrit: «Chez les patients qui disaient ne pas suivre un régime pauvre en graisse et en cholestérol, le taux de mortalité était de quatre fois plus élevé que chez les patients [de crise cardiaque] qui déclaraient adhérer au régime» (p. 325).

Ainsi, dès août 1950, Gofman avait conclu que les molécules Sf 10-20 étaient surreprésentées en personne, qu’elles soient atteintes d’une maladie coronarienne établie ou qu’elles courent un risque accru de se développer; « La présence de molécules de lipides et de lipoprotéines contenant du cholestérol ne peut pas être prédite à partir du taux de cholestérol total dans le sérum analytique » (p. 177); et «une restriction alimentaire partielle des graisses et du cholestérol chez l’homme entraîne une diminution progressive du taux sérique de ces molécules sur une période de plusieurs semaines ou plusieurs mois» (p. 177). En conséquence, lui et ses collègues ont proposé: «La présence de ces molécules […] conforte l’hypothèse de leur association avec l’athérosclérose» (p. 177).

C’est le fondement de ce que l’on appellera maintenant les hypothèses de Keys sur le régime alimentaire – cœur et lipides – dont la plupart avaient déjà été décrites trois ans avant la première description de Keys.

LE MOMENT DAMASCÈNE DE ANCEL KEYS

Nous revenons maintenant à l’histoire de la façon dont Keys, le négationniste du cholestérol (7), se convertirait en quelques années en quelqu’un qui «déclarerait la guerre au cholestérol» (23, p. 132).

Selon la version de Keys, alors qu’il participait à une conférence scientifique sur la malnutrition à Rome en 1951, le professeur de physiologie de l’université de Naples, Gino Bergami, lui dit que la coronaropathie n’était pas un problème chez les napolitains (23, p. 16-17; 17). L’année suivante, Bergami a invité Keys et son épouse Margaret à Naples pour venir voir par eux-mêmes. Margaret Keys avait un talent scientifique particulier pour mesurer les concentrations de cholestérol dans le sang.

À Naples, Ancel a constaté, ou du moins s’en était convaincu, que la classe ouvrière de Naples était effectivement exempte de maladie coronarienne. Ce n’était pas le cas des riches:

«On m’a emmené dîner avec des membres du club Rotary», a écrit Keys. «Les pâtes étaient chargées de sauce à la viande et tout le monde a ajouté des tas de parmesan. Le rôti de boeuf était le plat principal. Le dessert était un choix de crème glacée ou pâteuse. J’ai persuadé quelques clients de venir se faire examiner et Margaret a découvert que leur taux de cholestérol était beaucoup plus élevé que celui des ouvriers. Keys a trouvé « une image similaire » lors de sa visite à Madrid. Les riches ont plus de maladies cardiaques que les pauvres, et les riches mangent plus de graisse. (9, p. 17)

Dans son récit en 1994, Keys (24) a mentionné l’influence des études de Malmros et d’autres sur sa pensée. Il avait oublié qu’en 1952, il avait complètement rejeté leur travail (25):

L’analyse récente des données sur la mortalité en Scandinavie (11) est plus acceptable mais souffre toujours de la faiblesse inhérente à la recherche d’un lien de causalité à partir d’un parallélisme entre des estimations brutes de moyennes nationales pour deux variables. Outre le fait douteux que l’on attribue les changements survenus au moment de la guerre dans les statistiques de l’état civil aux changements réels de l’athérosclérose, l’analyse passe sous silence le fait que les variations présumées de l’apport en cholestérol sont parallèles à des variations similaires de l’apport total en graisses alimentaires et, au moins dans une certaine mesure, aux changements dans l’apport calorique et l’activité physique. (25, p. 115-116)

Peut-être ne s’est-il pas également souvenu d’avoir écrit ceci: «Il est clair que le taux de cholestérol n’est pas la seule cause du développement de l’athérosclérose» (25, p. 117).

