NaturopathieNutrithérapie

C’EST LA RÉSISTANCE À L’INSULINE, IDIOT: PARTIE 5

Par le professeur Timothy Noakes le 23 octobre 2019 traduit par AbdelAziz El Mansouri N.D.

LE PRÉSIDENT EISENHOWER S’EST VU PRESCRIE UN RÉGIME EXPÉRIMENTAL, NON TESTÉ, À FAIBLE TENEUR EN MATIÈRE GRASSE ET EN CHOLESTÉROL

C’est le vendredi 23 septembre 1955. Le 34ème président des États-Unis, Dwight D. Eisenhower, âgé de 64 ans, est en vacances de travail et de loisirs à Denver, au Colorado (1-4). Au besoin, il se rend à la base aérienne de Lowry, dans l’est de Denver; Pour se divertir, il pêche au Byers Peak Ranch dans les montagnes Rocheuses ou joue au golf sur l’un des nombreux parcours de la région de Denver. Eisenhower est un golfeur compulsif. Au cours de ses huit années de présidence, il a effectué 800 tours de golf ; il a un handicap de jeu de 13-17.

En ce jour, Eisenhower joue au club de golf Cherry Hills dans le sud de Denver. Il complète 18 trous puis déjeune avec un hamburger et des oignons des Bermudes avant de jouer neuf autres trous, au cours desquels il se plaint de douleurs abdominales. Il décide de ne pas jouer les neuf derniers trous et rentre chez lui. Il dîne avec sa femme et un autre couple et se couche à 22 heures.

Samedi matin, vers 1 h 30 du matin, il est réveillé par une vive douleur à la poitrine qu’il attribue à son déjeuner peu judicieux au club de golf. Il demande à sa femme du lait de magnésie. Elle détecte chez son mari une angoisse qu’elle trouve inquiétante. Après un coup d’œil, elle décide d’appeler le médecin général de la Maison Blanche, le général Howard Snyder, qui arrive à 2 heures du matin. Snyder n’envisage pas initialement un diagnostic d’infarctus aigu du myocarde (crise cardiaque), notamment à cause de ses antécédents chroniques de douleurs abdominales, diagnostiquées plus tard comme étant la maladie de Crohn. Snyder suppose probablement qu’il ne s’agit que d’une autre attaque de ce type. Il administre de la morphine, ce qui permet au président de dormir jusqu’au milieu de la matinée.

Lorsque le président se réveille enfin à 11 heures, il se plaint à nouveau de douleurs à la poitrine. Snyder, inquiet à présent d’une crise cardiaque, demande à deux collègues de l’Hôpital général Fitzsimmons d’amener un électrocardiogramme au chevet du président. L’électrocardiogramme qu’ils ont enregistré confirme que le président a subi un infarctus du myocarde antérolatéral aigu. Il est transféré à l’hôpital général Fitzsimmons, où il est admis vers 15 heures.

Peu de temps après, le même après-midi, le colonel Thomas W. Mattingly, chef du service de cardiologie de l’hôpital Walter Reed et conseiller en chef en cardiologie auprès du chirurgien général de l’armée, est invité à se rendre sans délai à Denver pour l’aider à gérer la crise cardiaque du président. Son vol, retardé et dévié par une pluie torrentielle, le fait arriver à minuit. Il examine immédiatement le patient.

Alors que tout cela se passe samedi après-midi, le vice-président Richard Nixon a suggéré qu’il serait prudent de faire appel à un spécialiste du cœur du civil « , car nous ne pouvons ignorer le fait que de nombreuses personnes dans le pays ont peut-être plus confiance en un spécialiste civil de réputation nationale, même si cela est sans fondement.»(4, p. 1205).

Le consensus est vite atteint: le Dr Paul Dudley White, de l’Hôpital général du Massachusetts, à Boston, est le civil le plus qualifié pour aider les cardiologues militaires. White est l’un des cardiologues les plus éminents des États-Unis, voire même du monde. À l’époque, son manuel constitue la base de l’enseignement de la cardiologie à l’échelle mondiale (5).

Ce même après-midi, White est invité à assister au président. Il prend l’avion pour Denver dimanche matin et arrive à 13h10. Il examine le patient et confirme le diagnostic de crise cardiaque. Il informe le président qu’il devra rester au lit pendant deux ou trois semaines, se voir prescrire un «régime léger» et donner à Coumadin la prévention de la coagulation sanguine et la quinine au traitement des irrégularités du rythme cardiaque (3).

À la suite de l’examen du président par White, un bulletin est publié à 16h12 dans les médias. Il indique: «Le président a eu une attaque modérée de thrombose coronaire, sans complications. Son état actuel est satisfaisant »(3, p. 160).

White reste à Denver pour seulement 24 heures. En partant dans un délai aussi bref, il souhaite exprimer sa totale confiance en la compétence des cardiologues militaires assistant au président. Il continuera, de temps en temps, en tant que consultant auprès de Drs. Snyders et Mattingly jusqu’à la mort du président en 1969.

LES DÉFIS

Face à la surveillance mondiale (et à l’effondrement de la Bourse de New York qui, en réponse à la crise cardiaque du président, a perdu 14 milliards de dollars (6%) le lundi 26 septembre (4)), l’équipe médicale d’Eisenhower a été confrontée à des défis renversants (Figure 1).). Compte tenu de la connaissance des maladies coronariennes à l’époque et des options de traitement à leur disposition, ils aboutissent à un résultat positif.

Figure 1: L’équipe médicale qui a supervisé la gestion du président Eisenhower lors de sa première crise cardiaque en septembre 1955. Le président Eisenhower est assis avec (de gauche à droite) le major-général Howard Snyder, le lieutenant-colonel John Sheedy, le colonel Byron Pollock. , Le colonel George Powell et le major-général Martin Griffin. Ni le Dr Paul Dudley White ni le colonel Thomas W. Mattingly n’étaient présents pour cette photo.

Non seulement ils veillent à ce qu’Eisenhower ne meure pas pendant la phase aiguë de la maladie, mais ils l’aident également à se rétablir suffisamment pour mener avec succès une campagne de réélection présidentielle en 1956, au cours de laquelle il devient l’un des présidents les plus populaires de l’histoire des États-Unis. En outre, il vit encore 14 ans après sa première crise cardiaque et meurt à 78 ans.

L’inconvénient est qu’au cours de ces 14 années supplémentaires, Eisenhower souffre de nombreuses maladies chroniques. Il est victime d’un accident vasculaire cérébral et de six autres crises cardiaques. Il doit également subir une intervention chirurgicale pour la maladie de Crohn et retirer sa vésicule biliaire (2).

Sa vie est également prolongée par le développement fastidieux du défibrillateur cardiaque par un autre cardiologue américain emblématique, le Dr Bernard Lown, en 1962 (6). On se souvient de Lown comme un non-conformiste médical (7) car il y voyait peu d’avantages et il faisait campagne activement contre le pontage coronarien généralisé pour la prise en charge de l’athérosclérose coronarienne. Ses études (8-11) ont établi que la prise en charge médicale des personnes atteintes de coronaropathie et d’infarctus du myocarde est aussi efficace que le pontage coronarien, sans risque supplémentaire de déficit cognitif induit par l’opération (12). Le pontage aorto-coronarien n’est pas proposé en option au président simplement parce que l’opération n’avait pas encore été développée; la première opération de ce type a eu lieu en 1961 (13).

À 14 reprises, le défibrillateur Lown renverse instantanément le rythme cardiaque aberrant du président, rétablissant ainsi la sortie du cœur et lui sauvant la vie.

Mais au cours de la dernière année de sa vie, le cœur d’Eisenhower fonctionne avec peu d’approvisionnement en sang, tant l’athérosclérose coronaire qui l’étouffe est sévère. Il meurt dans une insuffisance cardiaque intraitable.

Le rapport d’autopsie du président confirme que ses artères coronaires montrent «une maladie occlusive athéroscléreuse, multifocale, sévère, avec de multiples thrombi recanalisés» (2, p. 321). Des trois principales artères coronaires, seule l’artère coronaire droite est patente; l’artère coronaire descendante antérieure gauche présente un rétrécissement de 10% dans diverses sections; son artère circonflexe est totalement obstruée en plusieurs sections.

Rétrospectivement, il est difficile d’éviter de conclure que, quelle que soit la bonne décision des conseillers du président à court terme pour assurer sa survie, leur direction à long terme n’a rien fait pour renverser le glissement inexorable du président dans la défaillance cardiaque. En fin de compte, la seule option de traitement qui reste est une greffe du cœur, opération initiée par le Professeur Christiaan Barnard à Cape Town les 3 ou 4 décembre 1967 (14).

Mais les cardiologues d’Eisenhower décident de son état physique, notamment de la présence du diabète sucré de type 2 (T2DM), qui rend l’opération impensable (2, p. 314).

Avec le recul et nos connaissances modernes, il est difficile d’éviter la conclusion que les conseils diététiques que le président avait reçus de White ont contribué à sa progression vers une insuffisance cardiaque.

Je tire cette conclusion de la preuve que le président a développé le DT2 dans ses dernières années, indiquant qu’il était résistant à l’insuline lors de sa première crise cardiaque.

Naturellement, cela n’a pas été diagnostiqué en 1955, car la résistance à l’insuline ne serait correctement décrite par Gerald Reaven que dans les années 1980 (15). Et ce n’est que très récemment qu’il a été établi que le régime que le président avait été prescrit en 1955 devait être considéré comme contre-indiqué pour les personnes souffrant de résistance à l’insuline / de prédiabète / de DT2 (16).

Cela soulève la question suivante: qu’est-ce que White a compris des causes d’une maladie cardiaque lorsqu’il a été appelé à examiner le président le 24 septembre 1955?

L’ÉTAT DE LA RECHERCHE EN 1955

Pour comprendre ce que l’on savait de la maladie coronarienne, de sa pathologie et de sa gestion en 1955, notre meilleure source est le manuel de cardiologie qui était la norme mondiale à l’époque – celui rédigé par White lui-même.

La troisième édition de son ouvrage iconique Heart Disease , publié en juillet 1946 (5), définit comment White comprenait la maladie coronarienne lorsqu’il fut convoqué au chevet d’Eisenhower le 25 septembre 1955.

White croyait que l’athérosclérose n’était «qu’une partie intégrante du processus de vieillissement» (5, p. 475). Bien qu’il ait écrit dans cette édition de son manuel, il n’était pas convaincu que les crises cardiaques étaient devenues plus courantes dans la «génération actuelle», une édition antérieure du manuel incluait le contraire: «Quand j’ai obtenu mon diplôme de médecine en 1911, je n’avais jamais entendu parler de thrombose coronarienne, qui est l’une des principales menaces à la vie aux États-Unis et au Canada aujourd’hui…. Il ne fait aucun doute que la maladie coronarienne a atteint des proportions épidémiques aux États-Unis, où elle est maintenant responsable de plus de 50% des décès.  »

Ailleurs, il avait également déclaré: «Vous voyez, j’ai commencé ma pratique de cardiologue en 1921 et je n’ai jamais vu de patient souffrant d’un infarctus du myocarde avant 1928» (17, p. 20).

Dans son manuel, White écrivit que, bien que Bonetus eut décrit en 1700 l’athérosclérose coronarienne, la cause sous-jacente des crises cardiaques, la description classique de «l’obstruction soudaine des artères coronaires» (c’est-à-dire une crise cardiaque) fut d’abord communiquée par James Herrick en 1912 (18). Étonnamment, conformément à l’hypothèse de Subbotin (19) tout à fait moderne (2012) et sans conteste «controversée», White cite la preuve que l’événement déclencheur de l’athérosclérose est «un simple épaississement de la couche hyperplasique élastique de l’intima (artérielle)» (p. 478); il cite les travaux de Timothy Leary (20), qui soutient que «les lésions (associées à l’athérosclérose) apparaissent constamment dans l’intima, bien qu’une extension tardive dans les médias puisse survenir» (p. 475).

Un intérêt historique était qu’en 1935 déjà, Leary avait lié l’athérosclérose au diabète et à des concentrations élevées de cholestérol dans le sang. Ainsi, Leary écrivait: «La concentration élevée en sucre et les grandes fluctuations de cette concentration dans le sang des diabétiques pourraient éventuellement entraîner un gonflement de la substance fondamentale de l’intima à la suite de modifications de la pression osmotique», et «Les preuves les plus frappantes indiquent que un taux de cholestérol sanguin élevé est le facteur standard du point de vue alimentaire pour déterminer la cause de l’athérosclérose »(p. 477). Leary n’a fourni aucune référence pour cette dernière conclusion.

Dans une image histologique accompagnant une artère coronaire malade (face à la page 480), White fournit une preuve imagée (comme le fait Subbotin (19)) que la lésion initiale liée à l’athérosclérose se produit profondément dans la muqueuse de l’intima des artères touchées et non à la surface de l’artère comme il le doit si le cholestérol pénètre dans la paroi artérielle directement à partir du sang.

Ainsi, White écrivait: «Notez l’obstruction presque complète de la branche descendante de l’artère coronaire gauche par la fibrose intime étendue avec nécrose dans la couche la plus profonde … recouvrant juste le média (couche musculaire de l’artère)» (p. 481).

Sur la base de cette preuve histologique, il aurait pu être raisonnable que White conclue que l’athérosclérose commence à la suite d’événements survenant dans la paroi de l’artère coronaire et n’est pas causée par quelque chose (comme du «cholestérol») pénétrant directement dans la paroi artérielle depuis la circulation sanguine. Mais naturellement, cette incohérence logique n’a probablement pas inquiété son esprit, tout comme elle n’a pas inquiété des générations de cardiologues et de chirurgiens cardiologues depuis (21).