Pourtant, un an plus tard, il écrivait: «De nombreux facteurs sont probablement impliqués dans le développement de l’athérosclérose et dans l’apparition clinique de la maladie coronarienne, mais il n’est plus de doute que l’un des éléments centraux est la concentration, avec le temps, de cholestérol, lipides et lipoprotéines apparentés dans le sérum sanguin. Aucune autre influence étiologique d’importance comparable n’a encore été identifiée »(26, p. 1399-1400, soulignement).

Et plus tard dans le même article:

Revenons maintenant au régime. Il existe suffisamment de bonnes raisons pour soupçonner que notre régime alimentaire riche en graisses actuel aux États-Unis n’est guère favorable à la santé des hommes adultes, même s’il est prématuré de le considérer comme la cause principale de notre mortalité excessive due aux maladies cardiaques. L’évolution de la mortalité dans les pays contraints de modifier leur régime alimentaire à la fin de la dernière guerre mondiale ne peut être ignorée. Ces modifications sont conformes à l’idée selon laquelle la proportion de matières grasses dans le régime alimentaire est étroitement liée au développement d’une cardiopathie athéroscléreuse (11-13). (p. 1405, c’est moi qui souligne).

Ces déclarations historiques sont essentielles à la compréhension de la façon dont Keys a tout d’abord changé d’esprit, puis a réussi à convaincre le reste du monde. Ils montrent que, en 1952, Keys a pleinement compris que des études d’association telles que celles de Malmros (11) et de Strom et Jensen (13) ne peuvent prouver la causalité pour toutes les raisons qu’il a décrites. À ce moment-là, il a également conclu que le taux de cholestérol dans le sang n’était «pas une histoire complète» dans le développement de la coronaropathie.

Pourtant, un an plus tard, il avait complètement inversé ses positions sur les deux sujets. En l’absence de toute nouvelle preuve, il a ensuite déclaré «il ne fait plus aucun doute» que le cholestérol sanguin (et d’autres lipides sanguins) et les régimes riches en graisses sont à l’origine du développement de l’athérosclérose coronarienne. Et la preuve qu’il affirmait était si importante qu’elle ne pouvait plus être «ignorée» provenait des mêmes études de guerre qu’il avait considérées comme incomplètes un an auparavant, parce qu’elles reposaient sur des données d’association «brutes» qui, de toute façon, pourraient pas prouver la causalité.

Je soutiens qu’il a changé d’avis si brusquement parce qu’il était au fond un opportuniste qui voyait une ouverture trop invitante pour se laisser aller. Il était trop faible pour résister à la tentation, alors il se précipita par la porte ouverte.

Le problème pour le reste du monde était qu’une fois ses hypothèses émises (sur la base de preuves circonstancielles qu’il comprenait clairement qu’il ne pourrait jamais prouver le lien de causalité), Keys ne les abandonnerait pas. Au lieu de cela, il a commencé à présenter les signes et les symptômes d’une maladie scientifique commune: il est tombé amoureux de ses hypothèses et s’est convaincu d’avoir découvert une vérité universelle. Il a continué à défendre ses hypothèses de toutes ses forces pendant le reste de sa longue vie terrestre, mourant juste avant son 101e anniversaire.

Alors, comment Keys a-t-il pu se convaincre, puis convaincre le monde entier, que ses hypothèses, fondées sur des preuves aussi fragiles et parmi tant d’autres explications crédibles et contradictoires, devraient être acceptées comme des vérités?

KEYS UTILISE DE FAIBLES PREUVES ÉPIDÉMIOLOGIQUES

Comme nous savons maintenant que Keys n’a pas commencé ses recherches avec un quelconque préjugé selon lequel une substance diététique était la cause de l’épidémie de coronaropathie, il a dû changer radicalement d’avis entre 1949 et 1953 lorsqu’il avait publié son article original décrivant le régime alimentaire hypothèse. Assurément, cela ne pourrait pas simplement résulter de la participation au dîner organisé par le Rotary Club à Naples en 1952, ni même des preuves indirectes montrant la réduction de la mortalité par cardiopathie cornéenne dans certains pays au cours de la Seconde Guerre mondiale (11-14)? Il doit sûrement y avoir des preuves incontestables de ses recherches ou de celles d’autres personnes, dont les résultats ont déjà été publiés en 1953? Bien sûr, il y avait le travail de Gofman.