White a admis qu’il n’était pas certain des facteurs à l’origine du développement de l’athérosclérose coronarienne:

La cause de l’athérome des artères coronaires, ainsi que celle de l’artériosclérose en général, est inconnue. Le métabolisme défectueux du cholestérol, les tensions artérielles locales ou le surmenage, l’hypertension, les infections, les allergies, l’endocrinopathie et l’hérédité font partie des nombreux facteurs suggérés, mais aucun n’a été prouvé ni même systématiquement constaté. La constatation occasionnelle d’une teneur élevée en cholestérol dans le sang chez les cas de maladie coronarienne à jeun, en particulier chez le jeune patient de moins de 40 ans, est favorable à une perturbation du métabolisme des graisses, au moins comme un facteur…. La sclérose coronaire grave est relativement plus fréquente chez les individus hypertendus que chez les personnes ayant une pression artérielle normale, l’hypertension étant antérieure à tout signe de maladie coronarienne; la fréquence des maladies coronariennes dans le myxoedème (états thyroïdiens bas) et le diabète conforte l’idée d’un facteur de perturbation du métabolisme des graisses secondaire à une endocrinopathie; et le facteur d’hérédité est corroboré par la découverte fréquente de plusieurs membres d’une même famille atteints de sclérose coronaire grave. La combinaison de plusieurs facteurs étiologiques est plausible. (21, p. 479, c’est moi qui souligne)

White a également reconnu que la maladie était beaucoup plus répandue chez les hommes que chez les femmes et dans certains groupes ethniques. Il pensait également que la maladie «se retrouvait beaucoup plus souvent chez les professionnels et les hommes d’affaires sensibles, surmenés mentalement et souvent robustes ou corpulents que chez d’autres individus» (p. 482). «On a nettement l’impression qu’il est nettement moins répandu chez l’ouvrier maigre ou le fermier», a-t-il ajouté (p. 482).

White a également postulé que des facteurs héréditaires pourraient agir par le biais du diabète et de l’hypertension, et il a écrit que le tabac pourrait aggraver la maladie alors que «une consommation excessive d’alcool pendant de nombreuses années semble avoir une influence protectrice contre les effets néfastes de la maladie coronarienne» (p. 482).

Il pensait que l’optimisme et l’espoir étaient au cœur de la gestion des maladies chroniques telles que les maladies cardiaques: «Sans optimisme, le monde serait un lieu de vie déplorable. La capacité naturelle ou acquise à regarder le bon côté des choses peut facilement faire la différence le bonheur et le malheur dans une vie individuelle »(3, p. 185).

Dans le président, il avait un patient qui comprenait peut-être mieux que quiconque l’importance de l’optimisme, car Eisenhower avait relevé avec succès le défi ultime de diriger l’une des plus grandes expéditions militaires de l’histoire: le débarquement du jour J en Normandie en juin 1944. .

Comme l’écrit Fred Greenstein, Eisenhower avait en effet écrit durant les heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale: «Pendant ces heures angoissées, j’ai d’abord réalisé… combien la tension et la tension inexorablement et inévitablement s’amenuisent à l’endurance, au jugement et à la confiance du leader. La pression devient plus forte à cause du devoir d’un état-major de présenter constamment au commandant le pire côté de toute éventualité. ‘ »Greenstein écrit: » Se rendre compte que le commandant a le double fardeau de « préserver l’optimisme en lui-même et en son commandement » et « que l’optimisme et le pessimisme sont contagieux et qu’ils se propagent plus rapidement du haut vers le bas que dans n’importe quelle direction », a-t-il pris une résolution ferme. « Le président a écrit:

J’ai fermement décidé que mes manières et mes discours en public refléteraient toujours la joyeuse certitude de la victoire – et que tout pessimisme et découragement que je pourrais ressentir serait réservé à mon oreiller. Pour traduire cette conviction en résultats concrets… j’ai adopté une politique de circulation dans toute la force jusqu’à la limite imposée par des considérations physiques… j’ai fait de mon mieux pour rencontrer tout le monde, du général au privé, avec un sourire, une tape dans le dos et un intérêt pour ses problèmes. (22, p. 43)

Compte tenu de cette attitude, White a dû se féliciter de la possibilité de traiter le président. Y aurait-il jamais un meilleur patient sur lequel White et d’autres pourraient pratiquer leur métier de guérisseur?

CONNAISSANCE DES FACTEURS ALIMENTAIRES POUVANT CAUSER L’ATHÉROSCLÉROSE CORONAIRE

En 1946, White ne considérait manifestement pas que des facteurs alimentaires spécifiques provoquaient l’athérosclérose. Certes, il n’était pas encore un fervent promoteur d’une thérapie alimentaire particulière pour la prévention ou le traitement de l’athérosclérose coronarienne. Au lieu de cela, son conseil diététique était de suivre « un régime limité pour maintenir un taux métabolique basal bas ». Ceci, a-t-il suggéré, aiderait à la guérison de la crise cardiaque, il a donc réclamé « un régime léger et varié de 1800 à 2100 calories, 4 ou 5 petits repas par jour est un bon plan »(p. 502). Je soupçonne que le but de cette prescription de régime était simplement de perdre du poids.

La conclusion est donc inévitable qu’au moins en 1946, White était convaincu que le régime était un déterminant majeur de l’athérosclérose. Il n’aurait pas cru que les changements alimentaires récents étaient la principale cause de l’incidence croissante des maladies coronariennes aux États-Unis et ailleurs.

Et pourquoi l’aurait-il crû?

Si un changement de régime était la cause singulière de «l’épidémie» de maladies cardiaques grandissante aux États-Unis après 1928, White aurait-il été parmi les premiers à constater ce changement? Logiquement, cela nécessiterait une transformation spectaculaire (et évidente) du régime américain entre 1911 – lorsque la maladie était si rare, que la formation médicale de White ne le mentionnait même pas – et 1928 – lorsque White traita son premier patient souffrant d’une crise cardiaque. Certes, dès les années 1950, alors que la maladie coronarienne avait atteint des proportions épidémiques, toutes les causes alimentaires possibles auraient dû être évidentes pour tous, et en particulier pour un observateur curieux et intéressé comme White.

La question que je pose dans cet article et dans l’article suivante est: Si tel était bien le cas, pourquoi, en 1955, White avait-il changé d’avis de manière si radicale qu’il était prêt à croire de tout son courage en un produit expérimental et non testé, un régime faible en gras et en cholestérol comme composant essentiel du traitement du président des États-Unis?

La réponse à cette question est essentielle pour comprendre comment nos conseils diététiques actuels ont été déterminés par des facteurs intervenant au milieu et à la fin des années cinquante. Un grand nombre de ces facteurs impliquaient à la fois le président Eisenhower et son principal conseiller médical, Paul Dudley White.

L’ÉQUIPE MÉDICALE DU PRÉSIDENT EISENHOWER EN DIFFICULTÉ

Le problème immédiat auquel l’équipe médicale était profondément préoccupée par la santé future du président était simple: Que pouvons-nous changer maintenant dans la façon dont il vit sa vie pour améliorer ses chances de survie encore plusieurs années sans subir de nouvelle crise cardiaque (ou un accident vasculaire cérébral)?

Le problème était qu’il ne semblait pas y avoir grand chose à changer dans le style de vie du président. Certes, il ne correspondait pas au profil conventionnel d’un patient souffrant d’une crise cardiaque. Il n’était ni glouton ni paresseux, et il ne présentait aucun facteur de risque de maladie cardiaque autre que des antécédents de tabagisme (Figure 2) et une pression artérielle parfois élevée, ce dernier point intéressant étant à présent un marqueur connu de la résistance à l’insuline (23).