La première étude scientifique de 281 hommes d’affaires et de professionnels du Minnesota (MBPM) a débuté en 1947, à un moment où Keys ne croyait apparemment pas qu’un facteur alimentaire était une cause probable de maladie coronarienne. L’étude a duré 15 ans et a été financée conjointement par le US Public Health Service (vraisemblablement par le biais du Heart Institute) et l’American Heart Association (AHA). Les résultats ont été publiés pour la première fois en 1962 (6). Ainsi, les résultats de cette étude n’auraient pu éclairer l’avis de Keys en 1953.

La principale conclusion de l’étude était que 32 des 281 sujets initiaux ayant développé une maladie coronarienne «définitive» avaient des concentrations de cholestérol sanguin plus élevées que ceux ne présentant aucun symptôme de maladie cardiaque. Pourtant, 14 de ces 32 (44%) avaient des concentrations de cholestérol dans le sang inférieures à la normale. Les hommes qui ont développé une maladie cardiaque malgré des taux de cholestérol bas étaient plus susceptibles d’être hypertendus et en surpoids. Malgré cela, l’étude a conclu que la concentration de cholestérol dans le sang était le seul facteur prédictif du risque de crise cardiaque future.

Mais Keys ne connaitra certainement cette preuve qu’en 1962, longtemps après qu’il eut été convaincu que le gras saturé était le vilain diététique; et sept ans après la crise cardiaque d’Eisenhower en 1955.

Fait important, l’étude MBPM n’a inclus aucune mesure de ce que les sujets ont mangé. Ceci est probablement dû au fait que lorsque Keys avait planifié l’étude en 1947, il ne croyait pas encore que le régime alimentaire jouait un rôle spécifique dans les maladies cardiaques. Alors, pourquoi aurait-il conçu une étude en 1947 pour mesurer les effets du régime sur le développement futur des cardiopathies congénitales? Le fait qu’il ne l’ait pas fait est une évidence que les historiens des sciences ont peut-être oubliée.

La seule preuve dont disposait Keys en 1955, lorsque White plaça le président Eisenhower sur le régime expérimental et non testé de Keys, était son article de 1953 (8).

Point crucial, ce document n’incluait aucune donnée nouvelle que Keys avait personnellement recueillie lors d’études sur des patients atteints d’une coronaropathie établie – données qui l’auraient convaincu à l’époque, ou qui devrait nous convaincre maintenant, qu’il avait des raisons de changer radicalement d’avis.

Au lieu de cela, il a présenté un large éventail de preuves indirectes provenant de nombreuses sources différentes pour formuler ce qui allait devenir ses hypothèses diététiques: cœur et lipides: il a commencé à faire valoir qu’un régime riche en graisses saturées d’origine animale provoque une maladie cardiaque en augmentant la concentration du taux de cholestérol sanguin (hypothèse diététique-cardiaque), et la concentration élevée de cholestérol dans le sang force alors le cholestérol à entrer par la circulation sanguine dans les parois des artères coronaires, produisant ainsi une athérosclérose coronaire (hypothèse lipidique).

En lisant cet article avec 66 ans de recul, on voit que même s’il n’avait aucune preuve définitive de ses théories, Keys semblait absolument certain qu’il avait raison. Il me reste à conclure que la raison pour laquelle Keys est passé d’un déni-cholestérol / adipeux saturé en 1949 (7) à la position opposée en 1953 (8, 25-28) n’est pas parce qu’il a soudainement découvert une preuve irréfutable de ces nouvelles idées dans cette période de trois ans. Il est clair qu’aucune preuve aussi irréfutable n’était disponible à l’époque (comme cela est toujours le cas aujourd’hui (29, 30)). Même les travaux de Gofman peuvent être classés comme générateurs d’hypothèses et non comme concluants. Comme je le dirai, la «preuve» présentée par Keys était trop faible, trop circonstancielle et trop contradictoire pour prouver son cas.