EisenhowerFigure 2: Le président Eisenhower fumait beaucoup pendant sa carrière dans l’armée, mais il s’était arrêté en 1949, six ans avant sa première crise cardiaque. Il n’a jamais redémarré. Cette photo date de 1945, quand Eisenhower avait 54 ans et agissait en tant que commandant suprême des forces alliées de l’opération Overlord, l’invasion du nord-ouest de l’Europe par les Alliés. Le physique athlétique d’Eisenhower est évident. À West Point, il avait excellé dans le football. Le vice-président Richard Nixon le considérait comme «un spécimen superbe d’homme qui croyait en la capacité de rester en forme» (2, p. 23).

En fait, sur le plan de la santé, sous la direction de Snyder, Eisenhower menait une vie plutôt exemplaire depuis son départ de l’armée en 1948.

Bien que le président ait effectivement fumé beaucoup pendant qu’il était dans l’armée, il s’était arrêté en 1949, six ans avant sa première crise cardiaque. Il n’a jamais recommencé et il a méprisé ceux qui manquaient de volonté pour arrêter de fumer. Lorsqu’on lui a demandé comment il avait cessé de fumer, il a répondu «avec un dégoût absolu» et a répondu: «Je me suis simplement donné la commande» (2, p. 330).

Au moment même où Eisenhower a cessé de fumer en 1949, Snyder l’a encouragé à modifier son mode de vie de manière plus saine. Certains changements alimentaires ont été inclus dans le traitement de ses attaques récurrentes du syndrome du côlon irritable, finalement diagnostiqué plusieurs années plus tard comme étant la maladie de Crohn. On lui a dit de suivre un régime «raisonnable», y compris «du yogourt et d’autres produits laitiers, des protéines et des légumes verts et jaunes, avec élimination des graisses, des amidons et des sucres dans la mesure du possible» (2, p. 52).

Sur ce régime, son poids est resté stable à 172 livres (78 kg). Sa concentration de cholestérol dans le sang s’est également stabilisée; sa concentration moyenne de cholestérol dans le sang, mesurée chaque année entre 1949 et septembre 1955, était de 203 mg / 100 mL (5,2 mmol / L) très saine, «à peine assez élevée pour être considérée comme un facteur de causalité de la crise cardiaque» (2, p. 257). ). Après sa crise cardiaque de 1955, sa concentration de cholestérol dans le sang était mesurée en moyenne 10 fois par an.

Avec ce régime, sa tension artérielle était également bien contrôlée, même si elle était parfois élevée. Il était considéré comme souffrant d ‘«hypertension labile précoce», pour laquelle il était conseillé de contrôler son poids et de pratiquer une «relaxation périodique».

Eisenhower se plaignait notamment de ce que son régime alimentaire le rendait «affamé comme un ours la plupart du temps… (au point qu’il) soit prêt à manger la porcelaine sur laquelle la nourriture était servie» (2, p. 54).

Adoptant les conseils de Snyder en matière de santé, à l’automne 1951, Eisenhower se sentait tellement en bonne santé qu’il se vantait: «Depuis que j’ai cessé de fumer… mon seul reproche, mis à part un rhume occasionnel, est la difficulté de rappeler à mon appétit de prendre en compte ma taille ”(2, p. 54). Malgré tout, il n’était pas opposé à conseiller à ses amis en surpoids de rester minces: «Le secret, c’est de se passer de beurre, de sauces, de sucre, de crème ou de quoi que ce soit de ce genre et de ne jamais prendre plus d’un pain grillé comme alimentation quotidienne en pain »(2, p. 54). Apparemment, il ne se demandait pas encore pourquoi une alimentation «saine» devrait lui donner faim.

Il est donc tout à fait compréhensible que la crise cardiaque du président ait été une véritable surprise pour les personnes présentes:

Le président n’a donné aucune indication au cours de ces premières années (de sa présidence) sur une quelconque préoccupation personnelle à propos d’une crise cardiaque, et pour une bonne raison. Il ne présentait aucune des conditions acceptées ni aucun signe susceptible de laisser présager une maladie cardiaque – aucun antécédent familial, aucun taux de cholestérol élevé, une pression artérielle marginalement élevée, aucun ekgs anormal et aucun excès de poids. En outre, il avait été sérieux au sujet de sa santé, y veillant de toutes les manières possibles, et les experts ont déclaré que son cœur était parfaitement normal. Il semblait impossible que le premier meurtrier de la nation pût affecter son citoyen numéro un. (2, p. 69-70)

Ainsi, une fois que l’équipe médicale l’a examiné au cours des neuf premières semaines difficiles qui ont suivi sa crise cardiaque, le dilemme auquel ils étaient confrontés a été le suivant:

En effet, après l’examen du 10 décembre, Snyder, Mattingly et Heaton ont parlé du cholestérol (au président Eisenhower), mais ont admis qu’ils étaient perplexes et ont qualifié l’attaque d’ « acte divin ». Il y avait une bonne raison pour leur incertitude. Les parents d’Eisenhower avaient vécu jusqu’à 80 ans sans aucun symptôme discernable de maladie coronarienne; son taux de cholestérol était inférieur à la normale pour les Américains; il s’exerçait régulièrement et n’était pas en surpoids; sa tension artérielle n’était que légèrement élevée et parfois élevée; et il avait cessé de fumer en 1949. Ainsi, à son avis, son destin était plus problématique que celui du patient cardiaque typique, qui pouvait changer son mode de vie de manière spécifique et ainsi améliorer ses chances d’éviter une nouvelle attaque. (2, p. 144)

Cela frustrait énormément Eisenhower. Il se plaignait souvent que l’incapacité de son médecin à expliquer pourquoi il avait personnellement subi une crise cardiaque était «une épée de Damoclès» suspendue au-dessus de sa tête (2, p. 151).

L’un des rares facteurs sur lesquels ils pouvaient se concentrer était l’effet du stress sur la personnalité de type A du président. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le général Omar Bradley avait noté: «Un autre aspect d’Ike était nouveau pour moi: une colère profonde, à peine contrôlée. Le public l’a perçu comme souriant et génial. Mais j’ai vu qu’il avait une peau très fine, un fusible court et un caractère explosif »(p. 38). Il a eu des accès occasionnels, qui «avaient augmenté en nombre et en volume pendant ses années de mandat» (p. 68).

Le tempérament du président inquiétait Snyder, qui craignait qu’Eisenhower ne soit victime d’un accident vasculaire cérébral lors d’une de ses crises. Snyder s’est rendu compte qu’en se rétablissant, Eisenhower devrait être protégé contre les événements inutiles générateurs de stress. Eisenhower devrait «adopter une philosophie plus passive» qui, ironiquement, «nécessiterait des efforts délibérés et continus de sa part» (p. 162).

En plaisantant, Eisenhower a expliqué à quel point ce conseil avait influencé son attitude sur le parcours de golf: «Mon médecin m’a dit de ne pas rire si je ne me mettais pas à rire au lieu de cajoler ces coups qui m’empêcheraient de jouer au golf. Ainsi, chaque fois que je rate une balle, vous entendrez un foin, un foin, un foin »(24).

Outre la gestion du stress, le seul facteur qui restait sur lequel l’équipe médicale du président pouvait se concentrer réellement était son régime alimentaire.

CONSEILS DIÉTÉTIQUES ET AUTRES DONNÉS AU PRÉSIDENT EISENHOWER

À son retour à la Maison-Blanche en janvier 1956, le président Eisenhower reçut les instructions suivantes de son équipe médicale: il devait continuer à suivre un régime pauvre en graisse, sa consommation de graisse restant inférieure à 25% de ses calories totales; il devait maintenir un poids compris entre 170 et 172 livres; et il devait faire de l’exercice quotidiennement et prendre une heure et demie de repos à l’heure du déjeuner. On lui a également demandé de «cultiver une attitude d’équanimité à l’égard de problèmes officiels personnels et toujours présents». On lui a dit: «Les états émotionnels doivent être évités autant que possible, c’est-à-dire la contrariété, la colère, l’appréhension. Évitez dans la mesure du possible les situations propices à la tension émotionnelle »(2, p. 172).

Les conseils diététiques spécifiques de White étaient les suivants: «régime strict pauvre en graisses, élimination des jaunes d’œufs, de tous les organes glandulaires, viandes très grasses, produits à base de lait et de fromage, graisses concentrées dans les vinaigrettes et les huiles végétales, desserts, olives, noix et avocats »(p. 204). White a également insisté sur l’importance de maintenir la concentration de cholestérol dans le sang du président.

Ce régime était le précurseur du régime «sain pour le cœur» à faible teneur en matières grasses et en cholestérol qui allait devenir le fondement des régimes préconisés par l’American Heart Association (25), l’American Diabetes Association (26) et les Dietary Guidelines for Americans. (27).

LA RÉPONSE DU PRÉSIDENT AU RÉGIME

Au cours de son second mandat présidentiel, Eisenhower était capable de maintenir son poids entre 169 livres (77 kg) et 180 livres (82 kg). Il était convaincu que son poids corporel déterminait sa concentration de cholestérol dans le sang, ce qui déterminait à son tour son risque de subir une nouvelle crise cardiaque. Chaque fois que son poids augmentait, il devenait de plus en plus restrictif dans ce qu’il mangeait. Cela le mit en conflit avec Snyder.

À l’été de 1958, Eisenhower avait remplacé son petit-déjeuner habituel au steak par des fruits (papaye ou melon), du pain grillé Melba et du café décaféiné (2, p. 258). Snyder a averti le président qu’il essayait de maintenir son poids «au détriment de bonnes habitudes alimentaires» (p. 258).

À la chute de la même année, alors que son poids avait atteint 176 livres, Eisenhower se plaignit de nouveau qu’il ne mangeait pas beaucoup – à ce moment-là, il ne mangeait que des fruits pour le petit-déjeuner – «il portait trop de poids» (p. 258). Snyder était également confus: «Il m’est difficile de comprendre pourquoi il reste à ce point-là, puisqu’il a joué au golf les trois dernières après-midi et qu’il a beaucoup fait physiquement lors de son voyage dans l’Ouest ce week-end» (p. 258). . Quelques jours plus tard, le président a refusé de prendre le petit déjeuner.

En avril 1959, sa concentration de cholestérol dans le sang commençait également à augmenter. Les 15 mesures suivantes dépassaient 200 mg / 100 mL, moyenne qu’il avait maintenue entre 1949 et 1955 avant l’adoption de ce régime hypocholestérolémiant «sain pour le cœur». En réponse, il a encore réduit sa consommation de graisses alimentaires. Il a cessé d’utiliser du beurre et a retiré le gras visible de tous ses aliments.

En février 1960, sa concentration de cholestérol dans le sang était passée à 214 mg / 100 mL (5,53 mmol / L) et il «perdait peinait énormément à perdre du poids». Il avait trouvé «un régime avec lequel il avait pu auparavant perdre quand il le voulait à ne plus servir à cette fin »(p. 259).

En avril de la même année, Snyder a déclaré: «Il est de la même humeur irascible à cause de sa mauvaise façon de manger. Il ne mange rien pour le petit-déjeuner, rien pour le déjeuner, et est donc irritable pendant l’heure du midi. Le majordome, Charles, et moi-même ne semblons pouvoir rien faire à ce sujet. Le président fait cela pour maintenir son poids et rentre et nous fait l’enfer à midi »(p. 259).

Au cours de ce mois, le poids du président a grimpé à 179 livres et sa concentration de cholestérol dans le sang était de 223 mg / 100 mL. Snyder a déclaré: «Il n’a mangé qu’un seul œuf au cours des quatre dernières semaines et un seul morceau de fromage. Pour le petit-déjeuner, il mange du lait écrémé, des fruits et du sanka. Le déjeuner est pratiquement sans cholestérol, à moins que ce ne soit un morceau de viande froide de temps en temps. Il n’a pas d’aliments frits. … Son pain est le pain santé Vita-Pro »(p. 260). Après un bref répit, lorsque sa concentration en cholestérol dans le sang était tombée au-dessous de 200 mg / 100 mL, en août 1960, il était remonté à 259 mg / 100 mL (figure 3).

Figure 3, à gauche: le président Dwight et la première dame Mamie Eisenhower à l’occasion de leur 39e anniversaire de mariage, le 1er juillet 1955. À droite: le couple présidentiel du club de golf Augusta en novembre 1959, célébrant l’anniversaire de Mme Eisenhower. La comparaison des deux photographies montre que, malgré tous ses efforts pour une alimentation «saine pour le cœur», le président avait pris du poids. Sa posture est abaissée et il perd de la masse musculaire (sarcopénie en développement). Telles sont les réponses attendues à un régime pauvre en graisses et en glucides chez une personne résistante à l’insuline.

Enfin, en 1965, on diagnostiqua chez Eisenhower un diabète de type 2 (DT2) (p. 299). L’année suivante, il subit une opération chirurgicale pour l’extraction de sa vésicule biliaire, qui contenait neuf calculs biliaires. Les facteurs de risque de calculs biliaires comprennent les régimes riches en glucides et faibles en gras chez les personnes présentant une résistance à l’insuline (28).

Eisenhower a décrit les difficultés qu’il avait rencontrées lorsqu’il avait mangé un régime faible en gras à un groupe de médecins de l’American Medical Association. Il leur a dit que le maintien d’un régime équilibré était aussi difficile et aussi important que le maintien d’un budget équilibré (p. 330). «Il y a des aliments inutiles que nous aspirons tous et souvent, nous mangeons n’importe comment, mais nous devons rester vigilants face aux conséquences ou subir une santé ruinée. Le choix nous appartient et nous devons agir avec lucidité et résolution », a-t-il déclaré (p. 330).

En résumé: le régime alimentaire «sain pour le cœur», à faible teneur en matières grasses et en cholestérol, n’a pas empêché la progression impitoyable de la maladie coronarienne d’Eisenhower, qui a finalement conduit à de multiples crises cardiaques, à un accident vasculaire cérébral et au décès par insuffisance cardiaque insoluble.

Au lieu de cela, je dirais, le régime pauvre en graisses, en cholestérol et en glucides a transformé son état de résistance à l’insuline en T2DM complet, qui n’a finalement été diagnostiqué que lorsque le président avait 74 ans, soit quatre ans seulement avant sa mort. .