Quoi qu’il en soit, nous savons qu’en 1952, il avait clairement compris la «faiblesse inhérente à la recherche d’un lien de causalité à partir d’un parallélisme entre des estimations brutes de moyennes nationales pour deux variables» (25, p. 115). Pourtant, la grande étude qu’il entreprendra, la Seven Countries Study (SCS) (28), tente précisément de le faire.

En conséquence, cette étude ne pourrait jamais produire le « pistolet fumant » qui prouverait que ses idées étaient irréfutablement correctes. En fait, comme je vais le montrer, lorsqu’il a finalement conçu une étude qui aurait pu fournir la preuve qu’il cherchait avec ce « pistolet fumant », il a découvert le contraire: il a découvert des preuves qui prouvaient de manière irréfutable que ses deux hypothèses étaient complètement fausses.

Et face à cette vérité qui dérange, l’opportuniste a fait ce qui est venu naturellement. Il cacha la preuve dans l’espoir que personne ne la trouverait jamais.

Malheureusement pour Keys, cette vérité a finalement été exposée (33).

DES DÉFAUTS INHÉRENTS TROUVÉS DANS LES SOI-DISANT FAITS DE KEYS

Dans sa première version majeure de ses nouvelles hypothèses émises en 1953, Keys exposa ce qu’il considérait être quatre faits fondamentaux mais non liés (8, p. 122):

  1. Il est un fait que, par rapport aux personnes en bonne santé du même âge, les patients atteints d’angine de poitrine bien définie ou ayant survécu à un infarctus du myocarde ont tendance à présenter un sérum sanguin caractérisé par un taux de cholestérol élevé et certaines concentrations de lipoprotéines, un taux de cholestérol-phospholipide élevé, et une plus grande proportion du cholestérol dans la fraction bêta-lipoprotéine.
  2. Il est un fait que, en moyenne, les personnes atteintes de diabète, de myxoedème et de néphrose ont tendance à avoir un taux de cholestérol élevé et les autres particularités mentionnées ci-dessus. Parmi ces patients, il y a une incidence élevée d’athérosclérose et de maladie cardiaque dégénérative.
  3. Il est un fait que, dans des expériences sur des animaux, ces mesures, telles que les régimes riches en cholestérol et la suppression de la thyroïde, qui produisent des taux élevés de cholestérol et de substances apparentées dans le sérum, sont également responsables de l’athérosclérose.
  4. Il est un fait que l’une des principales caractéristiques de l’artère athéroscléreuse est la présence de quantités anormales de cholestérol dans cette artère. La plaque d’athérosclérose est composée de 40 à 70% de cholestérol. Il est extrêmement probable que tout ou partie de ce cholestérol soit dérivé du sang. Le cholestérol dans le sang n’existe pas sous la forme d’une solution simple de cholestérol libre et ester; il est transporté dans des complexes de lipoprotéines. (8, p. 122, c’est moi qui souligne).

Dans son article de 1953, il relègue les références au changement de mortalité associé aux changements alimentaires dans certains pays pendant la Seconde Guerre mondiale à un seul paragraphe et n’explique pas en quoi cela a influencé sa pensée. Et il mentionne le travail de Gofman uniquement pour le critiquer et le rejeter comme essentiellement non pertinent (31, 32).

D’après toutes ces preuves hautement circonstancielles, il a déclaré que «tout cela indique que la mesure du cholestérol et des substances apparentées dans le sérum sanguin donne une indication de la tendance au développement de l’athérosclérose et de la maladie cardiaque dégénérative» (p. 122). Il a ajouté: «Toutes choses étant égales par ailleurs, il ne fait aucun doute que des taux sériques élevés de cholestérol, etc., ne sont pas souhaitables et que plus les valeurs sont élevées, plus elles sont indésirables. Il est donc tout à fait justifié de faire de gros efforts pour découvrir ce qui détermine le niveau dans l’homme et comment contrôler ce niveau »(p. 125).