En outre, le régime pauvre en graisse faisait que le président avait constamment faim et était incapable de contrôler son poids, même lorsqu’il tentait de limiter sévèrement son apport calorique. En outre, au lieu de réduire ses concentrations de cholestérol dans le sang, le régime était associé à une augmentation progressive du cholestérol.

Rétrospectivement, nous pouvons maintenant conclure qu’Eisenhower a subi de nombreuses réactions communes chez les personnes qui tentent de suivre un régime trop faible en macronutriments protéines et gras. Comme je l’expliquais dans une article précédent (29), déjà dans les années 1940, le Dr AW Pennington (30, 31) à New York améliorait la satiété chez les cadres de l’âge d’Eisenhower avec la prescription de ce qui allait devenir le régime Atkins «sans faim» .

Si White avait été originaire de New York et non de Boston, il aurait peut-être subi l’influence de Pennington et la trajectoire de la santé mondiale aurait été très différente.

Comme je le décrirai dans l’article suivant, les conseils diététiques de White pour le traitement et la prévention des maladies coronariennes proviendraient exclusivement d’un homme, le Dr Ancel Keys, Ph.D.

Comme je le ferai valoir, cela a conduit à des résultats désastreux, non seulement pour Eisenhower en 1955, mais pour le monde entier après 1977.

POURQUOI L’ÉQUIPE MÉDICALE DU PRÉSIDENT N’A PAS PU FOURNIR DE RÉPONSES

Comme on pouvait s’y attendre, Eisenhower était le patient modèle. Sans se plaindre, il a fait tout ce qui lui était demandé par son équipe médicale. Cela impliquait de suivre un régime alimentaire qui le rendait constamment affamé, faisait monter progressivement sa concentration de cholestérol dans le sang et rendait impossible le contrôle de son poids.

Alors que sa maladie progressait, malgré le respect diligent de leurs instructions, il avait de plus en plus de raisons de continuer à poser la question: Pourquoi moi?

Pour plusieurs raisons, c’était la seule question à laquelle son équipe médicale n’avait pas été en mesure de répondre.

Naturellement, leur état des connaissances en 1955 ne leur a pas suffi pour comprendre ce qui était arrivé à Eisenhower depuis le moment où il a eu sa première crise cardiaque jusqu’à sa mort en 1969. En conséquence, ils avaient raté l’éléphant dans la pièce. Mais ils n’étaient pas seuls – et comptent parmi leurs rangs nombre des médecins d’aujourd’hui.

Lorsqu’il a été appelé pour la première fois pour assister au président, White aurait dû se poser les questions suivantes:

  • Pourquoi le président a-t-il subi une crise cardiaque grave en l’absence de facteurs de risque coronariens déclarés?
  • Pourquoi, s’il a suivi religieusement un mode de vie sain de 1949 à 1955, at-il été victime de cette crise cardiaque?
  • Si une concentration élevée de cholestérol dans le sang est le moteur essentiel de l’athérosclérose coronarienne, pourquoi la concentration de cholestérol dans le sang du président a-t-elle été normale pendant toutes les années (1949-1955) où elle a été mesurée?
  • Sommes-nous peut-être en train de rater quelque chose?

Rappelons que dans son manuel de 1946, White avait écrit: «La découverte occasionnelle d’une teneur élevée en cholestérol sanguin dans les cas de maladie coronarienne à jeun, en particulier chez le jeune patient de moins de 40 ans, est en faveur d’un dérèglement du métabolisme de la graisse» (5, page 479).

Mais Eisenhower avait 64 ans au moment de sa première crise cardiaque et sa concentration de cholestérol dans le sang était normale.

Toute cette question soulève une autre question cruciale: pourquoi M. White accepterait-il au président de prescrire le régime non testé, entièrement expérimental, à faible teneur en matières grasses, en cholestérol et en glucides, afin de réduire sa concentration de cholestérol dans le sang déjà normale?

Et quand le régime a rendu le président constamment affamé, incapable de contrôler son poids ou sa concentration de cholestérol dans le sang et de subir de multiples crises cardiaques récurrentes, pourquoi l’équipe médicale a-t-elle poursuivi ce qui était clairement une expérience désastreusement ratée?

QUELLES CONNAISSANCES MODERNES AURAIENT AIDÉ WHITE À POSER LE BON DIAGNOSTIC?

S’il avait été capable de sortir des sentiers battus, White aurait trébuché sur un fait essentiel qu’il connaissait déjà car il avait lui-même décrit le phénomène dans la littérature médicale.

En 1939, White avait co-rédigé une étude (32) sur 349 patients décédés atteints de DT2 et traités post mortem dans deux hôpitaux de la Nouvelle-Angleterre. Les résultats étaient sans ambiguïté. Il y avait «un développement excessif de maladie coronarienne chez les patients diabétiques de cette série» (p. 29) et «l’occlusion coronaire dans cette série était beaucoup plus fréquente chez les diabétiques que chez les personnes non diabétiques» (p. 29). En fait, la différence indiquait une occlusion coronaire chez quatre fois plus de patients diabétiques. Des études plus modernes l’ont confirmé (33).

White savait probablement aussi qu’une étude de 1931 avait rapporté l’opinion de SA Levine, MD, de l’hôpital Peter Bent Brigham, en face de la faculté de médecine de Harvard où travaillait White. Levine a déclaré: «Parmi les entités pathogènes liées étiologiquement à la thrombose coronarienne, le diabète est la deuxième en importance seulement après une hypertension existante» (34, p. 618). (Rappelons que l’hypertension artérielle (23) est elle-même un marqueur de la résistance à l’insuline et est donc également liée au DT2).

Le problème, à ce moment là comme maintenant, est que la présence de DT2 sera toujours sous-estimée sauf si le test approprié est effectué. Par exemple, une étude menée à Boston en 1937 sur des personnes de moins de 40 ans atteintes de coronaropathie révélait que seulement 2% d’entre elles avaient reçu un diagnostic de DT2 (35). Mais ce chiffre ne peut être correct si, à un âge légèrement plus avancé, le diabète était considéré comme le deuxième facteur prédictif le plus important de thrombose coronarienne (crise cardiaque) (34).

Le fait est qu’en 1955, le DT2 n’a été diagnostiqué que lorsque le patient était toujours assoiffé parce qu’il urinait à des taux élevés. Averti de la possibilité d’un DT2, le médecin traitant se sentirait alors seulement obligé de mesurer la concentration de glucose dans le sang. Si élevé, un diagnostic de DT2 serait alors posé.

Mais nous savons maintenant que cette forme de présentation de la maladie ne se produit que dans les toutes dernières étapes du DT2, après qu’une personne ayant une résistance à l’insuline ait mangé un régime riche en glucides pendant plusieurs décennies. Initialement, la glycémie est contrôlée par la sécrétion de quantités croissantes d’insuline par les cellules bêta du pancréas.

Mais en fin de compte, les cellules bêta s’épuisent et l’état de fortes concentrations d’insuline dans le sang (hyperinsulinémie), qui dure depuis plusieurs décennies, est remplacé par le développement soudain d’hypoinsulinémie relative. À ce stade, la concentration de glucose dans le sang augmente considérablement et le diagnostic de DT2 devient évident. .