Mais Keys n’a présenté aucune preuve irréfutable pour étayer ses conclusions. Il a tout simplement présenté une synthèse compliquée de preuves circonstancielles qui a avancé une hypothèse non vérifiée comme si elle était déjà prouvée. En partie, Keys était probablement capable d’atteindre cet objectif grâce à la force de son caractère et à son aptitude, comme Svengali, à convertir le puissant, et l’influent- y compris Paul Dudley White et plus tard le président Eisenhower – à croire que son hypothèse valait aussi bien que le fait prouvé, même en l’absence de preuve.

L’élément clé de la nouvelle «preuve» présentée dans l’article de 1953 est le graphique reproduit à la figure 4. Notez que la figure ne contient aucune référence aux concentrations de cholestérol sanguin et ne traite donc pas de l’hypothèse des lipides. Cette figure lancerait l’hypothèse de régime-coeur de Keys.

Figure 4: Dans son article de 1953 (8), Keys incluait des données provenant de six pays, montrant apparemment une relation étroite entre le pourcentage croissant de graisses dans le régime alimentaire (en pourcentage des calories totales) et le nombre de décès par 1 000 habitants de maladies dégénératives (athérosclérotiques). maladie cardiaque. Il a émis l’hypothèse que cette relation (d’association) pourrait s’expliquer par des concentrations de cholestérol sanguin plus élevées chez les personnes vivant dans des pays ingérant davantage de graisses alimentaires, comme aux États-Unis, au Canada et en Australie. Les failles des brevets dans l’argumentation de Keys ont été impitoyablement exposées par Jacob Yerushalmy et Herman Hilleboe en 1957 (33). En particulier, ils ont souligné que les résultats d’études épidémiologiques (associatives) ne peuvent prouver le lien de causalité que dans des circonstances exceptionnellement exceptionnelles que ces données n’ont pas remplies. Reproduit de la référence 8.

La principale conclusion de Keys sur ce graphique est la suivante: «Que le cholestérol, etc., soit impliqué ou non, il faut en conclure que les graisses alimentaires sont associées à la mortalité par maladie cardiaque, au moins à un âge moyen» .

C’est peut-être le premier exemple de la manière dont Keys, tout au long de sa vie scientifique, confondrait continuellement hypothèse et théorie éprouvée. La conclusion finale qu’il a tirée va bien au-delà des preuves épidémiologiques d’association faibles qu’il avait présentées: «La concentration de cholestérol total dans le sérum sanguin a une relation importante avec le développement de l’athérosclérose et de ses séquelles et des affections connexes. Des relations similaires existent avec les concentrations de certaines « molécules géantes » (Sf 10-20, Sf 12-20) et de certaines fractions de lipoprotéines »(p. 136).

Pourtant, Keys n’a fourni aucune preuve directe à l’appui d’une telle conclusion. Nulle part dans la figure 4, il n’est fait mention de concentrations de cholestérol dans le sang ou de «molécules géantes». Et il n’a fourni que de «faibles» preuves de cette relation dans son prochain article (20), publié quatre ans plus tard. La conclusion de son article de 1953 indiquait simplement ce qui devait être vrai pour que son hypothèse puisse survivre (8).

Mais il y a une caractéristique plus troublante de cet article (8), qui jusqu’à présent est passée inaperçue, et c’est la tentative claire de Keys de minimiser les contributions de Gofman. Pour ce faire, Keys a d’abord discrédité les conclusions de Gofman. La technique d’ultracentrifugation pour la mesure des fractions de lipoprotéines sanguines Sf n’a donc pas de valeur ajoutée pour prédire qui risque de souffrir d’une maladie coronarienne. De manière significative, cependant, Keys se contredit alors en reprenant la plupart des conclusions que Gofman avait déjà tirées (17-19). Bien sûr, il a négligé de reconnaître de manière adéquate les contributions de Gofman et, en fait, les actions de Keys semblent friser le plagiat. Quoi qu’il en soit, la tactique de Keys a efficacement écrit Gofman hors de l’histoire et a présenté le travail de Gofman comme s’il avait été réalisé par Keys. Keys, le faux scientifique, avait réussi à s’emparer des sommets scientifiques du scientifique le plu qualifiés du domaine.