Rien de tout cela n’était connu en 1955, car la méthode utilisée pour mesurer les concentrations d’insuline dans le sang n’était devenue disponible que dans les années 1970 (36).

Ainsi, en 1955, le président n’aurait pu détecter l’état de résistance au prédiabète / insuline que s’il avait mesuré la glycémie à jeun – ce qui a d’ailleurs été fait si rarement – et suivi d’un test de tolérance au glucose. Même dans ce cas, sans mesures simultanées des concentrations sanguines d’insuline pendant une période allant jusqu’à cinq heures, la résistance à l’insuline et le DT2 seraient oubliés (37).

Ceci explique le noeud du problème. Comme les outils de mesure de la résistance à l’insuline / prédiabète / DT2 étaient si primitifs en 1955, la contribution réelle de la résistance à l’insuline / du prédiabète / DT2 aux maladies coronariennes, y compris aux crises cardiaques, était profondément sous-estimée.

Personne n’avait aucune raison de rechercher ces conditions avec diligence chez les patients présentant une crise cardiaque.

En outre, la crise cardiaque d’Eisenhower est survenue avant que Peter Kuo et Margaret Albrink n’aient démontré que l’hypertriglycéridémie sensible aux glucides (CSHT), et non des concentrations élevées de cholestérol dans le sang, permettait de mieux prédire le risque de crise cardiaque chez les personnes atteintes de DT2 (38). Et sa crise cardiaque est survenue des décennies avant que le travail de Reaven établisse une résistance à l’insuline en tant que facteur clé de la maladie coronarienne (39).

Il n’est donc pas étonnant que Eisenhower n’ait pas fait l’objet d’un test de résistance à l’insuline / DT2 et que la cause de sa crise cardiaque ait été indéterminée au cours de sa vie.

QUELLE EST LA PERTINENCE DE LA CRISE CARDIAQUE D’EISENHOWER EN 2020?

Des rapports de cas comme celui-ci ne peuvent fournir que des preuves limitées de ce qui constitue ou non une bonne pratique médicale. Mais l’histoire d’Eisenhower est décisive, notamment parce que son adhésion à ce qu’on lui avait demandé de faire faisait de lui le meilleur patient possible qu’un cardiologue puisse souhaiter avoir. Il a suivi le conseil médical qui lui avait été donné avec une précision militaire. Pourtant, cela semblait ne faire aucune différence. Sa maladie cardiaque a avancé sans pitié. Mon argument est que les conseils qu’il a reçus ont accéléré son développement d’athérosclérose coronarienne.

Le problème en suspens était que la véritable cause de la crise cardiaque d’Eisenhower, son état de résistance à l’insuline, n’avait pas été diagnostiqué – et cela est compréhensible, car le concept de résistance à l’insuline n’avait pas encore été découvert.

Ensuite, le président a été soumis à un régime expérimental non testé qui, nous le savons maintenant, favorise le développement du DT2 chez ceux qui résistent à l’insuline. Et avec le DT2, toutes ses complications pénibles, y compris la maladie artérielle obstructive progressive (33).

Aujourd’hui, on estime que 88% des citoyens américains sont métaboliquement malsains, dans la plupart des cas car, comme Eisenhower, ils résistent à l’insuline (40).

Voici quelques points clés:

  • Dans la grande majorité des personnes atteintes d’insulinorésistance, le diagnostic ne sera jamais posé. Cela nous manquera, tout comme lors de la première crise cardiaque d’Eisenhower en 1955.
  • Même aujourd’hui, la condition, bien que maintenant bien décrite dans la littérature médicale (15, 23, 28, 39, 41), n’est toujours pas enseignée dans la majorité des facultés de médecine du monde entier.
  • L’absence d’éducation formelle sur le modèle de résistance coronarienne à l’insuline est probablement liée au fait que ce modèle est en contradiction avec les hypothèses simples, erronées, mais toujours à la mode, concernant le cœur et les lipides, qui continuent à être enseignées dans les facultés de médecine du monde entier.
  • Les hypothèses diète-coeur et lipides prétendent qu’un régime riche en graisses provoque une maladie coronarienne en augmentant le taux de cholestérol dans le sang.
  • Étant donné que ce modèle de maladie cardiaque à base de cholestérol sous-tend une vaste entreprise pharmacologique, y compris la prescription de médicaments à base de statine pour réduire les concentrations de cholestérol dans le sang, et que la survie financière des facultés de médecine du monde entier dépend de leur soutien financier, il n’y a absolument aucune incitation d’adopter une nouvelle idée pédagogique qui mettrait gravement en péril leur accès aux largesses de cette industrie.
  • En conséquence, les médecins et les diététiciens continueront d’être diplômés d’écoles de médecine sans comprendre l’importance de la résistance à l’insuline dans le développement d’une multitude de maladies chroniques (41).
  • Inévitablement, ils continueront à prescrire les mêmes conseils diététiques que ceux donnés à Eisenhower et aux 88% d’Américains (et des pourcentages similaires dans d’autres pays) pour lesquels ces conseils menacent franchement la vie (comme ce fut le cas pour Eisenhower).

SOMMAIRE

La crise cardiaque d’Eisenhower a eu un effet profondément influent en popularisant une idée particulière sur la façon dont les crises cardiaques se produisent et sur la manière de les prévenir.

Comme je le montrerai dans le prochain article, la crise cardiaque d’Eisenhower a été utilisée par White et l’homme dont il avait cherché et promu les idées diététiques – celles d’Ancel Keys – pour avancer deux hypothèses non vérifiées et non prouvées concernant le rôle des graisses alimentaires et du cholestérol dans le développement de l’athérosclérose.

L’étude de cas d’Eisenhower fournit pourtant des preuves convaincantes que les conseils diététiques correspondant à ces hypothèses ne peuvent être corrects. Comme je le dis, le régime a produit du DT2 résistant à l’insuline chez Eisenhower.

L’effet pathologique le plus évident du DT2 est le développement d’une maladie artérielle oblitérante progressive et spécifique (33) du type de ce que l’Eisenhower a développé.

Pourtant, personne ne semble jamais disposé à demander pourquoi le régime alimentaire à faible teneur en matières grasses, en cholestérol et en glucides, qui ne fonctionnait pas pour Eisenhower, fonctionnerait pour eux.

Peut-être qu’il est enfin temps de devenir réel et d’admettre ses erreurs passées.

La pertinence de l’histoire d’Eisenhower est d’avertir que si des régimes faibles en lipides et riches en glucides continuent d’être prescrits aux personnes présentant une résistance à l’insuline, une population qui devient rapidement la majorité (41), les résultats ne seront pas bons.