Ainsi, Keys a écrit ce qui suit:

  • «La concentration de cholestérol total dans le sérum sanguin entretient une relation importante avec le développement de l’athérosclérose et de ses séquelles et les conditions cliniques associées. Des relations similaires existent avec les concentrations de certaines «molécules géantes» (Sf 10-20, Sf 12-20) et de certaines fractions de lipoprotéines séparables par des méthodes de précipitation »(p. 136). [Note: Ayant fait tout son possible en 1951 (31, 32) pour minimiser la pertinence de la nouvelle découverte de Gofman comme étant « totalement injustifiée pour attribuer aux mesures G (éante) toute vertu autre que celle de la simple mesure du cholestérol pour la prédiction de l’athérosclérose ou l’estimation de l’activité du processus athérosclérotique « (31, p. 473), Keys a alors cherché à revendiquer le mérite de cette découverte.]
  • « La mesure du cholestérol total et des particules de Sf 12-20 dans le sérum permet une différenciation très significative entre les groupes d’hommes cliniquement sains et les groupes d’hommes susceptibles de développer une maladie coronarienne » (p. 136). [Remarque: cette constatation est exactement telle que Gofman l’a rapportée (17). Keys n’a fait aucune mention de l’origine de cette découverte.]
  • «La concentration de cholestérol total dans le sérum des hommes qui suivent habituellement un régime caractéristique des États-Unis change directement avec la teneur en graisse totale du régime» (p. 136). [Note: Ceci est exactement comme Gofman l’avait décrit (17). Encore une fois, Keys n’a pas mentionné sa source.]

Keys a ensuite conclu l’article par un autre énoncé important qui est passé largement inaperçu: «Les mesures du cholestérol total ou des concentrations de Sf dans le sérum ont très peu de valeur pratique pour le diagnostic ou le pronostic individuels» (p. 136). Cette déclaration est en contradiction absolue avec la seule spéculation qu’il souhaitait tous que nous acceptions sans discernement: «La concentration de cholestérol total dans le sérum sanguin a une relation importante avec le développement de l’athérosclérose et de ses séquelles et conditions connexes» (p. 136).

Si les concentrations de cholestérol dans le sang ne peuvent pas différencier ceux qui développent ou non une maladie coronarienne, comment le cholestérol peut-il conduire le processus athérosclérotique selon l’hypothèse lipidique de Keys?

LA SOURCE DES INFORMATIONS DE KEYS POUR SA FIGURE EMBLÉMATIQUE

La vérité est que, après que Keys eut vécu son expérience damascène à Naples en 1952, il s’était probablement rendu compte que, pour obtenir un financement constant du trésor contrôlé par le NHI, il avait un besoin urgent de trouver des preuves pour convaincre les bailleurs de fonds de le soutenir.  Il avait besoin de quelque chose, de n’importe quoi, peu importe sa rapidité et sa saleté, pour faire sauter ses concurrents – en particulier Gofman, qui en 1952 avait déjà publié trois articles décrivant les hypothèses de régime alimentaire – cœur et lipides (17-19).

Attendre 10 à 15 ans pour les premiers résultats de l’étude du Minnesota sur les entreprises et les hommes professionnels (6) n’était pas la solution. Et si les résultats étaient défavorables? Non, il avait besoin de preuves, de quelque source que ce soit, qui appuieraient clairement sa théorie.

Il a trouvé sa solution dans une publication de 1953 des épidémies et statistiques démographiques annuelles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) (34, p. 6; 33, p. 923). Là, il a trouvé l’information montrée de manière graphique à la figure 5. Nous appelons ce type de recherche la science «du fauteuil». Le scientifique n’a pas besoin de bouger du confort du fauteuil dans son salon pour collecter les informations.