LECTURE SUPPLÉMENTAIRE

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 1

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 2

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 3

C’est la résistance à l’insuline, stupide: Partie 4

REFERENCES

  1. Taubes G. Good calories bad calories: Fats, carbs, and the controversial science of diet and health.New York, NY: Anchor Books, 2008.
  2. Lasby CG. Eisenhower’s heart attack: How Ike beat heart disease and held on to the Presidency. Lawrence, KA: University Press of Kansas, 1997.
  3. Paul O. The life and prescription of Paul Dudley White, the world’s premier cardiologist.Boston, MA: Harvard University Press, 1986.
  4. Messerli FH, Messerli AW, Luscher TF. Eisenhower’ billion-dollar heart attack – 50 years later. N Engl J Med. 353(2005): 1205-1207.
  5. White PD. Heart disease, 3rd ed. New York, NY: Macmillan, 1946.
  6. Eisenberg M. Bernard Lown and defibrillation. Resuscitation 69(2006): 171-173.
  7. Lown B. A maverick’s lonely path in cardiology (Essay 28). Dr. Bernard Lown’s Blog. Accessible here.
  8. Podrid PJ, Graboys TB, Lown B. Prognosis of medically treated patients with coronary-artery disease with profound ST-segment depression during exercise testing. N Engl J Med. 305(1981): 1111-1116.
  9. Grayboys TB, Headley A, Lown B, et al. Results of a second-opinion program for coronary artery bypass graft. JAMA 258(1987): 1611-1614.
  10. Jabbour S, Young-Xu Y, Grayboys TB et al. Long-term outcomes of optimized medical management of outpatients with stable coronary artery disease. Am J Cardiol. 93(2004): 294-299.
  11. Grayboys TB, Lown B. Good outcomes in coronary artery disease without invasive procedures. Arch Intern Med. 166(2006): 1325.
  12. Knipp SC, Matatko N, Wilhelm H et al. Cognitive outcomes three years after coronary artery bypass surgery: Relation to diffusion-weighted magnetic resonance imaging. Ann Thorac Surg. 85(2008): 872-879.
  13. Goertz RH, Rohman M, Haller JD, et al. Internal mammary-coronary artery anastomosis. A nonsuture method employing tantalum rings. J Thorac Cardiovasc Surg. 41(1961): 378-386.
  14. Barnard CN. A human heart transplant: An interim report of a successful operation performed at Groote Schuur Hospital, Cape Town. S Afr Med J. 41(1967): 1271-1274.
  15. Reaven GM. Banting lecture 1988. Role of insulin resistance in human disease. Diabetes 37(1988): 1595-1607.
  16. Accurso A, Bernstein RK, Dahlqvist A, et al. Dietary carbohydrate restriction in type 2 diabetes mellitus and metabolic syndrome: time for a critical appraisal. Nutr Metab. 5(2008): 9; Feinman RD, Pogozelski WK, Astrup A, et al. Dietary carbohydrate restriction as the first approach in diabetes management: Critical review and evidence base. Nutrition 1(2015): 1-13.
  17. Enig M, Fallon S. The oiling of America: Part 1 of 2. Nexus Dec. 1998-Jan. 1999; 19-23; 80-82. Accessible here.
  18. Herrick JB. Clinical features of sudden obstruction of the coronary arteries. JAMA 23(1912): 2015-2022; Herrick JB. An intimate account of my early experience with coronary thrombosis. Am Heart J. 27(1944): 1-18.
  19. Subbotin VM. Excessive intimal hyperplasia in human coronary arteries before intimal lipid depositions is the initiation of coronary atherosclerosis and constitutes a therapeutic target. Drug Disc Today 21(2016): 1578-1595.
  20. Leary T. Atherosclerosis, the important form of arteriosclerosis, a metabolic disease. JAMA 105(1935): 475-481.
  21. Haverich A. A surgeon’s view on the pathogenesis of atherosclerosis. Circulation 135(2017): 205-207.
  22. Greenstein FI. The President who led by seeming not to: A centennial view of Dwight Eisenhower. The Antioch Review  49(1991): 39-44.
  23. Reaven GM. Relationship between insulin resistance and hypertension. Diabetes Care 14(1991): 33–38. Reaven GM. Insulin resistance/compensatory hyperinsulinemia, essential hypertension, and cardiovascular disease. Diabetologia 37(1994): 948-952.
  24. Zern E, Lineaweaver T. Ike returns to the fairways. Sports Illustrated. 30 April 1956. Accessible here.
  25. The American Heart Association’s Diet and Lifestyle Recommendations. Accessible here.
  26. American Diabetes Association. Principles of nutrition and dietary recommendations for individuals with diabetes mellitus: 1979. Diabetes Care 2(1979): 520-523.
  27. U.S. Senate Select Committee on Nutrition and Human Needs. Dietary Goals for the United States, 2nd ed. Washington, DC, U.S. Government Printing Office, 1977 (See Committee Report here).
  28. Diehl AK. Cholelithiasis and the insulin resistance syndrome. Hepatology 31(2000): 528-529; Ruhl CE, Everhart JE. Association of diabetes, serum insulin, and C-peptide with gallbladder disease. Hepatology 31(2000): 299-303; Biddinger SB, Haas JT, Yu BB et al. Hepatic insulin resistance directly promotes formation of cholesterol gallstones. Nat Med. 14(2008): 778-782.
  29. Noakes TD. It’s the insulin resistance, stupid: Part 3. CrossFit.com. 30 July 2019. Available here.
  30. Pennington AW. Obesity in industry; the problem and its solution. Industr Med Surg. 18(1949): 259-260.
  31. Pennington AW. The use of fat in a weight reducing diet. Del Med J. 23(1951): 79-86.
  32. Root HF, Bland EF, Gordon WH, et al. Coronary atherosclerosis in diabetes mellitus. JAMA 113(1939): 27-30.
  33. Goraya TY, Leibson CL, Palumbo PJ, et al. Coronary artherosclerosis in diabetes mellitus. J Am Coll Cardiol. 40(2002): 946-953.
  34. Cruickshank N. Coronary thrombosis and myocardial infarction, with glycosuria. BMJ 1(1931): 618-619.
  35. Glendy RE, Levine SA, White PD. Coronary disease in youth. Comparison of 100 patients under 40 with 300 persons past 80. JAMA 109(1937): 1775-1781.
  36. Hodgkin DC. The Banting Memorial Lecture 1972. The structure of insulin. Diabetes 21(1972): 1131-1150.
  37. Kraft JR. Detection of diabetes mellitus in situ (occult diabetes). Lab Med. 6(1975): 10-22; Crofts C, Schofield G, Zinn C, et al. Identifying hyperinsulinaemia in the absence of impaired glucose tolerance: An examination of the Kraft database. Diabetes Res Clin Pract. (2016); DiNicolantonio JJ, Bhutani J, OKeefe JH et al. Postprandial insulin assay as the earliest biomarker for diagnosing pre-diabetes, type 2 diabetes and increased cardiovascular risk. Open Heart 4(2017): e000656.
  38. Noakes TD. It’s the insulin resistance, stupid: Part 1. CrossFit.com. 6 July 2019. Available here.
  39. Reaven GM. Insulin resistance and coronary heart disease in nondiabetic individuals. Arterioscler Thromb Vasc Biol. 32(2012): 1754-1759.
  40. Araujo J, Cai J, Stevens J. Prevalence of optimal metabolic health in American adults: National Health and Nutrition Examination Survey 2009–2016. Metabol Syndr Relat Disord. 17(2019): 46-52.
  41. Crofts CAP, Zinn C, Wheldon MC, et al. Hyperinsulinemia: A unifying theory of chronic disease? Diabesity 1(2015): 34-43.