Figure 5: Les données fournies par Keys pour établir son célèbre chiffre de 1953 proviennent d’une publication annuelle de l’OMS. Le volet de gauche de cette figure présente les données relatives aux taux de mortalité annuels par rapport aux calories provenant de graisses alimentaires pour 22 pays pour lesquels des données étaient alors disponibles. Les clés n’ont sélectionné que six de ces pays (points rouges) et ont exclu les autres (points bleus). Le panneau de droite montre la relation entre les taux de mortalité et les calories provenant de protéines animales. Les clés n’ont pas signalé cette information. Reproduit de la référence 34, p. 6; 35 p. 923).

Une analyse visuelle simple de la figure 5 suggère que les données du panneau de droite – les calories provenant de protéines animales – montrent une corrélation au moins aussi bonne avec les taux de mortalité annuels que les calories provenant des lipides (panneau de gauche). Pourtant, Keys n’a jamais présenté de preuve établissant un lien entre «les calories provenant de protéines animales» et les taux de maladie cardiaque. Alors, pourquoi s’est-il concentré exclusivement sur les «calories provenant des lipides» sans tenir compte des «calories provenant des protéines animales»?

Comme je le discuterai dans le prochain article, Yerushalmy et Hilleboe (33) confirmeront les soupçons qui découlent de l’impression visuelle. Ils ont montré que la consommation de protéines animales avait une relation statistiquement plus étroite avec les taux annuels de mortalité par maladie cardiaque que la consommation de graisse.

Le panneau de gauche de la figure 5 est la meilleure preuve qu’il puisse y avoir que Keys a «choisi» les six pays (sur 22) qui lui donneraient les «preuves» qu’il souhaitait. Il avait clairement une intention sournoise. Pour quelle autre raison aurait-il choisi ces six pays spécifiques qui correspondent si parfaitement à son graphique publié (Figure 1)? Compte tenu de l’ampleur des ravages que son choix aurait sur le monde, a-t-il agi de manière imprudente? L’opinion de Mann est claire: «Une telle sélection de données est, bien sûr, une tricherie» (34, p. 6).

En raison de cette action sournoise, l’hypothèse de Keys selon laquelle les graisses alimentaires étaient la principale cause de coronaropathie était en marche. Toute possibilité qu’il y ait d’autres explications, meilleures, à la causalité des cardiopathies congénitales avait déjà été effectivement marginalisée et le resterait au moins pour les sept prochaines décennies – jusqu’à présent.

LECTURE SUPPLÉMENTAIRE

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 1

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 2

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 3

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 4

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 5

REFERENCES

  1. Keys A, Keys M. Eat Well and Stay Well. Garden City, NY: Doubleday and Company, Inc., 1963.
  2. Noakes TD. It’s the insulin resistance, stupid: Part 5. CrossFit.com. 22 October 2019. Available here.
  3. White PD. Heart Disease, 3rd ed. New York, NY: The Macmillan Company, 1946.
  4. Keys A, Brozek J, Henschel A, et al. The Biology of Human Starvation. Minneapolis, MN: University of Minnesota Press, 1950.
  5. Olszewski TM. The causal conundrum: The diet-heart debates and the management of uncertainty in American Medicine. J Hist Med Allied Sci. 70(2014): 218-249.
  6. Keys A, Taylor HL, Blackburn H, et al. Coronary heart disease among Minnesota business and professional men followed fifteen years. Circulation 28(1962): 381-394.
  7. Smalley A. St. Paul Pioneer Press, October 11, 1949. In: Henry Blackburn reviews 1938-1955 albums of Laboratory of Physiological Hygiene news reports as now preserved on CDs in the Division of Epidemiology and in University Archives. Available here.
  8. Keys A. Atherosclerosis: A problem in newer public health. J Mt Sinai Hosp. 20(1953): 118-139.
  9. Taubes G. Good Calories, Bad Calories: Fats, Carbs, and the Controversial Science of Diet and Health. New York: NY: Anchor Books, 2008.
  10. Keys A, Anderson JT. The relationship of the diet to the development of atherosclerosis in man. In: Symposium on atherosclerosis. National Academy of Sciences – National Research Council Publication 338. Washington, D.C.: 1954. pp. 181-197.
  11. Malmros H. The relation of nutrition to health. A statistical study of the effects of the war-time on arteriosclerosis, cardiosclerosis, tuberculosis and diabetes. Acta Med Scand Suppl. 246(1950): 137-53.
  12. Pihl A. Cholesterol studies. II. Dietary cholesterol and atherosclerosis. Scan J Clin Lab Invest. 4(1954): 122-133.
  13. Strom A, Jensen AR. Mortality from circulatory diseases in Norway 1940-45. Lancet 260(1951): 126-129.
  14. Henschen F. Geographic and historical pathology of arteriosclerosis. J Gerontol. 8(1953): 1-5.
  15. Strom A. Examination of the diet of Norwegian families during the war years 1942-1945. Acta Med Scand. 131 suppl. 214(1948): 1-47.
  16. Vartainen I, Kanerva K. Arteriosclerosis and war-time. Ann Med Intern Fenn. 36(1947): 748-758.
  17. Gofman JW, Jones HB, Lindgren FT, et al. Blood lipids and human atherosclerosis. JAMA 11(1950): 161-178.
  18. Jones HB, Gofman JW, Lindgren FT, et al. Lipoproteins in atherosclerosis. Am J Med. 11(1951): 358-380.
  19. Gofman JW. Diet and lipotrophic agents in atherosclerosis. Bull NY Acad Med. 28(1952): 279-293.
  20. Gofman JW, Glazier F, Tamplin A, et al. Lipoproteins, coronary heart disease and atherosclerosis. Physiol Rev. 34(1954): 598-607.
  21. Gofman JW, Tamplin A, Strisower B. Relation of fat intake to atherosclerosis. J Am Diet Assoc. 30(1954): 317-326.
  22. Lyon TP, Yankley A, Gofman GW, et al. Lipoproteins and diet in coronary heart disease. A five-year study. Cal Med. 84(1956): 325-328.
  23. Levenstein H. Fear of food. A history of why we worry about what we eat. London, U.K.: University of Chicago Press, 2012.
  24. Keys A. The inception and pilot surveys. In: Kromhout D, Menotti A, Blackburn H. The Seven Countries Study. A scientific adventure in cardiovascular disease epidemiology. Marjan Nijssen-Kramer, Studio RIVM, Bilthoven, The Netherlands, 1993. pp. 15-25. Available here.
  25. Keys A. Human atherosclerosis and the diet. Circulation 5(1952): 115-118.
  26. Keys A. Prediction and possible prevention of coronary disease. Am J Publ Health 1953: 1399-1407.
  27. Keys A, Grande F. Role of dietary fat in human nutrition. III – Diet and the epidemiology of coronary heart disease. Am J Pub Health 47(1957): 1520-1530.
  28. Kromhout D, Menotti A, Blackburn H. The Seven Countries Study. A scientific adventure in cardiovascular disease epidemiology. Marjan Nijssen-Kramer, Studio RIVM, Bilthoven, The Netherlands, 1993. Available here.
  29. Teicholz N. The Big Fat Surprise: Why Butter, Meat and Cheese Belong in a Heathy Diet. New York, NY: Simon and Schuster, 2014.
  30. Harcombe Z. An examination of the randomized controlled trials and epidemiological evidence for the introduction of dietary fat recommendations in 1977 and 1984: A systematic review and meta-analysis. Ph.D. thesis, University of West Scotland, March 2016.
  31. Keys A. “Giant molecules” and cholesterol in relation to atherosclerosis. Bull J Hopkins Hosp. 88(1951): 473-483.
  32. Keys A. Cholesterol, “Giant molecules” and atherosclerosis. JAMA 147(1951): 1514-1519.
  33. Yerushalmy J, Hilleboe HE. Fat in the diet and mortality from heart disease. A methodological note. New Y State J Med. 57(1957): 2343-2354.
  34. Mann GV. A short history of the diet/heart hypothesis. In: Coronary Heart Disease. The Dietary Sense and Nonsense. An Evaluation by Scientists. London, England: Janus Publishing Company, 1993. pp. 1-17.